Handicap et cinéma, Ciné Zoom En marge du 9ème festival de Handifilm

Handicap et cinéma, Ciné Zoom En marge du 9ème festival de Handifilm

Dès l’époque du muet, le cinéma a mis en scène des handicapés victimes de malformations, des monstres de foire. Mais les œuvres sont restées peu nombreuses. Puis le regard a évolué et les représentations sociales ont changé. Aujourd’hui, les films montrent des personnages humains, sourds, muets, aveugles ou paraplégiques dont le handicap devient porteur d’une valeur morale, positive ou négative. Pendant de nombreuses années, au cinéma, la place du handicapé était, au mieux, celle d’un faire-valoir du héros du film. Qu’il soit bossu, aveugle, unijambiste, sourd, muet, il était le compagnon de la vedette, jamais la vedette. Des vrais-faux handicapés de la Cour des Miracles de Notre-Dame de Paris jusqu’au Bernardo muet de Zorro, la liste est longue des handicapés qui apparaissent sur l’écran. Mais ce n’est que rarement que la personne handicapée tient le rôle principal. Les choses ont changé depuis les vingt dernières années et plus particulièrement depuis 1998/2000 où la production de ce type de films a sensiblement augmenté. Dans ces films, les difficultés de la vie de tous les jours, les problèmes d’adaptation, sont montrés. Les cannes, les fauteuils roulants matérialisent le handicap et sont souvent chargés de significations multiples. Les cinéastes s’essaient à la neutralité et tentent d’éviter le voyeurisme, la complaisance. Le choix, subjectif, des films étudiés pour illustrer ce sujet, porte sur des œuvres qui ont pour thème le handicap ou un héros handicapé. Ces films ont été réalisés entre 1929 et 2008. Leur particularité est que ce sont des films où la personne handicapée est au premier plan. Souvent il s’agit d’une histoire dont elle est le héros. A travers les films, on peut voir évoluer le regard porté sur le handicap par les cinéastes, mais aussi, corrélativement, l’évolution du public quant à la perception du handicap. Car on peut estimer que si le nombre de films consacrés au handicap ou avec un héros atteint d’un handicap a augmenté ces dernières années, c’est que le public est dorénavant prêt à voir ce type de films. Un premier constat s’impose : le nombre de films réalisés sur le sujet après 2000 est sensiblement supérieur à ceux réalisés dans les 2 décennies précédentes. On compte 14 films pour la décade 2000 - 2009 contre 4 pour la décade 1990 - 2000 et 4 pour 1980 - 1990. Cette liste n’est pas exhaustive et ce choix de 30 films indique au mieux une tendance qui ne semble pas contredite par un état des lieux plus complet. Il est frappant, par ailleurs, de constater qu’entre 1920 et 1980, il n’y a que 7 films sur le sujet ou du moins dont le sujet est le handicap en tant que tel. C’est la catégorie films de fiction dramatique qui est la plus représentée avec 19 films toutes époques confondues. Les biographies sont relativement bien représentées avec 4 films, la comédie est présente avec 4 films, le documentaire avec 1 film, l’horreur et la science-fiction avec 2 films. Bien entendu ces catégories sont perméables car certains films peuvent être présents dans plusieurs catégories à la fois tel, “Jour après Jour “ de Jean-Paul Fargier qui peut être classé à la fois comme documentaire et comme biographie. On remarque que les auteurs de films traitant du handicap privilégient une approche dramatique. Ce qui est logique dans la mesure où le handicap n’est pas un sujet léger. Il transforme profondément la vie et la vision du monde du sujet qui en est atteint que ce soit par accident, maladie ou de naissance. On remarque, également, que l’accident et la maladie de naissance sont aussi représentés, la part du handicap dû à la guerre est moins importante que l’on pourrait s’y attendre. Quant au handicap mental, il est peu représenté. Dans la majorité des cas, le ton de ces films est grave, le héros handicapé mène un combat pour vivre (“Le scaphandre ou le papillon”, “Cavalcade”) ou même parfois pour le droit au suicide (“Mar Adentro”). L’amour vient parfois se mêler ou s’emmêler dans l’histoire (Open Hearts, Breaking the Wawes, L’idole, Freaks). Certains films s’éloignent du “politiquement correct” tel “L’art de la pensée négative” où le héros est un ennemi déclaré du “Positive thinking”, la pensée positive. On peut aussi citer “Elephant Man” qui n’est pas exactement un film qui magnifie la volonté de s’en sortir d’un héros positif. On peut encore noter que 3 de ces films sont des biographies d’handicapés qui le sont devenus à la suite d’un accident, ce qui permet de montrer la détresse de celui ou celle qui se retrouve privé de sa liberté de mouvement et des épreuves qu’il doit surmonter pour continuer à vivre. Ces films sont des fictions mais réalisées à partir de livres écrits par des handicapés ce qui est nouveau dans la production cinématographique où ce type de réalisation était relativement rare exception faite de “My left foot”. Certains films traitent le sujet sur le mode de la comédie (“Hinokio” de Takahiko Akiyama, “Pumpkin” de Anthony Abrams et Adam Larson Broder (2005), “Crazy” (2000), “Aaltra” de Benoit Délépine et Gustave Kervern). La science-fiction et l’horreur sont aussi présents avec des oeuvres telles que “Shanks” de William Castle (1974) et “Edward aux mains d’argent”. Quant au documentaire s’il n’est pas absent, on ne peut pas dire qu’il se taille la part du lion, le seul film appartenant à cette catégorie est “Murderball” de Henry Alex Rubin et Dana Adam Shapiro (2005). Le thème des rapports amoureux, avant et après, avec ou malgré le handicap est aussi abordé par le cinéma dans des œuvres telles que “Open Hearts” où un couple est séparé par un accident qui handicape le mari, sa femme tombe amoureuse du médecin qui le soigne. Dans “Pumpkin”, une jeune étudiante succombe au charme d’un handicapé. “Nationale 7” aborde le sujet sous un autre angle puisque le “héros” du film, René, demande à bénéficier des faveurs d’une prostituée avant que l’évolution de sa maladie ne l’empêche d’avoir un rapport sexuel. N’oublions pas le Charlot amoureux d’une jolie aveugle dans “Les lumières de la ville” et “L’idole” de Frank Borsage où une jeune paysanne s’éprend d’un handicapé de guerre. Et puis, il y a les cas d’espèce tels que “Freaks” où Tod Browning démontre que la laideur morale est bien plus terrible que la laideur physique ou encore du même Tod Browning, “L’inconnu” où Alonzo, lanceur de couteaux de son état qui se fait passer pour infirme des deux bras finit par se les couper, réellement, par amour... On retiendra que, dans la majorité des cas, le handicap au cinéma est un drame, que c’est plus souvent une fiction qu’une biographie ou un documentaire, qu’en général l’accent est mis sur la volonté de se battre des personnages, que l’amour contrarié ou satisfait n’est pas absent, qu’il est rare que l’on plaisante avec le handicap. On peut aussi constater que le nombre de films qui traitent du handicap augmente fortement ces neuf dernières années et surtout que l’aveugle, le paralytique, l’handicapé mental n’est plus seulement un faire valoir, un symbole, mais qu’il devient un personnage principal, un être humain avec ses qualités et défauts. Et c’est cela l’essentiel. 28 Mars 2015 SOURCE WEB Par L’OPINION Tags : ce n’est que rarement que la personne handicapée tient le rôle principal, les choses ont changé depuis les vingt dernières années- Les cinéastes s’essaient à la neutralité et tentent d’éviter le voyeurisme, la complaisance- évolution du public quant à la perception du handicap- le public est dorénavant prêt à voir ce type de films- On remarque que les auteurs de films traitant du handicap privilégient une approche dramatique- Dans la majorité des cas, le ton de ces films est grave, le héros handicapé mène un combat pour vivre- des fictions mais réalisées à partir de livres écrits par des handicapés ce qui est nouveau dans la production cinématographique- il devient un personnage principal, un être humain avec ses qualités et défauts, et c’est cela l’essentiel-