Arts plastiques Maroc 122 artistes marocains s\'exposent

Arts plastiques Maroc 122 artistes marocains s\'exposent

Publié le : 26.12.2011 | 15h56 La Société générale Maroc propose aux amateurs d\'arts plastiques un voyage à travers les différents styles de peinture au Maroc. Les œuvres qui retracent notre histoire de l\'art sont visibles à l\'espace d\'art de cette institution jusqu\'au 13 juillet 2012. C\'est sous le signe du partage que la Société générale Maroc a décidé de clore, en beauté, l\'année 2011. Pour s\'en rendre compte, il suffirait d\'effectuer un petit tour du côté de son espace d\'art où sont exposés actuellement des œuvres d\'art de grande facture. Et bonne nouvelle pour ceux qui n\'ont pas encore eu l\'occasion de s\'y rendre, ils ont jusqu\'au 13 juillet 2012 pour se rattraper et admirer les créations de 122 artistes, issus de cultures et de sensibilités différentes. «La Collection d\'Art de Société générale Maroc est un véritable témoignage de l\'évolution de l\'histoire de l\'art du pays. Elle réunit des œuvres où se profilent les prémices d\'une production plastique qui cherche une spécificité marocaine, sans négliger ce qui a précédé celle-ci (la peinture orientaliste)», nous apprend Mohamed Rachdi, responsable du Mécénat Culturel. Un véritable petit trésor qui constitue une partie de la collection d\'art moderne et contemporain de cette institution bancaire. Aujourd\'hui, cette dernière a décidé de partager avec le grand public ces belles œuvres, le temps d\'une exposition au titre révélateur : «Partager». Il s\'agit là d\'une action qui s\'inscrit dans la volonté de la SGM de s\'engager dans la préservation du patrimoine artistique et culturel marocain, qu\'elle soutient et valorise à travers une collection régulièrement enrichie. «Partager» se déploie dans une succession de salles où les genres, les styles et les pratiques se déclinent selon une harmonie rythmant la promenade du visiteur. Celui-ci est invité à admirer, d\'une part, la curiosité des artistes orientalistes venus au Maroc, dont certains charmés, s\'y sont installés définitivement et, d\'autre part, les œuvres des artistes marocains de différentes générations. Il peut apprécier ainsi un choix de l\'aventure créatrice marocaine depuis son émergence jusqu\'à nos jours», renchérit Mohamed Rachdi. Aussi, à travers un panorama d\'œuvres qui s\'étendent depuis le début de siècle dernier à nos jours, l\'histoire des arts plastiques au Maroc se profile-t-elle pour le grand bonheur des spectateurs. Des œuvres prestigieuses créées par de grands artistes sont offertes aux regards des curieux. Les créations des ténors de l\'ancienne génération côtoient celles des légendes encore vivantes. Côte à côte, différents styles se succèdent. Orientalisme, art naïf, figuratif, réalisme, abstrait… Tous les genres sont représentés dans les œuvres exposées. Jusqu\'au 13 juillet 2012, les arts plastiques, dans toute leur splendeur, se déploient à l\'espace d\'art de la SGM. Un rendez-vous culturel où tout le monde a droit de cité. En fait, les enfants et les jeunes peuvent profiter des rencontres thématiques à portée pédagogique qui leur sont réservées : visites scolaires, ateliers pédagogiques, partenariats associatifs… De quoi combler tous les publics. Les arts plastiques au Maroc L\'histoire des arts plastiques au Maroc pourrait schématiquement être classée en deux périodes distinctes, à savoir la période allant de 1912-1956 et celle s\'étendant de l\'indépendance jusqu\'à aujourd\'hui. C\'est d\'abord «L\'école coloniale» dont la caractéristique essentielle aura été l\'initiation d\'une peinture provinciale et exotique. Une école qui donne naissance à des artistes marocains autodidactes qui s\'intéresseront à la peinture de chevalet. Ses représentants sont Mohamed ben Ali R\'Bati, Abdelkrim Ouazzani, Moulay Ahmed Drissi et Ben Allal. L\'enseignement des arts plastiques au Maroc verra le jour en 1945, avec la création de l\'École des Beaux-arts de Tétouan et celle de Casablanca en 1950. Dans les années 60, la pratique picturale marocaine connaîtra un nouvel élan. D\'où l\'émergence d\'une entité plastique marocaine avec pour précurseurs Ahmed Cherkaoui et Jilali Gharbaoui. Et c\'est le foisonnement jusqu\'à nos jours d\'œuvres avec une activité artistique de plus en plus intense, accompagnée d\'un débat d\'idées non moins conséquent : Meghara, Ben Yessef (figuratif), Melihi, Chebaâ, Bellamine (abstrait), Belkahia, Kacimi (le signe), Saladi, Chaïbia (onirisme, naïf), etc. SOURCE WEB Par Le Matin.Ma