TOURISME AGADIR SAISON DIFFICILE DANS LE SOUSS UNE SITUATION À REDRESSER D’URGENCE, LA CCIS TIRE LA SONNETTE D’ALARME

TOURISME  AGADIR   SAISON DIFFICILE DANS LE SOUSS  UNE SITUATION À REDRESSER D’URGENCE, LA CCIS TIRE LA SONNETTE D’ALARME



RÉHABILITATION DE L’EXISTANT FACE À LA RARETÉ DU FONCIER Avec une capacité litière de 27.000 unités, la première station balnéaire du pays a du mal à tirer son épingle du jeu. D’autant plus que sur ce chiffre, à peine 10.000 lits répondent aux normes internationales La sonnette d’alarme est tirée. Le tourisme, l’un des piliers économiques de la région Souss Massa bat de l’aile. La situation est tellement morose que ce secteur névralgique a été l’un des axes principaux de la session ordinaire de la Chambre de commerce, de services et d’industrie (CCISA) d’Agadir, tenue récemment à la Province d’Inezgane Ait Melloul. Avec une capacité litière de 27.000 unités, la première station balnéaire du pays a du mal à tirer son épingle du jeu. D’autant plus que sur ce chiffre, à peine 10.000 lits répondent aux normes internationales. « Le reste ne correspond même pas aux normes internes », assure cet opérateur. Avec cette faible capacité litière, Agadir fait donc pâle figure devant la concurrence. Aux Iles Canaries, ce sont 250.000 lits disponibles, à Antalya, 300.000 lits, pour ne citer que ceux-là. Il est vrai que certains hôtels du chef-lieu du Souss s’en sortent tout de même bien, mais ils sont peu nombreux. Cas du Sofitel, du Robinson et du Royal Atlas. En 2014, le secteur du tourisme a ainsi connu une sérieuse stagnation. En chiffres, elle se traduit par +1,70% en arrivées et +1,90% en nuitées. Pour les professionnels, il serait difficile d’atteindre les 20 millions de touristes ciblés par la vision 2020 à ce rythme. Néanmoins, le recul, qui a commencé à se faire ressentir dès le mois de septembre, n’est pas dû qu’à des causes internes. Le contexte politique des pays voisins a aussi pénalisé le Royaume taxé de non désirable et sans sécurité. Professionnels et responsables appellent donc à une mobilisation pour donner une image positive aux touristes et rétablir leur confiance. «Il est urgent que l’Etat intervienne afin de sauver ce secteur névralgique générateur de milliers de postes d’emploi», a déclaré Said Dor Président de la CCISA. Une aide qui pourrait se traduire par un fonds pour donner les moyens aux professionnels d’agir. En effet, l’infrastructure doit être revue d’urgence. Près de 10.000 lits sont hors d’usage et doivent être remplacés. Face à la crise que le secteur traverse, près de 10 hôtels ont fermé. Ce qui représente quelques 5.000 lits de moins et des centaines de familles sans ressources en plus. D’un autre côté, à Agadir, la difficulté d’accès au foncier se pose avec acuité. La seule solution qui s’impose alors est la réhabilitation de l’existant pour optimiser le foncier. Et pour cela, tous les services doivent travailler en synergie pour redresser la situation et attirer les investisseurs pour que le tourisme, secteur générateur d’emplois directs et indirects soit relancé. Par ailleurs, la tenue de la session ordinaire de la CCISA a été l’occasion de soulever la problématique du commerce informel. Et qui est considéré comme une concurrence déloyale par les professionnels. Il n’y a pas encore de solution définitive à ce problème mais regrouper les vendeurs ambulants à l’intérieur des souks serait déjà un début de solutions. Sachant que les autorités locales à Inezgane Ait Melloul travaillent déjà dans ce sens. Pour rappel, la rencontre a aussi été l’occasion de signer une convention entre la CCISA et le Conseil régional Souss Massa Draâ pour la réalisation d’un complexe multi services dont le montant budgétaire est de 60 millions DH. Sur ce chiffre, 6 millions DH seront avancés par le Conseil régional. 4 Mars 2015 SOURCE WEB Par Fatiha NAKHLI L’ECONOMISTE Tags : Avec une capacité litière de 27.000 unités, Agadir a du mal à tirer son épingle du jeu- Agadir, à peine 10.000 lits répondent aux normes internationales- Professionnels et responsables appellent donc à une mobilisation pour donner une image positive aux touristes et rétablir leur confiance- Près de 10.000 lits sont hors d’usage et doivent être remplacés- Face à la crise que le secteur traverse, à Agadir près de 10 hôtels ont fermé- La seule solution qui s’impose alors est la réhabilitation de l’existant pour optimiser le foncier- problématique du commerce informel- concurrence déloyale- Conseil régional Souss Massa Draâ-