Les opérateurs manquent de moyens pour attirer les touristes chinois

Les opérateurs manquent de moyens pour attirer les touristes chinois



Hayat Jabrane, opérateur dans le tourisme depuis plus de 25 ans, spécialiste de réceptif marché chinois depuis une dizaine d’années et secrétaire générale de la Confédération Nationale du Tourisme, a expliqué en quoi le Maroc pourrait devenir le nouvelle destination phare des millions de touristes chinois, avec les moyens adéquats et la mise en place d’une politique globale efficace et stable. Depuis quelques mois, le Maroc a engagé une politique plus active envers la Chine, quelles sont les principales mesures lancées par le gouvernement ? Je vais être très franche dans ma réponse,  à l’exception de la suppression des visas par Sa Majesté, aucune mesure spéciale n’a été lancée par le gouvernement dans ce sens. L’unique action fut un séminaire organisé par le Ministre Lahcen Haddad et le Directeur de l’Office National Marocain du Tourisme, le 30 Mai de cette année, auquel ont été invités les opérateurs, les présidents des différentes fédérations et associations des métiers du tourisme, ainsi que les directeurs des compagnies aériennes desservant la Chine. Il était prévu de parler des actions à mener, afin d’améliorer les performances de ce marché sur la destination Maroc. Toutes les parties concernées se sont exprimées et ont promis d’entreprendre différentes mesures, mais rien n’a été fait à l’exception d’une présence de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) au dernier salon de Guangzhou, en marge duquel un workshop a été organisé. Dans une interview accordée à Media24 vous expliquez que « le Maroc a reçu 10’000 touristes chinois en 2015 et les objectifs fixés sont de 100’000 touristes à l’horizon 2020! C’est bien de fixer des objectifs, même trop ambitieux. Mais il faut se donner les moyens de les réaliser. La levée du visa n’est pas suffisante ». Que faut-il de plus selon vous pour attirer les touristes chinois au Maroc ? Il faudra d’abord que les promesses soient tenues, il est inutile d’organiser des séminaires discuter d’actions et ensuite ne rien faire, les engagements doivent être respectées. Comment voulez vous parler de marché réceptif chinois quand le Maroc ne dispose d’aucun guide chinois avec licence réglementaire, il faut donc que le Ministère lance un concours pour les guides des langues rares dont le chinois. Comment voulez vous espérer faire mieux et augmenter le nombre de touristes chinois, si les différents métiers ne se mettent pas au chinois. Il y a besoin de documentation dans cette langue dans les aéroports, les hôtels, les restaurants, dans les bus … Il faudra mettre les moyens financiers qu’il faut pour une bonne et belle promotion de la destination dans les différentes provinces chinoises à forte potentiel. Mais le plus important et l’incontournable est l’aérien, on ne pourra jamais parler de marché sans ligne directe… La Ram avait été annoncée en 2014 lors du Forum Maroc Chine pour être opérationnelle en 2016. Nous sommes à la veille de 2017 et toujours rien. Vous êtes allée au Salon du tourisme d’Asie, comment avez-vous trouvé l’événement et qu’en avez-vous tiré d’un point de vue personnel ? Je me rends compte que nous avons absolument besoin de moyens financiers et humains. Je me demande comment l’ONMT pourrait réaliser mieux  avec un budget 2017 réduit par le gouvernement. Ce salon a été l’occasion de présenter la destination Maroc aux professionnels asiatiques, quel retour avez-vous eu ? Quelles sont les perspectives d’avenir ? Je suis personnellement présente sur ce marché, depuis une dizaine d’année. Je suis de ceux qui ont beaucoup souffert des dispositions des visas … J’ai dénoncé pendants des années la lenteur qui était due au manque de moyens humains à l’ambassade du Maroc en Chine. Aujourd’hui il est clair, que nous sommes libérés de ces contraintes, mais ce n’était pas le seul souci. Aujourd’hui cette levée de visas a ouvert une grande porte à l’informel … Le Maroc pourra-t-il se placer comme une destination de luxe pour les riches chinois souhaitant sortir des circuits occidentaux ? En destination luxe le Maroc dispose de plusieurs hôtels, de restaurants, de véhicules destinés aux touristes qui recherchent le luxe! Mais est-ce que c’est suffisant? Nous avons besoin d’un environnement qui suit le services, la propreté dans nos rues, les infrastructures également, allant des aéroports aux sites touristiques … Une destination de luxe est tout un univers de luxe. J’espère de tout cœur que le nouveau gouvernement pourra considérer le tourisme comme une de ses priorités. Dans l’attente du nouveau Ministre, mes confrère professionnels devraient aussi s’impliquer plus et s’engager corps et âmes  pour développer ce secteur et améliorer les performances marocaines sur certain pays émetteurs, ce qui hélas n’est pas le cas. Le 01 Décembre2016 SOURCE WEB Par Chine-Magazine

Les tags en relation