Les régions les plus riches et les plus pauvres en 2015 au Maroc

Les régions les plus riches et les plus pauvres en 2015 au Maroc

En 2015, Casablanca-Settat, TTAH et Rabat-Salé-Kénitra ont contribué aux trois quarts de la croissance économique nationale. Le poids de Casablanca-Settat reste prédominant dans l’économie nationale. Mais c’est dans les provinces du sud que le PIB par tête d’habitant est le plus élevé du Maroc, et de loin. L'année 2015 a vu aussi une accentuation des disparités régionales.

A titre de rappel, l’économie nationale avait enregistré, en 2015, un produit intérieur brut (PIB) de 967,5 milliards de DH en volume et de 988,02 milliards de DH aux prix courants, soit une croissance de 4,5 % et une augmentation en valeur de 6,8% par rapport à 2014.

Selon le Haut-commissariat au plan (HCP), les comptes régionaux relatifs à 2015 présentent le PIB par région et par groupe de branche d’activité ainsi que les dépenses de consommation finales des ménages. Ces comptes intègrent, pour la première fois, les  PIB en volume et la croissance par région.

La contribution régionale à la croissance économique

Les comptes régionaux de 2015 font ressortir des disparités des taux de croissance du PIB en volume entre les régions.

Quatre régions ont enregistré des taux de croissance largement supérieurs à la moyenne nationale (4,5%):

-Dakhla-Oued-Ed Dahab (16,5%),

-Laâyoune-Saguia al Hamra (10,2%),

-Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,9%)

-Casablanca-Settat (7%).             

Deux régions ont marqué des taux de croissance proches de la moyenne nationale; il s’agit de Béni Mellal-Khénifra (4,3%) et de Guelmim-Oued Noun (4,1%).

Les autres régions présentent des taux de croissance entre 2,2% (région de Rabat-Salé-Kénitra) et  -0,1% (région de Fès- Meknès).

Par ailleurs, près de la moitié de la croissance nationale (48,1%) est à mettre à l’actif de la région de Casablanca-Settat dont la contribution à la croissance du PIB  est de 2,2 points.

Les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de Rabat-Salé-Kénitra participent pour 25% à la croissance du PIB en volume, soit 1,2 point, avec 0,8 et 0,4 point respectivement.

Les neuf régions restantes contribuent pour près d’un quart  (26,9%) de la croissance enregistrée en 2015.

La contribution régionale à la création du PIB

Les deux régions de Casablanca-Settat et de Rabat-Salé-Kénitra ont créé près de la moitié de la richesse nationale (48,2% du PIB en valeur), avec 32,2% et 16% respectivement.

Cinq régions ont généré 40,4% du PIB: la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 10,1%, de Fès-Meknès avec 9%, de Marrakech-Safi avec 8,9%, de Souss-Massa avec 6,5% et  de Béni Mellal-Khénifra avec 5,8%. 

Les régions de l’Oriental, de Drâa-Tafilalet et les trois régions du sud n’ont contribué qu’à hauteur de 11,3% à la création de PIB en valeur, avec  4,8%, 2,6% et 3,9%respectivement.

Dans ces conditions, les disparités du PIB entre les régions se sont accentuées. L’écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 53,1 milliards de DH en 2014 à 56,9 milliards en 2015.

Le PIB régional par habitant: A Dakhla, presque trois fois la moyenne nationale

Le PIB par habitant s’élève à 28.953 DH en 2015 au niveau national.

Cinq régions présentent un PIB par habitant supérieur à cette moyenne nationale:

-Dakhla-Oued-Ed Dahab (74.254 DH),

-Casablanca-Settat (45.846 DH),

-Laayoune-Saguia al Hamra (40.154 DH),

-Rabat-Salé-Kénitra (34.271 DH),

-Guelmim-Oued Noun (30.102 DH).

Dans les autres régions, le PIB par habitant s’est situé entre 15.494 DH, enregistré dans la région de Drâa-Tafilalet et 27.669 DH dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

20contribution

Deux régions ont marqué des taux de croissance proches de la moyenne nationale; il s’agit de Béni Mellal-Khénifra (4,3%) et de Guelmim-Oued Noun (4,1%).

Les autres régions présentent des taux de croissance entre 2,2% (région de Rabat-Salé-Kénitra) et  -0,1% (région de Fès- Meknès).

Par ailleurs, près de la moitié de la croissance nationale (48,1%) est à mettre à l’actif de la région de Casablanca-Settat dont la contribution à la croissance du PIB  est de 2,2 points.

Les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de Rabat-Salé-Kénitra participent pour 25% à la croissance du PIB en volume, soit 1,2 point, avec 0,8 et 0,4 point respectivement.

Les neuf régions restantes contribuent pour près d’un quart  (26,9%) de la croissance enregistrée en 2015.

La contribution régionale à la création du PIB

Les deux régions de Casablanca-Settat et de Rabat-Salé-Kénitra ont créé près de la moitié de la richesse nationale (48,2% du PIB en valeur), avec 32,2% et 16% respectivement.

Cinq régions ont généré 40,4% du PIB: la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 10,1%, de Fès-Meknès avec 9%, de Marrakech-Safi avec 8,9%, de Souss-Massa avec 6,5% et  de Béni Mellal-Khénifra avec 5,8%. 

20consommaton

Les régions de l’Oriental, de Drâa-Tafilalet et les trois régions du sud n’ont contribué qu’à hauteur de 11,3% à la création de PIB en valeur, avec  4,8%, 2,6% et 3,9%respectivement.

Dans ces conditions, les disparités du PIB entre les régions se sont accentuées. L’écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 53,1 milliards de DH en 2014 à 56,9 milliards en 2015.

Le PIB régional par habitant: A Dakhla, presque trois fois la moyenne nationale

Le PIB par habitant s’élève à 28.953 DH en 2015 au niveau national.

Cinq régions présentent un PIB par habitant supérieur à cette moyenne nationale:

-Dakhla-Oued-Ed Dahab (74.254 DH),

-Casablanca-Settat (45.846 DH),

-Laayoune-Saguia al Hamra (40.154 DH),

-Rabat-Salé-Kénitra (34.271 DH),

-Guelmim-Oued Noun (30.102 DH).

Dans les autres régions, le PIB par habitant s’est situé entre 15.494 DH, enregistré dans la région de Drâa-Tafilalet et 27.669 DH dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

La dispersion du PIB par habitant est en augmentation. L’écart absolu moyen est passé de  9.582 DH en 2014 à 11.019 DH en 2015.

Les Dépenses de consommation finale des ménages selon les régions

>Celles qui ont le plus de poids: Les régions de Casablanca-Settat et de Rabat-Salé-Kénitra ont participé pour 40,2% aux dépenses de consommation finale des ménages  (DCFM) au niveau national, avec 25,7% et 14,5% respectivement.

Celles de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, de Fès-Meknès, de Marrakech-Safi et de Souss-Massa ont participé pour 41,2% aux DCFM. Cette participation a été respectivement de 11,7%, 11,3%, 11,1% et 7,1%.

Le reste des régions ont contribué pour 18,6% des DCFM, avec des apports compris entre 0,7% pour la région de Dakhla-Oued-Ed Dahab et 6,8% pour la région de l’Oriental.

20regionaux

DCFMDans ces conditions, les disparités des dépenses de consommation se sont accentuées. L’écart absolu moyen entre la DCFM des différentes régions et la DCFM régionale moyenne a atteint 30,6 milliards de DH en 2015 au lieu de 29,8 milliards de DH en 2014.

>La plus forte consommation par tête d’habitant :  Dakhla Oued Eddahab, suivie de Casablanca-Settat.

Rapportées à la population nationale, les dépenses de consommation finale des ménages affichent des niveaux supérieurs à la moyenne nationale (16.494 DH en 2015) dans six régions :

- Dakhla-Oued ed Dahab (25.469 DH),            

-Casablanca-Settat (20.838 DH),

-Tanger-Tétouan-Al Hoceima (18.384 DH),

-Laâyoune-Saguia al Hamra (18.170 DH),

-Rabat-Salé-Kénitra (17.660 DH),

-l’Oriental (16.514 DH).

Dans les autres régions, ces dépenses de consommation par habitant passent d’un minimum de  11.163 DH (Drâa-Tafilalet) à 15.89 DH (Guelmim-Oued Noun).

A cet effet, la dispersion des dépenses de consommation finale des ménages par tête a connu une augmentation. L’écart absolu moyen est passé de 2530 DH en  2014 à 2905 DH en 2015.

Le 19 septembre 2017                                      

Source web par  Medias24    

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Edito : Région de compétences

Edito : Région de compétences

La notion de patrimoine immatériel et de richesse globale prend tout son sens quand on parle de la communauté marocaine à l’étranger. Pendant des déce...

Le Maroc vieillit et c’est inquiétant

Le Maroc vieillit et c’est inquiétant

D’ici 2050, la démographie dans la région du Maghreb en général et au Maroc en particulier connaîtra une hausse considérable du taux de vieillissement d...