Ballet diplomatique à Laâyoune Visite d’une délégation américaine et d’élus uruguayens et chiliens

Ballet diplomatique à Laâyoune Visite d’une délégation américaine et d’élus uruguayens et chiliens

Pour la première fois depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump semble porter de l’intérêt à la question du Sahara marocain. C’est ainsi qu’il a envoyé une importante délégation à Laâyoune, où elle a tenu une réunion avec le chef de la MINURSO, Colin Stewart et le gouverneur-coordinateur avec celle-ci, Hamid El Barez. L’objectif étant d’évaluer le travail de la MINURSO, à quelques semaines de la présentation du rapport annuel du Secrétaire général de l’ONU sur le Sahara marocain et d’établir un rapport détaillé sur la situation sécuritaire et politique dans la région.

Selon différents médias qui suivent  les développements de ce dossier, le rapport de la délégation américaine, composée de quatre diplomates et de quatre militaires de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat, en plus de l’attaché militaire de l’ambassade  des USA en Algérie, sera discuté à la Maison blanche. Après Laâyoune, la délégation américaine   s’est rendue dans les camps de Tindouf pour s’enquérir de plus près de la situation des populations séquestrées dans des conditions dramatiques et inhumaines sur le sol algérien.

Selon les mêmes sources, la délégation américaine a également pour mission d’évaluer l’action de la MINURSO depuis son installation dans la région, en vue de baliser la voie à une solution politique sous la souveraineté du Maroc.

A peine les émissaires américains ont-ils quitté Laâyoune qu’une délégation d’élus uruguayens et chiliens s’y est rendue dans le cadre d’une visite officielle de quelques jours sur invitation d’élus marocains.

A leur arrivée à l’aéroport Moulay Hassan 1er de Laâyoune, les visiteurs sud-américains ont été accueillis par Ahmad Lakhriff, représentant de la Chambre des conseillers chargé de la coordination avec les pays d’Amérique du Sud qui a offert un dîner en l’honneur des hôtes du Maroc. Ces derniers ont eu des entretiens avec des parlementaires et autres élus locaux. Ces entretiens ont porté essentiellement sur le dossier du Sahara marocain et la proposition d’autonomie de 2007 pour résoudre ce conflit artificiel.

Le 13 février 2018

Source Web : Libération

Les tags en relation

 

Les articles en relation