Le Maroc moins dangereux que la France pour les touristes

Le Maroc moins dangereux que la France pour les touristes

La carte des conseils aux voyageurs du Département d'État américain.

C’est en tout cas ce qui ressort du nouveau dispositif d’informations aux voyageurs du Département d’État américain mis en ligne ce mercredi. Les pays du monde sont listés sur quatre niveaux de danger pour les ressortissants américains : de 1 « Vigilance normale » à 4 « Ne pas voyager ».

Il s’agit d’une mise à jour et d’une simplification de la présentation, visant à la rendre plus claire pour les Américains préparant leurs déplacements à l’étranger. Chaque pays fait l'objet d'une description sur le site travel.state.gov, détaillant les raisons de la mise en garde (criminalité, terrorisme, santé, catastrophes naturelles, etc). Une dizaine de pays figurent en catégorie 4, qui signifie « Ne pas voyager ». Sans surprise, il s’agit de l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Iran, l’Irak, la Libye, le Mali, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen.

La liste affiche cependant quelques surprises, qui vont faire grincer des dents dans certaines capitales ou au contraire salueront les efforts de sécurisation menés par d’autres pays. Le Maroc par exemple figure dans la catégorie 1 des pays les plus sûrs. Aucune consigne de vigilance particulière n’est donnée pour les Américains souhaitant se rendre dans le Royaume.

En revanche, la France, tout comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, se retrouve en catégorie 2 « Vigilance accrue ». Le Département d’État cite notamment le fait que des « groupes terroristes préparent de possibles attaques en France. », qui pourraient viser les zones touristiques et de forte affluence comme les transports, les centres commerciaux, les hôtels, les lieux de culte ou encore les événements sportifs et culturels.

L’Hexagone se retrouve ainsi dans la même catégorie que l’Algérie et la Tunisie. Au pays du jasmin, les mises en garde sont sensiblement les mêmes quant aux potentielles cibles d’attaques terroristes. Certaines zones, comme les frontières avec la Libye et l’Algérie et la ville de Sidi Bouzid, sont également à éviter. En Algérie, ce sont aussi les zones frontalières qui sont à éviter. Il est recommandé d’éviter les trajets hors des grands axes routiers et de privilégier le recours à l’avion et aux agences de voyages ayant pignon sur rue.

Les États-Unis eux-mêmes ne figurent pas dans le nouveau dispositif. Le taux de meurtres y est pourtant de 4,88 pour 100 000 habitants, ce qui les classe entre les 4,72 de Cuba (catégorie 3, « Reconsidérer votre projet ») et les 5,56 de la Somalie (catégorie 4, « Ne pas voyager »).

Le 11 janvier 2018

Source Web : Lecourrierdelatlas

Les tags en relation

 

Les articles en relation