Quand les Pays-Bas et la Belgique veulent une taxe sur l’aérien

Quand les Pays-Bas et la Belgique veulent une taxe sur l’aérien

Estimant que "des modes de transport plus respectueux de l'Environnement, comme le chemin de fer, sont davantage taxés que le transport aérien", la Belgique plaide pour une tarification plus juste.

La Belgique compte proposer à ses 27 autres partenaires de l’Union européenne l’instauration d’une taxe européenne sur les  transports aériens.

Le 12 février dernier, le secrétaire d’Etat aux finances néerlandais, Menno Snel, avait exposé à ses collègues ministres européens réunis à Bruxelles un projet de taxe européenne sur les rejets de CO2 des avions. La Belgique compte remettre le sujet sur la table lors d’une réunion à Bruxelles des ministres de l’Environnement le 5 mars, afin de contribuer à lutter contre le réchauffement climatique.

« Il n’y a pas de taxe sur le kérosène et sur les billets d’avion », a constaté le ministre wallon de l’Environnement, Jean-Luc Crucke à la télévision belge RTBF dénonçant un mode de transport « polluant ». Par conséquent, il a plaidé pour aider « la conscience (des usagers, ndlr) par le comportement qui est celui du portefeuille ». « Vous pourrez continuer à prendre l’avion mais alors vous saurez que vous payerez beaucoup plus », a-t-il dit.

Entre 9 et 17 milliards de gain par an                      

Dans une note envoyée à ses 27 autres partenaires européens, dont l’AFP a eu une copie, la Belgique appelle à une « discussion sur la tarification du transport aérien lors du Conseil des ministres de l’UE sur l’Environnement ». Estimant que « des modes de transport plus respectueux de l’environnement, comme le chemin de fer, sont davantage taxés que le transport aérien », la Belgique plaide pour une tarification plus juste. La délégation belge « remercie » également, dans cette note, « les Néerlandais d’avoir initié la discussion au Conseil des ministres européens des Finances et d’organiser une conférence internationale sur le sujet du 20 au 21 juin prochain ».

Selon l’ONG Transport & Environnent, cité par le quotidien Le Soir, imposer une taxe au taux minimum de 0,33 centime/litre sur le kérosène utilisé pour des vols domestiques intra-européens rapporterait chaque année 9,5 milliards d’euros supplémentaires (à l’échelle européenne). Appliquer une TVA de 15 % sur les billets d’avion – soit 12 euros supplémentaires pour un trajet qui en coûte 80 aujourd’hui – rapporterait 17 milliards supplémentaires. Et une taxe sur les billets, comme dans de nombreux pays à travers le monde, de 10 euros pour les vols intra-UE et 20 euros pour les vols extérieurs rapporterait encore 11 milliards chaque année.

Le 04 Mars 2019

Source web : lecho touristique

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation