Délais de paiement: 30 milliards de DH de cash pour les TPME

Délais de paiement: 30 milliards de DH de cash pour les TPME

L'allongement des délais de paiement a renforcé la pression sur la trésorerie de nombreuses TPE et PME. C'est un accélérateur de défaillance. Un retour à la normale, c'est-à-dire 60 jours,  pour les entreprises qui paient en retard, se traduirait par un gain de trésorerie estimé à 30 milliards de DH

La course derrière les créanciers est devenue le sport numéro 1 des chefs d'entreprise marocains. Une bonne partie de leur emploi du temps est consacrée au recouvrement des impayés. Malgré les alertes, les délais de paiement continuent de dériver. Les PME et les TPE en paient le prix fort. Si la conjoncture a accentué le phénomène, les comportements de certaines entreprises ne sont pas tolérables.

Beaucoup se font de la trésorerie sur plus petites qu'elles. Or, c'est le nerf de la guerre. La normalisation à 60 jours des délais de paiement (clients et fournisseurs) des entreprises en infraction libérerait 17 milliards de DH de trésorerie pour les PME et 13 milliards de DH pour les TPE selon une simulation de Bank Al-Maghrib.

Alors que le risque de paiement demeure élevé année après année, la cartographie sectorielle est bien différenciée. L'industrie constitue une zone à très haut risque puisqu'elle concentre une proportion importante de mauvais payeurs. Une entreprise sur deux règle ses fournisseurs en retard. Dans les industries extractives, 37% des sociétés payent plus de deux mois après la limite légale contre 23% dans les industries manifacturières.

comportement

Alors que le risque de paiement demeure élevé année après année, la cartographie sectorielle est bien différenciée

Pour autant, ces structures ne sont pas forcément de mauvaise foi. Plusieurs d'entre elles ne font que répercuter des délais clients très longs sur leurs fournisseurs. Six entreprises sur dix dans les industries extractives encaissent en retard. La rallonge dépasse même deux mois pour 45% des acteurs du secteur. La situation n'est guère reluisante dans les industries manufacturières.

Les risques sont modérés dans l'hébergement et la restauration, la production et la distribution d'électricité, ou encore dans le transport et l'entreposage. Au moins 7 entreprises sur 10 s'acquittent de leurs factures en temps et en heure dans ces secteurs. Leur proportion monte même à 80% dans l'hébergement et la restauration.

Les entreprises de transport et d'entreposage sont plus disciplinées envers leurs fournisseurs que ne le sont leurs clients vis-à-vis d'elles. 70% honorent leurs factures dans les délais. Par contre elles sont moins nombreuses à avoir la réciprocité puisque seulement 41% sont payées à temps et 39% doivent patienter plus de deux mois après l'échéance de la facture pour être réglées.

Selon la taille, les TPE sont les plus respectueuses de leurs engagements. Elles sont 55% à payer leurs fournisseurs dans les délais réglementaires, selon une étude d'Inforisk. Une PME sur deux honore ses factures à temps alors que les grandes entreprises qui ont moins de soucis de trésorerie sont les moins disciplinées. 49% seulement respectent la date d'échéance des factures.

 Le  07/08/2019

Source web Par leconomiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation