Montée des eaux : ces villes françaises qui pourraient disparaître d'ici 30 ans

Montée des eaux : ces villes françaises qui pourraient disparaître d'ici 30 ans

Une étude parue dans une revue scientifique il y a quelques semaines a démontré que d'ici 2050 plusieurs villes côtières seraient menacées par la montée des eaux. Et la France n'est pas épargnée...

300 millions de victimes en 2050 dont 1 million de Français

Dérèglement climatique, fonte des glaces, la réalité est là : le niveau de la mer ne cesse de monter. Plus de 300 millions de personnes dans le monde seraient menacées par la montée des océans, notamment en Asie, mais aussi en Europe. En ligne de mire, les Pays Bas, le Royaume-Uni et la Belgique avec des villes comme Bruges, traversée par des canaux et Ostende en bord de littoral.

Mais en France aussi ce sont plusieurs villes des départements du Pas de Calais à la Gironde en passant par la Vendée et la Charente-Maritime qui pourraient être rayées de la carte.

Les scientifiques de Climate Central ont réalisé une carte interactive montrant les zones qui pourraient être inondées d'ici 2050, selon différents paramètres : l'élévation du niveau de la mer, la stabilité ou non de la calotte glaciaire et les émissions de gaz à effet de serre.

Le littoral Nord en zone rouge

Les chercheurs placent la région des Hauts de France sous les eaux. Les villes de Dunkerque, Grande-Synthe, Calais et Saint-Omer, où près de 400 000 personnes vivent sous le niveau de la mer, seraient les plus touchées. La Baie de Somme n'est pas épargnée, et de Boulogne sur Mer à Abbeville en passant par Le Touquet et Berck, les habitants qui vivent près de la mer devront penser à trouver un autre lieu de vie, plus en retrait.

1500

© Climate Central

La Normandie ne s'en sortira pas indemne

On descend le long de la Manche pour constater que la Normandie subit également la montée des eaux. Dieppe et Fécamp doivent se préparer à une submersion marine inévitable. En sortant de son lit, la Seine fera grimper les eaux au Havre et à Rouen et ses hôtels. Et enfin sur le littoral, ce sont les stations balnéaires de la Côte Fleurie, et les hôtels de Deauville, Trouville ou encore Honfleur, construits en front de mer, qui prendront de plein fouet le changement climatique, et l’élévation du niveau des océans.

24190

© Climate Central

Même constat en Bretagne et Pays de la Loire

Selon l'institut Climate Central, la ville de Landerneau sera sous les eaux, et l'île Tudy dans le Finistère pourrait bien disparaître de la carte. Dans les Côtes d'Armor, c'est Saint-Malo, l'île de Bréhat et Paimpol qui seraient les plus vulnérables.

Si l'Océan vient gonfler le niveau de la Loire, c'est tout le parc régional de Brière qui serait inondé, mais également Saint-Nazaire et Nantes traversée du nord au sud par le fleuve. Quand à l'île de Noirmoutier, elle serait engloutie sous le niveau de la mer.

241899

© Climate Central

En Nouvelle Aquitaine, les prévisions sont inquiétantes

L'avenir pour une partie de La Rochelle, la moitié de l'île de Ré et l'île d'Oléron n'est pas au beau fixe, ni à Rochefort et Cognac non plus d'ailleurs. Si l'océan Atlantique s'engouffre dans l'estuaire de la Gironde, c'est Bordeaux qui aura les pieds dans l'eau.

241887

© Climate Central

Les zones basses soumises aux marées comme le bassin d'Arcachon sont aussi menacées. La région est particulièrement vulnérable à l'érosion et le cordon dunaire ne cesse de reculer.

Les habitants qui vivent trop près du littoral encourent des risques, sachant que le niveau des océans va encore s'accélérer si le taux d'émission de CO2 ne baisse pas.

Le 20/01/2020

Source web Par Alibabuy

Les tags en relation

 

Les articles en relation