Interventions violentes des forces de l’ordre: Le groupe parlementaire socialiste questionne le ministre de l’Intérieur

Interventions violentes des forces de l’ordre: Le groupe parlementaire socialiste questionne le ministre de l’Intérieur

Président du groupe parlementaire socialiste (USFP) de la Chambre des représentants, Amam Chokrane a adressé ce jeudi une question orale au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, sur un certain nombre d’actes violents filmés par les objectifs de la caméra, où l’on voit certains agents des autorité locales battre violemment des citoyens qui n’ont pas respecté les régles de confinement qu’impose l’état d’urgence sanitaire dans le Royaume.

Les séquences vidéo de certains éléments des forces de l’ordre mettant en œuvre l’état d’urgence sanitaire continuent de susciter un grand débat dans les réseaux sociaux.

Bien que certaines d’entre elles aient été partagées pour illustrer la mobilisation des forces de l’ordre pour appliquer les mesures prévues, d’autres ont néanmoins suscité l’indignation.

C’est particulièrement le cas pour les vidéos montrant des citoyens battus, giflés ou maltraités sous les objectifs des caméras.

C’est dans ce contexte que le député et président du groupe socialiste de la première Chambre a souligné, dans sa question orale, que ces comportements sont « inacceptables« , dénonçant que des citoyens violant les mesures d’état d’urgence sanitaire soient giflés et battus devant les caméras, « comme si le pays n’était pas régi par la loi ».

Amam Chokrane a estimé que de tels comportements « pourraient réduire le niveau de confiance exprimé par les citoyens et le travail admirable entrepris par de multiples secteurs publics dans ces circonstances difficiles, en particulier, car la sanction associée à la violation de l’état d’urgence est claire, et juridiquement applicable ».

En conséquence, le chef du Groupe parlementaire socialiste a interrogé le ministre de l’Intérieur sur « les mesures que son ministère prendrait pour garantir l’application de la loi, sans abus ».

Amam Chokran a également demandé à Abdelouafi Laftit, « quelles sont les mesures prises contre quiconque utilisant arbitrairement le pouvoir de confronter des citoyens ? ».

Le 26 Mars  2020

Source web Par Hespress

Les tags en relation

 

Les articles en relation