E U Avec l’impasse budgétaire, le dollar va droit dans le mur… de Chine!

E U Avec l’impasse budgétaire, le dollar va droit dans le mur… de Chine!

La crise qui agite la classe politique américaine est en train de faire vaciller le dollar.

Flickr/401 (K) 2012

Aux Etats-Unis, les républicains donnent un répit de six semaines à la Maison Blanche. Six semaines de plus pour négocier un nouveau plafond de la dette et un budget pour 2014. Le risque du défaut de paiement s'estompe, mais le mal est déjà fait chez les partenaires commerciaux des Etats-Unis, et en particulier en Chine.

« Arrêtez de faire sombrer le navire » s'est emporté hier le commentateur du China Daily. Le quotidien chinois utilise ses plumes les plus acérées pour dire tout haut ce que les dirigeants chinois pensent de plus en plus fort.

L'éditorialiste du quotidien français Les Echos est encore plus explicite ce matin en intitulant son commentaire sur l'impasse budgétaire : « l'Etat le plus dangereux du monde ». L'irresponsabilité de la classe politique américaine fait l'unanimité dans la presse du monde entier.

C'est aussi l'avis de la directrice du Fonds monétaire international. Christine Lagarde dénonce les effets dévastateurs que cette crise politique peut avoir sur l'économie mondiale.

Les Chinois ont peur pour leur économie mais aussi pour leur matelas de billets verts

Effectivement, la Chine est le premier pays étranger détenteur de bons du trésor, devant le Japon. En cas de défaut, son matelas de billets verts, de l'ordre de 1 300 milliards de dollars, verrait sa valeur sérieusement amputée.

Le tiers de la dette américaine est aux mains de non Américains. Quasiment tous les pays du monde détiennent à titre public ou privé une parcelle de cette dette jugée jusqu'à aujourd'hui la plus sûre du monde. Le monde entier fait crédit aux Etats-Unis parce c'est le pays le plus puissant économiquement et militairement, mais aussi parce que sa monnaie est de fait incontournable. Mais la crise qui agite la classe politique américaine est en train de faire vaciller ce roi dollar.

Peut-on s'affranchir aussi vite du billet vert ?

Disons que le processus s'accélère à la faveur de cet imbroglio politico-budgétaire. L'accord passé hier entre la Banque centrale européenne et la Banque centrale chinoise en est une preuve cinglante. Il prévoit l'ouverture d'une ligne de crédit en euro pour les Chinois, en renminbi pour les Européens, à hauteur de 45 millions d'euros sur trois ans.

Sur ce montant, les deux signataires protègent ainsi leurs échanges des caprices du dollar. Cet accord pourrait dans les prochaines années porter sur des montants beaucoup plus importants. Par ailleurs, d'autres pays s'abritent des aléas du dollar, l'Inde par exemple. Ereintée cet été par les annonces de la Fed, elle en train d'émettre pour la première fois de la dette en roopie sur le marché international, sans passer donc par le billet vert. La roopie ne prétend pas détrôner le dollar, mais réduire le plus possible la dépendance à l'égard de cette monnaie de plus en plus imprévisible.

EN BREF DANS L'ÉCONOMIE :

Les ONG n'en croient pas leurs yeux : pour la première fois dans son histoire le FMI propose de taxer les riches

Il a suffit de quelques lignes dans un rapport touffu consacré à la dette pour faire le buzz. Le FMI soucieux de maintenir le cap sur la réduction des déficits suggère dans ce rapport de taxer les plus riches et leurs patrimoines afin de renforcer la légitimité des plans de rigueur imposés à tous. Ce genre de proposition, confirmée de vive voix par Christine Lagarde, c'est bien le début d'une révolution pour le gardien de l'orthodoxie financière.

Les pays africains craignent de faire les frais de la lutte mondiale contre l'évasion fiscale

Les pays miniers et pétroliers francophones ont fait part de leurs inquiétudes cette semaine à Washington. Favorables à la nouvelle croisade du G20 contre les multinationales spécialisées dans l'optimisation fiscale, ils craignent de perdre le peu de recettes fiscales engrangées avec les compagnies minières et pétrolières au profit des pays développés qui envisagent de taxer ces sociétés directement dans leur pays d'origine. Ce sujet sera abordé lors des prochains rendez-vous du FMI.


SOURCE WEB Par Dominique Baillard    RFI

Tags : le mal est déjà fait chez les partenaires commerciaux des Etats-Unis, et en particulier en Chine- l'Etat le plus dangereux du monde- L'irresponsabilité de la classe politique américaine fait l'unanimité dans la presse du monde entier- Christine Lagarde dénonce les effets dévastateurs que cette crise politique peut avoir sur l'économie mondiale- Le tiers de la dette américaine est aux mains de non Américains- 'accord passé hier entre la Banque centrale européenne et la Banque centrale chinoise- ouverture d'une ligne de crédit en euro pour les Chinois, en renminbi pour les Européens, à hauteur de 45 millions d'euros sur trois ans-