TSGJB BANNER

Découverte de mystérieuses constructions en pierre plus anciennes que les pyramides d’Egypte et Stonehenge

Découverte de mystérieuses constructions en pierre plus anciennes que les pyramides d’Egypte et Stonehenge

Jusqu’à présent, beaucoup d’entre nous considéraient les pyramides d’Egypte et Stonehenge comme étant les structures anciennes les plus étranges au monde. Mais les « mustatils » pourraient également s’écrire dans ce registre.

Des archéologues de l’université d’Australie-Occidentale, à Perth viennent récemment de publier une étude dans le Cambridge University Press. Cette étude porte sur les « Mustatils », terme arabe qui signifie rectangle et qui désigne de mystérieuses constructions monumentales en pierre qui ont été faites sur les sites d’AlUla et de Khaybar, dans le Nord-Ouest de l’Arabie saoudite.

D’après les experts, ces étranges structures ont été érigées au sixième millénaire avant JC avant J.-C et sont ainsi plus anciennes que Stonehenge ou les pyramides d’Egypte. A noter que l’existence des mustatils est connue depuis les années 1970 mais ce n’est que tout récemment qu’une équipe d’universitaires a décidé de lancer une opération archéologique d’envergure pour de vastes étendues de la région pour découvrir tous les Mustatils existants et les étudier.

Plus de 1.000 mustatils ont été découverts

Pour ce faire, les chercheurs ont effectué des recherches terrestres et aériennes. A noter que les Mustatils sont caractérisés par de longs murets de grès et de schiste en forme de rectangle dont la longueur varie de 20 à 620 mètres. Lors de leur recherche aérienne effectuée par hélicoptère, les chercheurs ont pu photographier 350 Mustatils. Une recherche par télédétection utilisant l’imagerie satellitaire en a détecté 641 et une recherche au sol a dénombré une quarantaine de Mustatils.

Le Kingdoms Institute, qui est un centre mondial de recherche archéologique et de conservation, mandaté par la Commission royale pour AlUla, a enregistré plus de 1.000 Mustatils, soit deux fois plus que ce que les responsables avaient dénombré auparavant.

vestiges-pierres

Emplacement géographique de la découverte. Crédit image : cambridge.org

Les mustatils seraient les structures religieuses et sacrificielles de l’Arabie?

Mais une question se pose : A quoi pouvait bien servir ces structures ? Selon Hugh Thomas, archéologue de l’université d’Australie-Occidentale, il se peut que « des personnes ont créé ces structures à des fins rituelles au Néolithique, ce qui impliquait d’offrir des sacrifices d’animaux sauvages et domestiques à une ou des divinités inconnues ».

vestiges-pierres-002

Positionnement géographique des différents Mustatils. Crédit photos : AAKSAU et Royal Commission for AlUla.

Les scientifiques ont effectivement fouillé une de ces structures et y ont découvert des pierres dressées non décorées autour desquelles se trouvaient des cornes, des os de bovins, des moutons, des chèvres et des gazelles qui ont été disposés comme des offrandes, dans des cellules circulaires en pierre, nous rapporte connaissance des arts. Les scientifiques écartent l’hypothèse selon laquelle ces cellules auraient pu servir d’enclos pour des animaux étant donné que les murs étaient bas et qu’aucune sépulture humaine n’a été découvert à proximité.

Ces structures supposeraient également l’existence d’une organisation sociale importante

La datation au radiocarbone d’une corne et d’une dent de bovin a également révélé aux chercheurs qu’elles dataient du VIè millénaire avant J.-C. Il se pourrait ainsi que ces structures soient les premières preuves d’une activité sacrée au Néolithique dans le désert d’Arabie.

Mais par qui ? Hugh Thomas y répond en disant qu’ « il est très probable que de grandes communautés ou des groupes de personnes se soient réunis » pour construire les Mmustatils « en raison de la taille monumentale de certains de ces bâtiments » qui a nécessité des efforts considérables. « Cela suggère une organisation sociale importante et un objectif ou une croyance commune » ajoute-t-il.

En tout cas, le directeur par intérim des musées et des expositions de la Commission royale pour AlUla, le Dr Abdulrahman Alsuhaibani, a déclaré dans un communiqué que « les découvertes réalisées sur les mustatils représentent une avancée majeure dans notre perception et notre compréhension des sociétés néolithiques et signent la première étape des ambitions saoudiennes en matière de recherches en archéologie ».

sddefault

Le 16 mai 2021

Source web Par : neozone

Les tags en relation