TSGJB BANNER

La censure artistique change de camp au Maroc

La censure artistique change de camp au Maroc

- Durant le mois du ramadan, nombreuses sont les organisations professionnelles marocaines qui déposent plainte contre des séries, des sitcoms et des films pour «atteinte à leur profession»

- La Haute Autorité marocaine de la communication audiovisuelle a publié un communiqué où elle réaffirme l’importance de préserver la liberté de création

CASABLANCA: La censure du contenu artistique change de camp au Maroc. Alors que dans un passé récent, cette censure provenait souvent des autorités politiques du Royaume, désormais ce sont ces mêmes autorités qui défendent bec et ongles la création artistique contre les plaintes et demandes de censures d’associations et de groupements professionnels.

Durant le mois du ramadan, où les productions audiovisuelles sont plus nombreuses, les plaintes d’organisations professionnelles se multiplient dans les tribunaux marocains contre des personnages de sitcoms, séries ou films qui «porteraient atteinte à leur profession», selon eux. Pire, certains veulent désormais exiger que les producteurs leur soumettent le contenu de leur œuvre pour une autorisation de diffusion.

La sitcom Café Ness Ness

Le mois du ramadan de cette année n’a pas dérogé à cette malheureuse habitude. L’Association nationale des jeunes avocats du Maroc a saisi la Haute Autorité marocaine de la communication audiovisuelle (Haca) contre la sitcom Café Ness Ness, diffusée sur la chaîne de télévision marocaine Al Aoula, dans laquelle une actrice joue le rôle d’une avocate qui prend rendez-vous avec ses clients dans un café populaire, le tout dans un cadre comique et parodique.

Cela n’a pas été du goût des avocats qui s’indigent contre une «atteinte à l’image de la profession d’avocat d’une manière qui ne reflète pas la réalité». Un avocat au barreau de Rabat a même déposé, le 23 avril 2021, une plainte à caractère urgent, réclamant l’arrêt immédiat de la diffusion de la série, ainsi qu’une amende de 100 000 dirhams (1 dirham = 0,093 euro) à la chaîne Al Aoula pour chaque jour de retard après publication de la décision.

La liberté de création

Maigre consolation pour le plaignant, le tribunal de première instance de Rabat ayant tout simplement rejeté sa plainte. Une décision qui intervient après la publication par la Haca d’un communiqué au ton ferme.

«La liberté de création artistique telle que garantie par la Constitution marocaine fait partie intégrante de la liberté de la communication audiovisuelle. Ce droit à la liberté doit être garanti tout particulièrement quand il s’agit d’œuvres de fiction. La représentation critique d’une profession concernée dans une œuvre audiovisuelle de fiction ne constitue pas une diffamation telle qu’elle est légalement définie, ni ne comprend nécessairement une intention d’offenser ou de nuire. Elle renvoie en revanche au droit de l’auteur de l’œuvre de faire, en toute liberté, les choix artistiques qui lui conviennent», lit-on sur le communiqué, on ne peut plus clair, de la Haca daté du 27 avril 2021.

Augmentation notable du nombre de plaintes

Le régulateur rappelle par ailleurs qu’il reçoit fréquemment des plaintes de particuliers, d’associations ou d’organisations professionnelles au motif que certaines œuvres de fiction diffusées sur les chaînes de télévision marocaines comporteraient des scènes ou des dialogues qui seraient préjudiciables à l’image de certaines professions, voire qui porteraient offense à leurs membres. «Pendant le mois du ramadan, une augmentation notable du nombre de ces plaintes est remarquée, notamment en raison de la forte programmation d’œuvres de fiction nationale (séries, sitcoms, films, etc.) durant cette période caractérisée également par des niveaux d’audiences élevés», indique la Haca.

Malgré cet appel à préserver la liberté de création, d’autres plaintes ont été déposées notamment celle d’une association de cafés et restaurants contre la même sitcom Café Ness Ness. L’association s’indigne contre des messages véhiculés par la sitcom. «Le propriétaire du café est présenté comme une personne riche, ce qui n’est pas vrai. Nous rencontrons plusieurs difficultés et nous ne sommes pas riches», lance l’association.

Un rempart contre la censure des corporatistes

«Ça part dans tous les sens. Ça devient du n’importe quoi. Alors qu’avant on luttait contre la censure des autorités, ce sont ces derniers qui constituent pour nous un rempart contre des organisations professionnelles qui veulent tout censurer. Nous ne sommes pas là pour leur plaire. Si on ne traite plus de personnages d’avocats, de médecins, d’enseignants ou de banquiers, ils nous dictent donc notre liberté de pensée et de création. Évaluer une œuvre, la critiquer, c’est légitime et c’est constructif, mais qu’on ne vienne pas nous restreindre notre liberté de création. Heureusement que la Haca et l’État marocain sont là pour défendre notre droit constitutionnel», déclare à Arab News en français un réalisateur marocain, ayant requis l’anonymat, et qui a déjà fait l’objet de pressions de la part de plusieurs corporations dans le passé.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que des associations d’avocats marocains se révoltent contre des œuvres de fiction. En 2019, des avocats de Casablanca ont adressé une pétition à l'Association des barreaux du Maroc (ABM) contre la série Al Madi La Yamout («Le passé ne meurt pas»). Ils ont dénoncé une atteinte à leur profession, car le personnage principal, joué par l’artiste Rachid el-Ouali, met en scène un avocat «corrompu et qui fait la cour à une cliente».

Le 12/05/2021

Source web Par : Arab news

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Voici la date du Ramadan 2018 au Maroc

Voici la date du Ramadan 2018 au Maroc

Afin de déterminer par le calcul la possibilité d'une visibilité du premier croissant lunaire qui permettra de définir le début du prochain mois de je...