TSGJB BANNER

Fés : Discours du président de la Fondation Trophée de l’Africanité lors de la célébration d’African Day par l’Université Mohammed Ben Abdallah le lundi 31 Mai 2021

Fés : Discours du président de la Fondation Trophée de l’Africanité lors de la célébration d’African Day par l’Université Mohammed Ben Abdallah le lundi 31 Mai 2021

Excellences, Honorables invite?s, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi, tout d’abord, de remercier L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, avec à sa tête le président Radouane Mrabet, de m’avoir invité à participer à cet évènement important qui se tient dans cette ville de Fés, qui continue à nous envoûter par la beauté de son esprit de jadis. Evénement qui, sans aucun doute, va servir à compléter nos connaissances sur notre propre passé identitaire et culturel.

Il va nous permettre également de dégager une future vision qui s’ouvre devant nous, parce que  l’Histoire permet de tirer  les avantages de l’ensemble des expériences accumulées. De nos jours, presque plus personne n’applique à lui-même ces connaissances et expériences historiques acquises, et pourtant, si c’était le cas, on aurait des conduites sociales et culturelles plus équilibrées et harmonieuses.

Nous sommes à Fés une ville en pleine migration avec tout son patrimoine identitaire. Je suis sorti en ville, j’ai marché et Fés m’a parlé.

Car c’est ici aujourd’hui que  l’on retrouve Cette Terre Sacrée de l’Andalousie   depuis qu’elle a quitté l’Espagne lors de  la chute de Grenade en 1492. Il y a ici un projet de musée juif en cours de réalisation. C’est la première fois  dans l’histoire qu’un pays arabo-musulman consacre des fonds publics, pour construire un lieu muséal dédié à la mémoire juive. Une initiative unique dans le monde arabo-musulman.

Je suis Ravi et fier de  cette initiative royale qui permettra d’accueillir le premier musée public, à cultiver la mémoire de la communauté juive, depuis son installation au Maroc, c’est  le seul lieu de ce genre, du continent africain et de la région MENA.

C’est tout dire de l’héritage andalou gardé jalousement par la ville de Fés. Une symbolique de tolérance et d’ouverture sur les autres cultures, induite par ce geste royal,  en plein  coeur de  cette sublime ville impériale. Ce musée aura, pour vocation, de raconter l’histoire de la communauté juive et de donner un éclairage sur ses traditions et sur son apport politique, économique, social et culturel à la société marocaine.

Une volonté royale qui avait également donné le coup d’envoi, en 2019 pour restaurer et transformer le palais Batha de Fès en musée d’arts de l’Islam.  Ce dernier sera le plus grand lieu muséal du monde, avec des œuvres extraordinaires, comme le plus vieux Minbar de la planète qui se trouvait, auparavant, à Damas ravagée hélas par la guerre.

Il se trouve que, cet esprit de fés, qui se manifeste dans le monde spirituel, peut se révéler d’une grande nécessité pour notre époque actuelle. Une époque où nous n’avons pas été capables de trouver l’équilibre dans la relation entre les différents peuples, sociétés, ethnies et idéologies.

Ceci nous démontre à quel point Fés peut s’insérer pleinement dans la vie  du monde actuel, participé à son développement tout en étant en accord avec ses valeurs identitaires, ses valeurs islamiques, en collaborant à son progrès, à sa croissance dans un monde global. Sans perdre sa spiritualité dans le respect total des autres religions. La migration de la ville de Fés  est en Marche !

Fés peut devenir la capitale de l’hospitalité pour l’élite africaine. Devenir  la premiére ville marocaine à lancer des salles de marchés et de trading dans toutes les universités et écoles supérieures. Le trésor sera d’exporter du savoir culturel religieux économique financier artisanal et touristique. Fés peut devenir un rempart de l’émigration africaine en devenant la capitale de l’enseignement de ces mêmes disciplines..

Ce même enseignement qui rappelle qu ‘ Il n’est pas possible de convaincre l’adversaire par la force d’une haine irrationnelle, qu’il a peut-être lui-même provoqué. Par contre, il faut observer ce qu’il y a de positif en lui qui puisse nous servir pour amorcer un dialogue et un rapprochement qui jusqu’alors avaient été impossibles

La ville de Fés a une fierté. Celle de retrouver ses lumières et ses couleurs  de jadis. La ville veut que sa foi soit convertie pour sa réussite économique et social ! La ville grandit et ses enfants sont inquiets de son avenir. Comment faire pour que  les futurs leaders puissent contribuer  à l’essor de cette ville qui nous tient tant à cœur ?

La Fondation Trophée de l ‘Africanité serait ravie d’organiser son prochain sommet de l’africanité à Fés et répondre à la question «  Comment relancer l ‘africanité et la force économique de Fés ? »

.Il est donc tout à fait possible de lancer par exemple un PACTE DE FES qui fédère la force de ces leaders d’ici ou d’ailleurs qui ont à cœur de réussir la migration de Fés dans le respect de son identité culturelle et économique pour un monde meilleur.

Il faut le savoir ! Le Maroc est d’une part une chance pour l ‘Europe qui hélas ne l ‘a pas encore réalisé, c’est vrai  et d’autre part  une chance pour ces immigrés africains qui eux l’ont réalisé et ont réussi s’intégrer pour s’installer au royaume et  vivre avec dignité !

Cette fierté du royaume de travailler d’égal à égal d’Etat à Etat est aussi un appel à une relation plus équitable de Continent à Continent. L’Africanité c’est aussi être sensible aux valeurs qui ont été défendues par nos ancêtres de Fés et qu’il faudra défendre par une solidarité médiatique et diplomatique. L’Afrique a le même combat. L’Afrique par l’Afrique.

Plus proche de nous : En matière de lutte contre l ‘immigration clandestine le Maroc a avorté 13.000 tentatives d’immigration irrégulière depuis 2017, démantelé 4.163 réseaux de trafics et enregistré 48 tentatives d’assaut sur Sebta. Des chiffres qui méritent reconnaissance, et qui parlent d’eux-mêmes de la compétence marocaine dans son engagement à respecter son partenariat avec l ‘Union Européenne.

Le  Maroc a fait ses preuves dans le domaine de la Migration.

L’Observatoire africain des Migrations (OAM) né à rabat et  sur proposition de SM le Roi Mohammed, en sa qualité de Leader de l’Union Africaine sur la question de la migration, est devenu Un outil efficace  permettant  une meilleure connaissance du phénomène migratoire, entre les pays africains et de favoriser une gouvernance éclairée des migrations africaines.

Depuis le début du 21ème siècle, le Maroc est devenu un pays d’accueil pour les migrants de différentes régions du monde, comme le Moyen-Orient, l’Asie, l’Europe et l’Afrique subsaharienne. 

Cette transformation du Maroc en pays d’accueil et de résidence reflète la stabilité et la sécurité dont il jouit, ainsi que sa croissance économique soutenue.

Le Maroc, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a mis en place une nouvelle politique d’immigration selon une approche humaine, intégrée et globale.

La Constitution du Royaume comprend des articles relatifs à l’immigration et à la résidence des étrangers, à la non-discrimination, au droit d’asile et à l’égalité dans les droits des citoyens marocains et étrangers.

Le Maroc a régularisé la situation de pas moins de 50.000 immigrés.

la Stratégie nationale pour la migration et l’asile a également permis aux réfugiés de retrouver leur dignité et de contribuer à créer de la richesse, notant que 62% des réfugiés au Maroc sont des femmes et des enfants.

Les immigrés résidant au Maroc bénéficient actuellement de la campagne de vaccination contre le coronavirus,

le Royaume, qui voit en la migration une opportunité et non une menace, est l’un des rares pays qui ont développé une stratégie nationale pour gérer cette problématique, devenant un modèle de bonne gouvernance dans ce domaine.

Le Maroc est déterminé à contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Si aujourdhui au sommet du continent le Maroc se bat pour la dignité et la reconnaissance de son intégrité territoriale c’est aussi le droit à la dignité de tout ces enfants du continent qu’il défend dans le même élan.

Je vous remercie

Nasrallah Belkhayate

Le 31/05/2021

Source web Par: leadershiproyal

Les tags en relation

 

Les articles en relation

#MAROC_CANNABIS_ONU:

#MAROC_CANNABIS_ONU:

Le cannabis n'est plus considéré comme un stupéfiant à risque par l'ONU: voici le vote du Maroc Un vote, qui s’est soldé par 27 voix pour, 25 ...