TSGJB BANNER

Nadia Fettah Alaoui aux patrons: «le comité de veille économique sera réactivé pour accompagner les entreprises»

Nadia Fettah Alaoui aux patrons: «le comité de veille économique sera réactivé pour accompagner les entreprises»

La ministre de l’Economie et des finances était l'invitée de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) hier, jeudi 16 décembre 2021. L’occasion pour Nadia Fettah Alaoui de rassurer les acteurs économiques du pays et d’appeler à joindre l’effort public au privé. Compte-rendu.

Si elle n’a pas fait de grandes annonces pour sa première séance de travail avec le patronat, depuis sa nomination à la tête du ministère de l'Economie et des finances, Nadia Fettah Alaoui a tenu, au cours de cette réunion hier, jeudi 16 décembre 2021 au siège de la CGEM, quartier Palmier, à Casablanca, à rassurer les membres du Conseil National de l’Entreprise (CNE) de la CGEM sur l’avenir des secteurs productifs, et tout particulièrement ceux qui n’ont toujours pas réussi à se redresser depuis le début de la crise.

«L’année 2021 finit plutôt bien en termes de croissance», a-t-elle précisé, indiquant qu’il était important d’avoir confiance dans les forces vives du Royaume pour assurer une relance dynamique de l’économie nationale.

Interrogée sur l’avenir du secteur touristique, qui subit de plein fouet l’impact de la fermeture des frontières et de l’incertitude qui y règne, la ministre s’est voulue réaliste: «le constat du secteur est largement partagé, toutes les ambitions de relance qui ne sont pas loin ont été contrariées par l’évolution de la situation sanitaire et nous en sommes conscients», a-t-elle précisé, indiquant que près de 50% du parc touristique national n’a jamais ouvert depuis mars 2020.

La ministre a aussi annoncé aux patrons présents que des séances de travail sont constamment tenues pour discuter de l'avenir des entreprises du secteur.

«On s’est récemment réuni au ministère avec le GPBM (le Groupement professionnel des banques du Maroc, Ndlr) pour discuter notamment de la situation des entreprises du secteur touristique, ils sont mobilisés sur le court terme pour accompagner le secteur, notamment sur la question du moratoire. De notre côté, nous travaillons aussi avec le Trésor et Tamwilcom pour réduire l’impact de l’incertitude sur les entreprises du secteur», a-t-elle expliqué.

Nadia Fettah Alaoui a par ailleurs confirmé que le comité de veille économique sera réactivé pour accompagner les entreprises nationales et discuter des mesures à déployer pour éviter l’effondrement des secteurs qui n'arrivent toujours pas à voir le bout du tunnel. «Il est temps de relancer le comité de veille économique. A compter du mois de janvier nous devons avoir un rendez-vous trimestriel pour discuter de ces différents sujets», a précisé la ministre.

En ce qui concerne le volet des investissements, la ministre a tenu à rassurer les opérateurs, et a expliqué que le secteur touristique avait toute l'attention des pouvoirs publics. «Le Fonds Mohammed VI aura un compartiment dédié au tourisme, nous avons discuté des sujets de fonds propres et de quasi-fonds propre, avec un profil ad hoc, et tout cela devra être mis en œuvre prochainement», a-t-elle annoncé, avant de préciser que des discussions sur «les mesures à prendre sur le court terme dans un prochain CVE, et l’investissement dans un second temps» seront bientôt amorcées.

Quant à Chakib Alj, le président de la CGEM, il s’est félicité de l’écoute et les signaux positifs envoyés par le gouvernement au secteur privé, notamment avec cette annonce par le chef du gouvernement de l’apurement du stock de crédit sur la TVA, de l'ordre de 13 milliards de dirhams (MMDH) d’ici avril 2022.

«Le remboursement de ce dû par l’Etat aux entreprises sera une bouffée d’oxygène pour leur trésorerie et leur permettra de remplir leur rôle premier, celui d’investisseur. Cela donne espoir et confiance et constitue un bon début vers la neutralité de la TVA, tant demandée», s'est réjoui le patron des patrons.

Chakib Alj a aussi appelé, devant Nadia Fettah Alaoui et l'ensemble de l'assistance, à une meilleure transparence dans les commandes publiques et à ce que celles-ci soient plus accessibles aux startups et TPME, via des appels d’offres publics moins discriminants.

Le président de la CGEM a aussi tenu à insister sur la nécessité quant à une meilleure visibilité sur l'offre du Fonds Mohammed VI, ainsi que sur les procédures et les démarches à mener pour bénéficier de ce mécanisme.

Les membres de la CGEM présents à cette réunion ont dit toutes leurs inquiétudes sur les délais de paiement, qui connaissent une dégradation notoire ces dernières années, accentuée par la crise du Covid-19. Ces retards, ont-ils souligné devant la ministre de l'Economie et des finances, fragilisent les entreprises, et en particulier les TPME. Plusieurs chefs d'entreprises présents ont donc insisté sur la nécessité de mettre en œuvre les dispositions de la loi sur les délais de paiement, afin de remplacer les indemnités de retard par des sanctions pécuniaires.

«Beaucoup de défis nous attendent. Pour les relever, les secteurs public et privé doivent joindre leurs forces, et nous sommes confiants qu’avec le Gouvernement actuel, une nouvelle ère de partenariat sera entamée, basée sur le dialogue, la concertation et l’action commune», a conclu, pour finir, Chakib Alj.

Le 17/12/2021

Source web par : le360

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Les CRI nouvelle génération arrivent

Les CRI nouvelle génération arrivent

Bonne nouvelle pour la communauté des affaires. Les premiers Centres régionaux d'investissement (CRI) nouvelle génération verront le jour dès la semain...