LE MAROC MISE SUR LE TOURISME DE NICHE DNES À MILAN, MOHAMED ALI MRABI

 LE MAROC MISE SUR LE TOURISME DE NICHE DNES À MILAN, MOHAMED ALI MRABI

CIRCUITS DANS LE DÉSERT ET ÉCO-TOURISME POUR ATTIRER DE NOUVELLES CLIENTÈLES

PROSPECTER DES CLIENTS DE HAUT DE GAMME FACE AU RECUL DE LA DEMANDE CLASSIQUE

UNE DIZAINE DE PROFESSIONNELS MAROCAINS DANS UN STAND DE 420 M2

Les opérateurs marocains participant au BIT 2014 ont mis l’accent sur des produits comme les destinations du désert ou d’éco-tourisme, afin de diversifier l’offre au profit des clients italiens, traditionnellement attirés par les villes impériales et le tourisme culturel

GRANDE-messe du tourisme à Milan, à l’occasion du salon international BIT 2014, organisé dans cette ville du 13 au 15 février. Plus de 2.000 exposants, répartis sur 86.000 m2 sont venus rechercher de nouvelles opportunités d’affaires. Une occasion pour les opérateurs marocains de renforcer leur présence sur le marché italien. Une dizaine de professionnels, notamment des groups hôteliers, des tour-opérateurs, ainsi que 5 centres régionaux du tourisme, occupent les 420 m2 du stand de l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Si la plupart des opérateurs reconnaissent l’impact de la crise sur leur activité, ils restent toutefois optimistes quant à la reprise de certains marchés, comme celui de l’Italie. Pour cela, les professionnels présents ne se contentent pas des produits classiques comme le tourisme balnéaire ou culturel, qui a déjà sa clientèle. Aujourd’hui, ils misent sur de nouvelles niches comme l’éco-tourisme.  En effet, différents responsables des conseils régionaux du tourisme ont fait savoir que l’objectif est de prospecter de nouvelles catégories de clientèles. En effet, outre des tour-opérateurs et des groupes hôteliers proposant des produits sur tout le Maroc, une grande importance est accordée à ceux du désert et de l’éco-tourisme. Plus du tiers des exposants marocains sont spécialisés dans les circuits touristiques dans le sud du Maroc, notamment à Ouarzazate, Merzouga, Erfoud…  Ces professionnels s’accordent à dire qu’il est important d’intensifier les campagnes de communication pour attirer plus de clientèle vers ces produits de niche. La plupart d’entre eux ont une grande expérience du marché italien, dans la mesure où ils participent à ce salon depuis plus d’une dizaine d’années. L’évolution des caractéristiques du marché, notamment avec la crise, ont poussé ces opérateurs à miser sur de nouveaux produits. C’est le cas notamment de certains opérateurs, qui  proposent un produit de désert de luxe, avec un aspect écologique.  Pour ces derniers, ce genre de salon est un pain béni, surtout dans un contexte de crise. Car, «cela nous permet d’attirer une clientèle haut de gamme», fait-on savoir. Parallèlement, d’autres professionnels de certaines destinations comme Essaouira, mettent en avant de nouveaux produits autre que le balnéaire. En effet, «les touristes italiens sont attirés par les destinations de sport, comme ceux pratiqués à Essaouira, le wind-surf et les autres disciplines de glisse», est-il indiqué. Parallèlement, les professionnels de cette région surfent également sur la vague du tourisme golfique, pour attirer une clientèle de luxe. Outre le sud, la région de Fès Boulemane est aussi présente en force. Pour les responsables du CRT de Fès, «l’objectif est de vulgariser certaines destinations encore méconnues, notamment en termes de tourisme rural et écologique». Parmi les projets qui s’inscrivent dans cette vision, la réalisation d’un corridor reliant Fès à Sefrou et Dar El Hamra, qui devra constituer un nouveau circuit d’éco-tourisme, parsemé de gîtes ruraux, est-il noté.

Par ailleurs, les professionnels présents dans le BIT 2014 comptent également capitaliser sur les actions de communication lancées par l’ONMT. Outre les visites organisées pour plusieurs délégations au Maroc, l’Office a surfé sur la réussite de certains programmes télé à grand succès, comme Top Chef et Master Chef, qui ont réalisé certains épisodes dans des villes comme Marrakech, pour augmenter la notoriété de ces destinations.

L’aérien plombe les efforts des professionnels

FACE aux efforts pour attirer de nouveaux touristes et profiter des difficultés de certaines destinations concurrentes comme l’Egypte et la Tunisie, également présentes au BIT 2014, les professionnels marocains se heurtent à un handicap majeur. Ils étaient unanimes à déplorer la persistance du problème des liaisons aériennes. Ainsi, les opérateurs proposant des produits du désert ont critiqué la faiblesse des lignes internes reliant des villes comme Casablanca, Fès ou Marrakech avec les destinations du sud, comme Errachidia ou Dakhla. Pour d’autres, le problème est amplifié par l’absence de lignes directes, de point à point, reliant les capitales internationales aux principales destinations touristiques au Maroc, comme c’est le cas en Egypte ou dans d’autres pays présentant des caractéristiques similaires.

SOURCE WEB Par L’Economiste

Tags : GRANDE-messe du tourisme à Milan, à l’occasion du salon international BIT 2014- l’Office national marocain du tourisme (ONMT)- grande importance est accordée à ceux du désert et de l’éco-tourisme- nouveau circuit d’éco-tourisme, parsemé de gîtes ruraux- L’aérien plombe les efforts des professionnels-