Financement Un fonds d'investissement de 2 milliards de dollars pour l’Afrique

Financement   Un fonds d'investissement de 2 milliards de dollars pour l’Afrique

En 2013, la BAD a approuvé des prêts pour 6,7 milliards de dollars pour 317 opérations.

Un fonds d’investissement de 2 milliards de dollars dédié à l’Afrique. C’est ce que compte lancer la Chine en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD). Ce projet a fait l’objet d’un accord le 22 mai à Kigali au Rwanda entre la BAD et la Banque populaire de Chine (PBOC, qui est la Banque centrale chinoise). L’accord prévoit la création d’un fonds de cofinancement de 2 milliards de dollars, dénommé Africa Growing Together Fund (AGTF). Les ressources de ce fonds seront allouées sur une période de dix ans et iront au financement de projets de développement en Afrique, garantis ou non garantis par l’État, avec d’autres ressources de la Banque africaine de développement.L’accord a été signé en marge des assemblées annuelles du Groupe de la BAD qui se sont tenues à Kigali du 19 au 23 mai (avec ouverture officielle le 22) et auxquelles a participé une délégation composée de hauts responsables de la Direction du Trésor et des finances extérieures, présidée par Driss El Azami El Idrissi, ministre délégué chargé du Budget. Cité dans un communiqué, Charles Boamah, vice-président et directeur financier du groupe de la BAD, a déclaré que l’AGTF permettra l’affectation annuelle d’un montant supplémentaire de 200 millions de dollars à un nombre plus élevé de projets ou à des projets de plus grande taille, à travers l’Afrique, à des conditions identiques à celles des prêts consentis par la BAD à des projets similaires. «Cette facilité s’appuiera sur le succès d’instruments semblables, tel que le Fonds spécial du Nigeria qui fonctionne depuis près de quarante ans», a précisé Boamah.

L’AGTF, qui prendra la forme d’un fonds fiduciaire à gérer par la BAD, «sera mis en place dans de brefs délais» et servira au cofinancement d’un certain nombre de projets avant la fin de l’année. À noter que les assemblées de la BAD ont réuni plus de 3.000 personnes et connu la participation de 53 ministres africains chargés de l’Économie et des Finances et de 25 pays représentant trois continents (Amérique, Europe et Asie) participant au capital de cette Banque ainsi que les représentants de plusieurs organisations financières régionales et internationales. Outre l’approbation de la création de l’AGTF, le conseil des gouverneurs du groupe a approuvé l’affectation d’un montant de 30 millions de dollars au profit du Fonds Africa50, qui est l’instrument de financement de la BAD dédié aux projets d'infrastructure commercialement viables en Afrique.Par ailleurs, la BAD a approuvé en 2013 quelque 317 opérations représentant 6,7 milliards de dollars. Un montant en hausse de 3% par rapport à l’année précédente. Au 31 décembre 2013, l’encours des prêts de la Banque aux différents pays montre que le Maroc est le premier client avec plus de 3,58 milliards d’UC (1 UC = 1,55 dollar), correspondant à 48 approuvés. Suivent la Tunisie (2,25 milliards d'UC), l’Afrique du Sud (1,78 milliard) et l’Égypte (1,59 milliard). En 2013, la BAD a décaissé au Maroc des prêts pour 304,30 millions d’UC, soit le deuxième plus important décaissement après celui de l’Afrique du Sud qui a bénéficié de 382,59 millions. À fin décembre 2013, le Maroc détenait 3,512% du capital de la BAD, soit un pouvoir de vote de 3,495%.


Les perspectives de croissance du continent

Selon la BAD, la croissance en Afrique devrait s’établir à près de 4,8% en 2014 et 5,7% l'année suivante. En Afrique du Nord, elle atteindrait 3,1% cette année et 5,5% en 2015. En Afrique centrale, le PIB augmenterait d’environ 6% durant les deux années. L’Afrique de l’Est devrait enregistrer un taux de croissance similaire cette année «mais ce taux pourrait augmenter au regard des nouvelles découvertes de pétrole et de gaz faites dans la région et des investissements attendus dans la prospection et les infrastructures de transport», indique la BAD. En Afrique australe, l'économie croitrait de 4% en 2014 et de 4,4% en 2015, certains pays comme la Zambie pouvant dépasser les 7%. L’Afrique du Sud devrait, elle, afficher une croissance de 2,7 et 3% respectivement. Quant à l’Afrique de l’Ouest, elle verrait son économie progresser de 7% en 2014 et 2015, grâce au développement des ressources naturelles et à la diversification de l'économie.

23 mai 2014 –SOURCE WEB Par Moncef Ben Hayoun, LE MATIN

Tags : création d’un fonds de cofinancement de 2 milliards de dollars, dénommé Africa Growing Together Fund (AGTF) Selon la BAD, la croissance en Afrique devrait s’établir à près de 4,8% en 2014 et 5,7% l'année suivante -- En 2013, la BAD a approuvé des prêts pour 6,7 milliards de dollars pour 317 opérations- fonds d’investissement de 2 milliards de dollars dédié à l’Afrique- fonds d’investissement de 2 milliards de dollars dédié à l’Afrique, c’est ce que compte lancer la Chine en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD)- accord le 22 mai à Kigali au Rwanda entre la BAD et la Banque populaire de Chine (PBOC, qui est la Banque centrale chinoise)- L’AGTF, qui prendra la forme d’un fonds fiduciaire à gérer par la BAD, «sera mis en place dans de brefs délais»- la croissance en Afrique du Nord  atteindrait 3,1% cette année et 5,5% en 2015- l’Afrique de l’Ouest, elle verrait son économie progresser de 7% en 2014 et 2015, grâce au développement des ressources naturelles et à la diversification de l'économie-