Culture Le Maroc est résolument engagé dans les efforts de l'ONU et de l'UNESCO

 Culture  Le Maroc est résolument engagé dans les efforts de l'ONU et de l'UNESCO

Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture.

Mohamed Amine Sbihi, qui s'exprimait lors d'une séance-débat à l'Assemblée générale des Nations unies sur la culture et le développement, a souligné que le Royaume considérait l'adoption par l'Assemblée générale d'une résolution sur la culture et le développement durable en décembre 2013 comme une initiative «importante» qui renseignait sur le rôle central de la culture dans le développement économique et social à l'échelle mondiale.
Le ministre a mis l'accent sur la nécessité d'enrichir cette résolution par l'inclusion des recommandations du Conseil exécutif de l'Unesco, notamment les recommandations issues de la session de 2013, pour que l'agenda de l'ONU post-2015 soit «plus efficace et plus efficient», affirmant que la politique culturelle doit être inclusive du fait qu'elle est productrice de valeurs et de cohésion sociale, et constitue un vecteur de compréhension, de paix et de dialogue entre les cultures, les religions et les civilisations.Dans le même contexte, le responsable marocain a relevé que les politiques culturelles horizontales étaient susceptibles de contribuer à la valorisation de la diversité culturelle et linguistique et à donner corps au droit à la culture, outre leur rôle en tant que levier de développement économique et social et mécanisme de lutte contre la pauvreté et la marginalisation à travers la création d'emplois.M. Sbihi a, dans ce sens, passé en revue les mesures pratiques prises par le Maroc au service de la culture et du développement durable, notant que plusieurs projets ont été mis en œuvre dans le cadre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) pour un développement intégré incluant le patrimoine culturel. Ces projets, a-t-il fait savoir, ont permis de réaliser une proportion importante des objectifs du programme du fonds du troisième millénaire.Dans ce sens, le ministre a indiqué que le Royaume avait élaboré une stratégie nationale pour la protection et la valorisation du patrimoine avec le soutien de l'Unesco, révisé la loi marocaine pour la protection du patrimoine, et élaboré une loi pour les trésors humains vivants se rapportant au patrimoine immatériel.

Le Royaume, a-t-il poursuivi, a accordé une attention particulière au tourisme culturel et reconsidéré la gestion des sites archéologiques et des monuments historiques dans le but d'améliorer les services offerts aux visiteurs.Le ministre a souligné l'importance de la mise en place d'une stratégie nationale horizontale pour la culture, impliquant tous les départements gouvernementaux, le secteur privé et la société civile afin d'établir une politique inclusive et intégrée dans le développement durable, ajoutant que cette stratégie comprend une série de programmes et de mesures dont les objectifs sont en phase avec ceux de la réunion tenue au siège de l'ONU.Le Maroc s'est engagé dans la mise en œuvre des dispositions de la Constitution de 2011, en particulier les volets ayant trait à la reconnaissance de la diversité culturelle et linguistique et a lancé les préparatifs pour que le Conseil national des langues et de la culture soit mis sur pied au cours de cette année, a conclu M. Sbihi.

L'appui au patrimoine immatériel

Parmi les objectifs fixés figurent la mise en place d'un régime de soutien à la créativité et aux créateurs, la création d'un mécanisme économique avec la participation des secteurs public et privé pour l'appui et le développement des entreprises culturelles, en vue d'instaurer des industries culturelles et créatives nationales adaptées à la société marocaine, a indiqué le ministre, relevant que ce régime est entré graduellement en vigueur depuis le début de cette année.Il a, en outre, mis en exergue l'appui au patrimoine immatériel à travers l'organisation de festivals culturels dans différentes régions du Royaume, la création de centres régionaux pour les arts populaires traditionnels, ce qui a contribué à la création d'emplois, à la promotion des cultures locales et à la réalisation du développement durable dans les régions ciblées, et la collaboration avec l'Unesco pour la mise en place d'un système préliminaire de statistiques culturelles pour une gestion optimale du secteur culturel. M. Sbihi a rappelé aussi l'adoption d'une charte nationale pour la protection et la promotion du patrimoine culturel et naturel, la mise en place de plans obligatoires de gestion de la ville pour un développement urbanistique durable, ainsi que l'introduction de la connaissance du patrimoine et de l'éducation artistique dans les programmes scolaires, tout en sensibilisant les enfants et les jeunes à ce sujet.

Publié le : 7 mai 2014 – SOURCE WEB Par LE MATIN

Tags : Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture- inclusion des recommandations du Conseil exécutif de l'Unesco, notamment les recommandations issues de la session de 2013, pour que l'agenda de l'ONU post-2015 soit «plus efficace et plus efficient-politique culturelle doit être inclusive du fait qu'elle est productrice de valeurs et de cohésion sociale, et constitue un vecteur de compréhension, de paix et de dialogue entre les cultures, les religions et les civilisations-la valorisation de la diversité culturelle et linguistique levier de développement économique et social et mécanisme de lutte contre la pauvreté et la marginalisation à travers la création d'emplois- l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH)- stratégie nationale pour la protection et la valorisation du patrimoine avec le soutien de l'Unesco, révisé la loi marocaine pour la protection du patrimoine, et élaboré une loi pour les trésors humains vivants se rapportant au patrimoine immatériel- plans obligatoires de gestion de la ville pour un développement urbanistique durable-