Festival Agadir Carton plein pour Timitar

Festival  Agadir  Carton plein pour Timitar

Coloré, gai, convivial, le festival «Timitar, signes et cultures» a soufflé avec brio son onzième anniversaire. Et les artistes amazighes ont bel et bien accueilli leurs homologues étrangers des quatre coins de la planète.

Le tout dans une ambiance bon enfant, faite de musique, de tolérance, de partage et d’ouverture. De l’Afrique, des Amériques, de l’Asie, de l’autre rive de la Méditerranée, des autres régions du Maroc, les artistes invités lors de cette édition ont émerveillé le public avec des prestations scéniques bien travaillées. De quoi répondre à tous les goûts, même les plus exigeants. Du rap au rock en passant par le chaâbi, la pop, le reggae, le raï, la fusion, la musique des Rwayes, tous les styles ont été au rendez-vous. L’évènement, fruit d’une étroite collaboration entre les différentes composantes de la région de Souss- Massa et les autorités locales, témoigne aussi d’une vision artistique et culturelle originale : du micro-local à l’universel et vice-versa».

C’est cela même le concept fondateur de «Timitar». Pour les Gadiris, les touristes étrangers, comme pour les festivaliers venus en grand nombre de toutes les régions du Royaume, le festival a réussi à renforcer son image d’évènement fédérateur où toutes les cultures du monde sont les bienvenues. En témoignent les deux premiers jours de cette manifestation. Sur les trois scènes du festival, Place Al Amal, Théâtre de Verdure ou encore Place Bijawane, le public a eu droit à une vingtaine de concerts de musique inédits. Ont été au rendez-vous les artistes Saâd Lamjarred, venu tout droit de Rabat pour enchanter le public de cette édition, Cheb Douzi, l’ambassadeur du raï marocain en Belgique, Maya Kamati, lauréat de la quatrième édition du Prix musiques de l'océan Indien, Juan Caramoun, le grand chanteur et guitariste espagnol, installé en France. Sans oublier la diva Karima Skalli, l’icône de la musique amazighe Rayssa Tislatine et les troupes folkloriques notamment Rogba de Zagora, et Aïn Orma du Moyen Atlas. Les trois scènes de l’évènement, Théâtre de Verdure, Place Al Amal et Place Bijawane, ont accueilli également Nasr Mégri, issu de la famille des artistes Frères Mégri, une formation phare de la musique marocaine depuis les années 70, le talentueux rappeur tangérois Muslim et le groupe Noumidia d’Al Hoceima ou encore Aït Maten de Tiznit. Agadir, ville hôte de l’évènement, a été représentée par l’ex-leader d’Amarg Fusion, Ali Faïq, Hicham Massine and Guests, Rayssa Naïma, Mehdi Nassouli et Rayss Anddam. Il y avait aussi Fuzz Anaruz de Khémisset et Al Ansar de Houara. 


Des hommages et des compétitions aussi

En marge de cette onzième édition du festival «Timitar, signes et culture», un vibrant hommage posthume sera rendu ce samedi à Aziz Chamekh, l'une des figures emblématiques de la chanson amazighe et l'un des piliers du genre musical amazigh «Tazenzarte». Au programme, figurent également des compétitions artistiques, dont celle du B-boying. 
Cette compétition s’est déroulée au Complexe culturel Mohamed Kheir-Eddine, les deuxième et troisième jours de cette édition avec la participation des groupes et les B-boys, issus de la région de Souss-Massa-Drâa.

 

20 juin 2014 –
SOURCE WEB Par Abdelfattah Aberbri, LE MATIN
Tags : vision artistique et culturelle originale - concept fondateur de «Timitar»- hommage posthume sera rendu ce samedi à Aziz Chamekh, l'une des figures emblématiques de la chanson amazighe- genre musical amazigh «Tazenzarte»- région de Souss-Massa-Drâa-