Tourisme d'affaires. Priorité des priorités de la Vision 2020

Tourisme d'affaires. Priorité des priorités de la Vision 2020

Publié le : 10.10.2011 | 07h51 «ONMT : Notre mission est d'inciter les groupes étrangers et les TO à venir organiser leurs congrès au Maroc». Le Maroc, de part sa proximité des divers marchés émetteurs de touristes, dispose d'un important potentiel pour le tourisme d'affaires, et ambitionne d'inciter davantage de groupes étrangers et de tour-opérateurs (TO) à venir organiser leurs congrès dans le Royaume, a souligné samedi à Marrakech, le directeur général de l'Office national marocain du tourisme (ONMT), Abdelhamid Addou. Dans un entretien accordé à la MAP, en marge des travaux des premières journées professionnelles du tourisme (8 et 9 octobre), Addou a ajouté que, conscient de l'importance de ce segment, le Maroc place le tourisme d'affaires au centre des priorités de la ‘Vision 2020', faisant observer qu'il y a lieu de distinguer entre le tourisme d'affaires national et celui international qui est stratégique en termes de recettes touristiques et des revenus générés. «Un touriste d'affaires dépense trois fois plus qu'un touriste de loisirs, d'où notre mission d'inciter les grands groupes étrangers industriels et les tour-opérateurs à venir organiser leurs congrès et meetings au Maroc à deux heures et demie de la plus part des capitales européennes», a dit Addou Il a fait observer également que pour ce qui est du tourisme d'affaires national, l'idée est de démontrer aux entreprises marocaines tout l'intérêt en terme de créativité, d'esprit d'appartenance et de la culture de l'entreprise, et comment motiver les acteurs concernés et les ressources humaines, en adoptant le tourisme d'affaires. La démarche de l'ONMT, a-t-il expliqué, consiste à accompagner et à oeuvrer pour la promotion et le développement de ce créneau et ce, à travers le lancement du «Moroccan Convention Bureau» (MCB), une structure dédiée à la promotion du tourisme incentive qui, a-t-il dit, se veut le bras armé de la stratégie touristique du Royaume, et qui permettra au Maroc de mieux se positionner, désormais, comme hôte des grands événements mondiaux. Et de poursuivre que cette structure est amenée à identifier les destinations, les marchés émetteurs du tourisme d'affaires national et international et d'identifier les prescripteurs potentiels (les groupes industriels ainsi que les associations de médecins et avocats qui organisent des congrès tous les ans) et partant, de les convaincre à organiser leurs congrès au Maroc. Le MCB contribuera, sans nul doute, à conforter la synergie et le partenariat intelligent public-privé, instauré depuis quelques années, et abondera dans la philosophie de la 'Vision 2020', a-t-il dit, estimant que cela ne pourra que consacrer la notoriété du Maroc en tant que destination d'affaires, de créer une marque forte à l'international et de mettre en place, à terme, un relais central pour toutes les opérations touchtant au tourisme d'affaires. Aux yeux de Addou cela doit s'accompagner par des campagnes de communication dédiées au tourisme d'affaires, sur les supports dédiés à ce segment et les sites Internet, et par la participation de l'ONMT et du MCB aux grands salons : (Salons de Barcelone, de Chicago de Las Vegas, de Francfort et de Paris). L'objectif étant de mieux positionner le Maroc comme destination de tourisme d'affaires et pas uniquement en tant que destination culturelle ou de loisirs, a-t-il expliqué Il a tenu à préciser aussi que sur ce créneau le Maroc est beaucoup plus comparable aux pays de l'Europe du Nord plutôt qu'aux pays de la sphère sud de la Méditerranée, faisant observer qu'il existe 9 mille congrès dans le monde qui dépassent les 2.000 personnes et que sur ce total, il y a 4.500 qui tournent d'un pays à l'autre et d'une ville à l'autre. Après avoir estimé qu'il est donc possible d'œvrer pour drainer ces 4.500 congrès vers le Maroc, Addou a tenu à rappeler que dans le cadre de la ‘Vision 2020', plusieurs infrastructures d'accueil de grande envergure devront voir le jour dans des villes du Royaume, entre autres, Casablanca, Tanger et Marrakech, dans le but d'être en mesure de drainer des congrès mondiaux. Ali Ghanam, président de la Fédération nationale du tourisme (FNT) s'est félicité, quant à lui, de l'organisation des ces premières journées professionnelles du tourisme initiées sous le signe «offre nationale en tourisme d'affaires et opportunités de business» qui réunissent tous les acteurs concernés par ce segment. Hamid Bentahar, président du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech a, pour sa part, passé en revue une batterie de mesures prises par les professionnels en partenariat avec les autorités locales et les élus locaux pour booster Marrakech et en faire une véritable destination du tourisme d'affaires. Initié par l'Office national marocain du tourisme (ONMT), en partenariat avec la Fédération nationale du tourisme (FNT) et le Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech, ce conclave se veut un véritable espace d'échange à même de mettre en relation, pour la première fois au Maroc, les organisateurs d'événements et les prestataires de services du tourisme d'affaires. Au menu figurent, entre autres, une série d'ateliers thématiques conçus de façon à mettre en relation les organisateurs d'événements et les prestataires de services. SOURCE WEB Par MAP