Consternation dans le microcosme du Tourisme

Consternation dans le microcosme du Tourisme

Hamid Addou, nouveau PDG de la RAM

Les sphères économique et des affaires étaient en ébullition ce samedi 6 février… Et pour cause, à l’issue du Conseil des Ministres qui s’est tenu à Laâyoune, plusieurs nouvelles nominations sont tombées dont celle de Hamid Addou en qualité de PDG de la RAM. Une nouvelle qui a eu l’effet d’un électrochoc.

Si beaucoup attendaient avec impatience le départ de Driss Benhima de la présidence de la compagnie nationale, ils n’étaient par contre pas nombreux à spéculer sur la nomination de Hamid Addou pour un tel poste.

Et pour cause, Hamid Addou n’a pas le profil classique des grands PDG qui se sont succédés jusqu’ici à la tête de la compagnie.

Ce qui fait écrire au journal « Le desk » : «Hamid Addou doit vivre sa nomination à la tête de la RAM comme un aboutissement, malgré un parcours en dents de scie et sans grand fait d’arme. Il n’a surtout pas l’envergure d’un Driss Benhima, bulldozer au style controversé mais efficace».

Car dans sa carrière Hamid Addou, n’a eu qu’un seul vrai poste de grande responsabilité.

Ce quadra est, en effet, sorti de l’anonymat quand il avait été nommé DG de l’Office national marocain du Tourisme en juin 2008. Un poste qu’il occupera jusqu’en décembre 2013.

On se rappelle qu’à la tête de l’ONMT, il s’était fixé pour mission «de redorer le blason de la destination Maroc». Plus de 4 ans plus tard, à la veille de son départ, l’image du Maroc était toujours la même et le secteur, la crise aidant, connaissait alors une période de stagnation. Il s’était fixé un taux de croissance des arrivées de 5% en 2012, or ce taux n’a pas dépassé les 2 % cette année-là.

Après cela, Hamid Addou est retombé dans l’anonymat. Il postule alors un peu partout avant d’atterir chez le groupe Zniber, à Diana Holding mais il ne restera pas longtemps avant qu’on lui signifie que son profil ne fait pas l’affaire.

Nouvelle période creuse donc jusqu’à juillet 2014 où il est nommé à la tête de la Saemog, La société d’aménagement de la Station balnéaire de Mogador a pour mission de mener à bien l’aménagement et le développement de la station balnéaire Mogador, près d’Essaouira du Plan Azur. Depuis cette nomination, aucune grande avancée n’a été enregistrée pour la Saemog ou pour la station balnéaire de Mogador…

La nomination à la tête de la Royal Air Maroc est intervenue sur recommandation du ministre de l’Equipement et du Transport, Abdelaziz Rebbah… On peine donc à comprendre quelles sont les motivations du ministre pour cette nomination?

- y-a-t-il des raisons pour expliquer qu’à la tête d’une compagnie encore très fragile financièrement, on choisisse de mettre un marketeur avec très peu d’expérience ?

- Comment vont réagir les hauts responsables de la compagnie dont les profils sont bien mieux fournis ?

- C’était Lahcen Haddad, ministre du Tourisme qui était à l’origine de son départ de l’ONMT… Comment seront les rapports entre les deux hommes ? Hamid Addou va-t-il introduire le Tourisme dans son plan d’action ?.

Beaucoup de questions qui restent en suspend… Depuis deux jours les réseaux sociaux s’enflamment à ce sujet… la consternation est véritablement générale…

Car la RAM, véritable vitrine du pays, est un sujet qui concerne et touche tous les citoyens.

Le 08 Février 2016
SOURCE WEB Par Tourisma Post

Les tags en relation

 

Les articles en relation

RAM : Une chaise contre un fauteuil

RAM : Une chaise contre un fauteuil

Le bras-de-fer opposant la  RAM à ses pilotes de ligne, se chiffrant à 20 millions de DH de pertes par jour, est autrement réglementaire. En sous-effectif e...