Engrais et phosphates: Mégaprojet maroco-éthiopien à 3,7 milliards de dollars

Engrais et phosphates: Mégaprojet maroco-éthiopien à 3,7 milliards de dollars

Le Roi Mohammed VI et le Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Ethiopie, Hailé Mariam Dessalegn, ont présidé, ce samedi à Addis Abeba, la cérémonie de lancement du projet de réalisation d’une plateforme intégrée de classe mondiale pour la production d’engrais en Ethiopie.

Le Roi et le Premier ministre éthiopien ont également présidé la cérémonie de signature de plusieurs conventions privé-privé.

Le président-directeur général du groupe OCP, Mostafa Terrab, a annoncé le montant global de l’investissement : près de 3,7 milliards de dollars.

"Ce mégaprojet industriel nécessitera un investissement de 2,4 milliards de dollars dans sa première phase, afin de produire 2,5 millions de tonnes/an d’engrais d’ici à 2022. Ce qui rendra l’Éthiopie autosuffisante en engrais, avec un potentiel à l’export. Un investissement additionnel de 1,3 milliard de dollars est prévu d’ici à 2025, pour atteindre une capacité totale de 3,8 millions de tonnes/an d’engrais, pour soutenir la croissance de la demande locale", a-t-il souligné.

A portée continentale, ce partenariat Sud-Sud s’inscrit dans le cadre d’une vision commune pour le développement de l’Afrique entre le Maroc et l’Éthiopie et une volonté forte de renforcer les liens économiques, a poursuivi M. Terrab, notant que ce projet vise à tirer pleinement avantage de la complémentarité entre les ressources naturelles respectives des deux pays, en tirant pleinement parti de la potasse et du gaz éthiopiens, tandis que le groupe OCP livrera les besoins en acide phosphorique.

Cette plateforme industrielle, qui sera composée d’un complexe intégré de production d’engrais, d’unités industrielles et de stockage, fait partie du futur plan de développement stratégique du groupe OCP pour répondre aux besoins locaux en engrais. Un plan fondé sur la complémentarité des ressources naturelles respectives des deux pays, a-t-il dit.

20mohammed

20mohammed2

Photos agence éthiopienne de presse ENA

La plateforme industrielle sera équipée, selon M. Terrab, de toutes les infrastructures de base nécessaires. Elle sera ainsi dotée d’une station de pompage d’eau et des installations de traitement d’eau et d’une centrale électrique qui présentera un avantage important dans la mesure où elle sera indépendante en termes d’énergie.

Pour assurer les besoins en matières premières nécessaires à la plateforme d’engrais, une unité de stockage au niveau du port de Djibouti sera aménagée et sécurisée, a précisé M. Terrab.

Ce projet bénéficiera de l’intégration des ressources naturelles africaines pour l’Afrique, grâce à un partenariat Sud-Sud, d’un fort potentiel agricole en Éthiopie, nécessitant une consommation accrue d’engrais, de la connaissance réelle par le groupe OCP des sols agricoles et des besoins de l’Éthiopie et d’une expertise de classe mondiale et près de 50 ans d’expérience dans le domaine de l’industrie des engrais, a fait savoir le PDG du groupe OCP.

maquette

La maquette du mégaprojet

L’engagement du groupe OCP pour le développement d’une agriculture durable en Afrique repose sur la co-construction de richesses, a indiqué M. Terrab, notant que c’est dans cette optique que s’inscrit le partenariat entre OCP et CIC (Ethiopia Climate Innovation Center) pour le développement d’une plateforme de production d’engrais de classe mondiale.

1re plateforme africaine après Jorf Lasfar

Cette plateforme industrielle sera située à Dire Dawa. Elle sera composée de 2 unités d’une capacité de 1 million de tonnes/an d’ammoniac, utilisées comme produit intermédiaire, et de 4 unités de production d’engrais, destinées à répondre à la demande locale, de 1,5 million de tonnes/an de NPS et de 1million de tonnes/an d’urée d’ici à 2022.

Au terme de la seconde phase, la plateforme industrielle comprendra 9 unités, augmentant ainsi la production annuelle de 50% (2,2 MT/an NPS et 1,6 MT/an urée).

Pour assurer les besoins en matières premières nécessaires à la plateforme d’engrais, une plateforme de stockage sera aménagée au niveau du port de Djibouti, pour l’acide phosphorique expédié du Maroc, l’acide sulfurique et la potasse.

Ces intrants seront transportés par train pour être acheminés vers la plateforme industrielle d’engrais, pour assurer un degré élevé d’autonomie de production.

L’ammoniac est également un intrant crucial pour la production d’engrais. Les 2 unités d’ammoniac assureront une production de 1 million de tonnes/an en utilisant du gaz local qui sera acheminé vers la plateforme par pipeline, à partir des réserves de gaz d’Ogaden (un raccordement de 50 km au futur pipeline Ogaden-Djibouti qui sera construit par la compagnie gazière (20% gouvernement éthiopien, 80% Poly-GCL)).

Les deux usines d’ammoniac produiront 0,5 million de tonnes/an chacune.

La sécurisation de ces trois intrants fondamentaux – l’ammoniac, l’acide phosphorique et l’acide sulfurique – va permettre de produire 1,5 million de tonnes/an de NPS.

Pour augmenter la flexibilité de la plateforme, les unités de production sont conçues pour produire des engrais NPK. Une unité pour assurer un stock stratégique de la potasse est également intégrée au niveau de la plateforme industrielle.

La capacité totale des 2 usines d’urée est de 1 million de tonnes/an.

Les deux produits NPS et urée ainsi que d’autres nutriments (K, B, Zn, etc.) vont être transformés au niveau de l’unité de blending pour produire des engrais sur mesure adaptés aux besoins locaux.

50% du produit final sera transporté vers l’ensacheuse à emballer (dans des sacs de 50 kg) et 50% des produits en vrac seront distribués aux marchés locaux et régionaux.

La plateforme industrielle est équipée de toutes les infrastructures de base nécessaires, y compris une station de pompage d’eau et des installations de traitement d’eau. Le site comprend également une centrale électrique qui satisfera pleinement les besoins de la plateforme, garantissant le grand avantage de l’indépendance énergétique.

En effet, l’optimisation de la consommation d’eau et d’énergie a été un élément clé de la conception du projet, pour mettre en place un processus sûr, durable et rentable, avec un impact minimal sur l’environnement.

Plus important encore, le projet satisfera 100% de la demande en engrais de l’Éthiopie à des prix compétitifs, avec un potentiel exportable vers le marché régional, grâce à la nouvelle connexion par rail avec les pays voisins.

Conventions privé-privé

Le Roi et le Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie ont présidé la cérémonie de signature de la convention relative à l’établissement de la plateforme intégrée de classe mondiale pour la production d’engrais en Éthiopie, et de cinq conventions privé-privé.

La convention relative à l’établissement de la plateforme intégrée de classe mondiale pour la production d’engrais en Éthiopie a été signée par Mostafa Terrab, et Girma Amente, ministre éthiopien des Entreprises publiques.

La deuxième convention est un mémorandum d’entente dans le domaine de l’eau. Elle a été signée par Mostafa Terrab, président délégué de la Fondation Mohammed VI Pour le développement durable, et Selechi Bekele, ministre éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’électricité.

La troisième convention est un accord pour l’établissement d’un conseil bilatéral d’affaires entre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Chambre éthiopienne du Commerce et des associations sectorielles (ECCSA). Elle a été signée par Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, et Solomon Afework, président de l’ECCSA.

La quatrième convention est un mémorandum d’entente entre Anouar Invest Group, BMCE Bank of Africa et la Commission éthiopienne pour l’investissement. Elle a été signée par El Hachmi Boutgueray, directeur général de Anouar Invest Group et Othman Benjelloun, président-directeur général de BMCE Bank of Africa, et du côté éthiopien par Fitsum Arega.

La cinquième convention est un mémorandum d’entente entre la Commission éthiopienne pour l’investissement, Holmarcom et BMCE Bank. Elle a été signée par Mohamed Hassan Bensalah, président de Holmarcom, et Othman Benjelloun, président-directeur général de BMCE Bank of Africa, et du côté éthiopien par Fitsum Arega, commissaire de la Commission éthiopienne d’investissement.

La sixième convention est un mémorandum d’entente entre la Commission éthiopienne pour l’investissement et Tanger Med. SA (TMSA). Elle a été signée par Fouad Brini, président du directoire de TMSA et Fitsum Arega.

Le 18 Novembre  2016
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation