Guelmim: Un «cactopôle» bientôt opérationnel

Guelmim: Un «cactopôle» bientôt opérationnel

 

 

· Une zone de 25 ha pour produire et conditionner le cactus

· Un projet porté par l’Agence du Sud

Seulement un mois après sa mise en activité, la première station de conditionnement des fruits frais de la province de Guelmim réalise de bons résultats, particulièrement pour la figue de barbarie. Située à Ouaâroune, cette unité a déjà drainé une importante production grâce au renforcement de plus de 170 km de pistes rurales. Ainsi, les premières figues de barbarie désépinées ont été mises en vente dans les grandes surfaces nationales, à partir de ce mois d’octobre. Aussi, la station de Guelmim a pu associer plusieurs acteurs de la filière du figuier, à savoir les producteurs, les collecteurs et les transporteurs. 
Dans ce sens, l’Agence du Sud est convaincue de l’important potentiel du cactus qui améliorerait l’économie d’une région entière, avec la création d’une zone d’activité dédiée à la transformation des produits du cactus dite «cactopôle». Il s’agit de réaliser un véritable quartier industriel spécialisé dans la production et la valorisation du cactus, avec une ambition zéro déchet. Ce pôle devrait occuper, à moyen terme, une superficie de 25 ha, sur une zone rurale non loin de la route nationale n°1, soit à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Guelmim. Autour de cette future zone d’activité viendront se greffer à terme différentes unités de valorisation. Celles-ci formeront la matrice d’un pôle de compétence et de compétitivité, devant générer des emplois directs et indirects qui se chiffreront en milliers annuellement.
Une véritable valorisation de la plante doit, en effet, passer par le développement des conditions de la récolte et de la commercialisation. Pour les deux variétés locales du cactus, «Aissa et Moussa», elles peuvent être exploitées sur près de six mois, avec une capacité de production de près de 500.000 tonnes. Toutefois, près de 90% de la production périssent sur pied, faute de logistique adéquate. Aujourd’hui, le programme «Cactus» a conçu quatre lignes de conditionnement de figues fraîches (lavage, désépinage, calibrage et emballage) à installer dans la station de conditionnement du cactopôle, qui sera pourvue aussi d’une chaîne de froid et d’une logistique appropriées. L’objectif est d’optimiser la quantité de fruits frais du figuier de barbarie, consommée durant la saison.

 

Source : web  L’ECONOMISTE    le 23/10/2010