L'offshoring au Maroc a réalisé un chiffre d'affaires de près de 1,2 MMDH en 4 ans

L'offshoring au Maroc a réalisé un chiffre d'affaires de près de 1,2 MMDH en 4 ans

 

Ce secteur a connu un fort développement ces dernières années dans notre pays.


Le secteur de l'offshoring au Maroc a réalisé un chiffre d'affaires de près de 1,2 milliard de dirhams et plus de 3.500 emplois en 4 ans, a affirmé le président de l'Association des professionnels des technologies de l'information (APEBI), Abdallah Deguig


"En l'espace de 4 années, nous avons réussi à atteindre un chiffre d'affaires de près de 1,2 milliard de DH et un bassin d'emploi de plus de 3.500 personnes, et la tendance est à la hausse", a dit M. Deguig dans une interview parue jeudi dans le quotidien +Le Matin du Sahara et du Maghreb+


"Le secteur a connu un fort développement ces dernières années dans notre pays, et j'en veux pour preuve l'installation de plusieurs grandes entreprises leaders sur le segment de l'ITO (Information Technology Outsourcing) au Maroc", a-t-il souligné, ajoutant que les réalisations restent, cependant en-deçà du potentiel


Selon M. Deguig, l'externalisation des processus de gestion (BPO) sera amenée à se développer grâce notamment à un cadre juridique favorable avec la publication de la loi de protection des données personnelles et la création de la Commission nationale de protection des données qui sont un "gage de sécurité" et de "garantie" à faire-valoir auprès des donneurs d'ordre européens


Le pdt de la l'APEBI a souligné par ailleurs que la stratégie Maroc Numeric 2013 lancée par les pouvoirs publics est un formidable gisement de projets et de chantiers qui pourront se traduire par autant d'opportunités pour les entreprises du secteur


Et de rappeler que l'APEBI qui regroupe plus de 160 entreprises membres actifs, ainsi que des membres associés tels que l'ASTEC (Association des sociétés du Technopark regroupant plus de 170 TPE), représente un chiffre d'affaires de 7 milliards de DH pour un effectif global de 32.000 personnes dont 9.000 reparties entre les SSII locales et les sociétés offshore.

 

Source : web  La Vie Eco