ITRI Environnement

ITRI Environnement

 

Technologies vertes  de l’Inde à l’Afrique 

Publié le 19 janvier 2011 par Barnabé RIFFIOD

En diffusant des produits développés pour satisfaire les besoins en eau et en énergie des populations indiennes, ITRI Environnement développe aujourd’hui des technologies propres au Maroc et en Afrique de l’Ouest. Cinq ans après sa création, l’entreprise pratique avec succès le transfert technologique du Sud vers le Sud.

Dans les technologies vertes comme ailleurs, les hasards du destin annoncent parfois de belles réussites. De la rencontre entre un cadre français en quête de nouvelles perspectives et un globe trotter anglais installé en Inde, est née l’idée de transférer les technologies environnementales développées en Inde vers les pays africains. Quelques mois plus tard, ITRI Environnement voyait le jour, grâce au soutien financier d’entrepreneurs indiens.

Installée à Marrakech afin de profiter du « Programme d’Electrification Rural Global » (PERG) que le gouvernement marocain venait de lancer, l’entreprise a connu le parcours erratique de nombreuses jeunes pousses avant de trouver ses marchés. « Alors que nous nous sommes installés au Maroc pour profiter du PERG, nous n’avons jamais décroché un seul contrat dans le cadre de ce programme ! Au final, nous devons notre salut à une  activité de négoce international vers les pays d’Afrique de l’Ouest, » se souvient Christophe Couderc, le directeur général d’ITRI Environnement.

Des produits adaptés aux besoins africains

Avec une gamme essentiellement basée sur le solaire, pensée pour satisfaire les besoins des populations indiennes urbaines et rurales, ITRI Environnement vise les zones non électrifiées mais aussi celles qui connaissent régulièrement des coupures de courant. De la lanterne solaire aux chargeurs de batteries et de téléphones portables, en passant par les panneaux photovoltaïques, les produits proposés fournissent une énergie bien moins coûteuse que les technologies classiques. Et permettent également  de développer les compétences locales. « L’Afrique dispose d’un véritable savoir-faire dans l’installation de panneaux solaires, rapporte Christophe Couderc. En proposant ces produits, on permet aux installateurs de travailler ».

Un pôle de compétences au Maroc

Si les premiers succès de l’entreprise ont été réalisés à l’export, elle est désormais bien installée sur le marché marocain (1). Aujourd’hui, ses quelques 180 points de vente couvrent le territoire. Un bureau d’étude a été créé pour s’adapter aux besoins locaux. « De la quincaillerie de bled aux distributeurs spécialisés dans le solaire, nous pouvons toucher le plus grand nombre », se félicite Christophe Couderc. « Une grande part de notre compétitivité repose sur le transfert technologique de nos partenaires indiens. Expérimentés depuis des dizaines d’années, ils nous ont aidés à nous adapter aux subtilités des marchés africains, » précise-t-il. Un soutien qui permet aussi à ITRI Environnement de maîtriser les technologies les plus récentes dans les domaines des  énergies renouvelables et de la gestion de l’eau. Son bureau d’étude a notamment conçu le premier puits photovoltaïque à haut rendement en service dans le Haut Atlas. Installé dans le douar Tulkin, ce projet pilote a permis la construction de bains collectifs et de sanitaires tout en garantissant une gestion collective des ressources en eau. Une approche « durable » qui a convaincu la fondation belge ISIS, spécialisée dans le développement rural, et l’allemand GTZ (coopérative opérant dans la formation notamment) de choisir les produits d’ITRI Environnement.

Transférer les expériences

Outre de réels besoins locaux, le succès d’ITRI doit beaucoup au transfert de compétences opéré vers d’autres pays africains. L’entreprise est notamment partenaire du CDER au Maroc (Centre de développement des énergies renouvelables ) pour dispenser des formations sur le pompage solaire. La société assure elle-même des modules pour certains produits plus sophistiqués, destinés à l’export. Une démarche qui n’est évidemment pas désintéressée : « Le marché marocain est intéressant comme vitrine technologique de ce qui a été fait dans un pays du Sud et de ce qui se fera en Afrique de l’Ouest », prévoit Christophe Couderc.

NB :   ITRI est également implanté en Mauritanie, au Mali, en RDC et en Ouganda.

Source : web ITRI BLOG PHOTOVOLTAIQUE