Monde Oasien Premier salon international des dattes à Erfoud

Monde Oasien   Premier salon international des dattes à Erfoud

          Histoire de la renaissance d'une culture prometteuse

\ Publié le : 03.10.2010 | 14h29

 

 

   

L'événement, qui s'est clôturé sous le signe de satisfecit, s'est déroulé du
30 septembre au 03 octobre courant.

 

 

 

 
 
 
 

\

Quinze millions de pieds un siècle de cela. Moins de cinq millions valeur d'aujourd'hui. Cette déchéance monumentale de palmiers dattiers, Erfoud, qui vient de clôturer son premier salon dédié à son activité historique, pouvait bien s'en passer. Un salon où les dattes du Maroc étaient à l'honneur pour le commun des mortels, mais derrière lequel se profilait une volonté viscérale et une batterie de mesures découlant d'une stratégie digne des grandes épopées. Objectif : valoriser la production phoenicicole de la région de façon à en améliorer la rentabilité et, de manière globale, optimiser le produit de cette activité chère - et vitale - aux oasiens.

Dans le concret, il serait approprié de parler d'opération (et non de bain) de jouvence. A cet effet, le Salon international des dattes du Maroc a eu droit à un tomber de rideau avec comme seul mot d'ordre «satisfecit général». Organisé à l'initiative du ministère de l'Agriculture et de la Pêche maritime, le salon s'est déroulé du 30 septembre au 03 octobre courant. «Pour un premier bilan, on ne peut qu'être satisfait de voir l'affluence au salon, que ce soit par rapport à la population qui se l'est approprié, ou encore aux professionnels, à savoir les phoeniculteurs qui expriment une joie immense d'avoir leur propre salon, de se voir donner une reconnaissance qu'ils méritent largement et qu'ils sont en droit de réclamer historiquement», indique Dr Bachir Saoud, directeur de l'Agence nationale pour le développement des Zones oasiennes et de l'Arganier.

Et de préciser : «Sur un plan plus professionnel, le salon a réalisé la satisfaction de tous ses objectifs, notamment en termes de couverture et d'occupation, sachant que nous n'avons pu répondre à toutes les demandes… Au niveau international, pour une première édition qui a été organisée à un rythme et dans un timing assez accéléré, il n'est pas évident d'avoir de répondant de la part de pays leaders dans le secteur.

Source : web LE MATIN   Par Abdelhakim Hamdane - Erfoud