Plan Azur La station Lixus met le turbo

Plan Azur   La station Lixus met le turbo

Une convention pour un nouveau tour de table chez le chef de gouvernement

La 1e phase finalisée en 2015 et la 2e au plus tard en 2018

140.000 lits dans le balnéaire d’ici 2016

Fini les déboires pour la station de Lixus à Larache. Le site est sans doute aujourd’hui parmi les plus avancés, malgré les retards pris sur le calendrier. «Dans les prochaines semaines, nous verrons les prémices d’une station gigantesque sur le Loukous qui est aujourd’hui navigable», annonce le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad. «La station Lixus va reconfigurer le paysage de Larache et aura un impact certain sur la population de la région», promet Haddad qui vient d’effectuer mardi dernier une visite in situ. Pour commencer, une nouvelle convention révisant le tour de table de la station est actuellement sur le bureau du chef de gouvernement pour validation. Le tour de table comprend le groupe Alliance (développeur du projet), le FMDT (Fonds marocain de développement touristique) et la CDG. D’ailleurs, la station de Taghazout elle aussi fait l’objet d’une nouvelle convention, en cours de validation, pour la redéfinition du tour de table réunissant la CDG, le FMDT, Alliance Développement et Sud Partners.

Concernant la première phase de Lixus, les travaux de viabilisation et de mise en place de l’infrastructure hors-site, tels que l’assainissement, le raccordement en eau potable et en électricité, réseau téléphonique et réseau d’arrosage, ont été réalisés en intégralité. Quant aux travaux de raccordement au réseau routier, ils sont également en cours de finalisation. La mise en service des deux accès Nord et Sud est programmée pour l’été 2014. Le golf et le Club House, pour leur part, sont d’ores et déjà fonctionnels. Quelque 80 unités résidentielles ont également été livrées. Un premier hôtel est en cours de construction. Cinq au total sont prévus, dont un Hyatt Regency et un Hilton qui seront mis en service d’ici trois ans. Les constructions seront lancées avant la fin de l’année, annonce le ministère du Tourisme. La première phase sera finalisée d’ici 2015. La deuxième, quant à elle, vient d’être entamée. Les premiers travaux d’infrastructures ont été lancés.

Ceux de la marina démarreront incessamment. La deuxième tranche prévoit un club équestre, une base nautique et un hôtel. Le groupe Alliance avait également annoncé la mise en place d’une cité sportive en bonne et due forme, pour un maximum d’animation sur le site, ainsi qu’un centre médical.

La station Lixus s’étale sur une superficie globale de 468 ha, pour un investissement de 1,4 milliard de DH. Elle permettra d’assurer une capacité de 16.300 lits. Grâce aux différentes stations touristiques qui seront livrées (les six du plan Azur ainsi que d’autres mini-stations dans plusieurs villes comme Al Hoceima ou encore Agadir), une capacité globale de près de 140.000 lits sera assurée dans le balnéaire à l’horizon 2016, selon la tutelle. 
Le projet Lixus semble enfin sur les rails, après avoir traîné pendant des années. En 2009, deux partenaires de la station s’étaient retirés en raison de désaccords.

A savoir le Belge Thomas & Piron et le Néerlandais Orco. Suite à cet épisode qui avait défrayé la chronique, le projet a dû être revu en entier et revalidé au niveau de la tutelle.


La première «mouture», prévoyait par exemple deux golfs 18 trous, mais finalement un seul sera réalisé. Quelque 9 hôtels étaient par ailleurs programmés. Aujourd’hui, l’on ne compte en construire que cinq.

Pour les autres stations du plan Azur la situation n’a pas été meilleure. Toutes ont enchaîné les retards. Plusieurs investisseurs de taille s’étaient retirés des différents sites à cause de difficultés liées aux aléas du marché de l’immobilier, de retards des travaux d’infrastructure accompagnant les projets, de problèmes du foncier, révision de plans d’aménagement…  Les montages financiers n’étaient pas évidents non plus. D’ailleurs le problème est toujours d’actualité. «Pour les prochaines stations à développer, il sera difficile de trouver des investisseurs à même de mener les projets en one-shot», reconnaît Lahcen Haddad.

Dossier prioritaire

Lahcen Haddad fait des stations balnéaires son dossier prioritaire. «Le plan Azur était certes ambitieux, mais nous avons essuyé beaucoup de retards à cause de problèmes de conception, de suivi et d’opérationnalisation. Nous avons aussi été rattrapés par la crise», explique Haddad. Pour le ministre du Tourisme, ce chantier n’a que trop duré. «Nous tenons des réunions mensuelles avec le comité de suivi, nous visitons régulièrement les différents sites et nous maintenons le contact avec les investisseurs. Nous ferons tout pour dynamiser ce projet», insiste Haddad.

SOURCE WEB Par  A. N. A  L’Economiste