Zone de turbulence pour les vols low cost au Maroc

Zone de turbulence pour les vols low cost au Maroc

Touchées par la crise et la hausse des prix du kérosène, les compagnies aériennes low-cost réduisent le nombre de dessertes sur le Maroc.

 

MAROC / EUROPE. Six ans après l’ouverture du ciel entre l’Europe et le Maroc (accord d’Open sky), les compagnies aériennes low cost réduisent la voilure.


Depuis le début de l’année 2012, un bon nombre de dessertes entre les mégapoles européennes et les grandes villes marocaines ont été supprimées.


La crise dans la zone euro et la hausse des coûts de fonctionnement, liée notamment à la hausse du pétrole, expliquent ses défections.


Première à ouvrir le bal : la compagnie Jet4you, fondée par le groupe allemand TUI et des actionnaires marocains, a disparu des écrans radars, absorbée courant janvier 2012 par la filiale belge de TUI, Jetairfly. Dans la foulée, plusieurs routes entre la France et le Maroc disparaissent (Casablanca-Paris et Fès-Paris) ainsi qu'une quarantaine d’emplois. En six ans d’existence, Jet4you n’aura jamais été bénéficiaire.


De son côté, la compagnie irlandaise Ryanair annonçait, fin juin 2012, la suppression de trente quatre vols hebdomadaires, justifiant sa décision par la hausse des taxes aéroportuaires. Ce que réfute l’Office national des aéroports (ONDA) au Maroc. Après une année 2011/2012 plutôt satisfaisante (502 M€ de bénéfices à fin mars 2012), Ryanair indique ne pas disposer de visibilité et s’attend à des résultats mitigés.

Air Arabia tire son épingle du jeu

Ryanair supprime des vols au Maroc (photo GT)

Même tendance chez la Britannique Easyjet, deuxième plus importante compagnie aérienne à bas coût d’Europe (derrière Ryanair), qui supprime ses dessertes avec l’Espagne. Une conséquence directe de la fermeture de sa base de Madrid Barajas (huit appareils) prévue en octobre 2012. Par souci d’économies.


Dans ce concert de mauvaises nouvelles il faut cependant citer Vueling qui continue à desservir tous les vendredis Marrakech.


British Airways va, quant à elle, tout simplement remplacer à partir du 28 octobre 2012 par ses propres vols une partie de ceux opéres par sa filiale BMI rachetée en avril 2012 et qui desservait Agadir et Marrakech depuis Londres. Les vols de BMI passeront de cinq à trois par semaine sur ces deux destinations alors que British Airways en proposera sept sur le Maroc (Agadir, Marrakech et Casablanca) contre trois aujourd'hui


Air Arabia tirerait-elle seule son épingle du jeu ? Créée en 2009, la compagnie aérienne low cost à capitaux émiratis, revendique un très bon premier semestre 2012, mais sans citer les résultats des filiales au Maroc et en Égypte. La compagnie lancera fin octobre 2012 une nouvelle liaison entre Marrakech et Milan. Elle assure déjà une vingtaine de dessertes au départ de Casablanca, Tanger, Nador et Fès.


Depuis l’entrée en vigueur de l’Open sky, l’offre en sièges des low cost est tout de même passée de 200 000 en 2004 à près de 8 millions en 2011. Avec la crise, cette offre devrait baisser d’environ 20%

 

SOURCE WEB  Par Christelle Marot, à CASABLANCA  Econostrum