Énergies Des associations manifestent contre le gaz de schistes

Énergies  Des associations manifestent contre le gaz de schistes

Plusieurs pays comme la Suisse, la Suède, le Québec et l’État de New York ont interdit cette industrie dangereuse sur leur territoire.

Des militants représentant plusieurs associations de l’environnement se sont donné rendez-vous devant le Parlement à Rabat. Ph. R. Tarik

Le 21 avril dernier correspondant à la Marche pour la Terre, des militants représentants de plusieurs associations de l’environnement se sont donné rendez-vous devant le Parlement à Rabat. Certains sont venus de loin (Oujda, Fès, Marrakech, etc.), pour dénoncer les autorisations, accordées dernièrement par l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) à des compagnies étrangères pour l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schistes au Maroc, jugées trop dangereuses pour l’environnement.

Une décision qui va à l’encontre de la prise de conscience ailleurs. Plusieurs gouvernements comme en Suisse, la Suède, Québec, l’État de New York, ont interdit cette industrie dangereuse sur leur territoire.

Si les associations de défense de l’environnement à l’étranger ont pu sensibiliser leur opinion publique, cela n’a pas été le cas pour les initiateurs du sit-in à Rabat.

Ce jour-là, arrivant sur place, certains n’ont pas caché leur déception en raison du petit nombre de personnes présentes. Aziz Bousfiha, jeune retraité et militant écologiste, lui, qui a pris très tôt le train en provenance de Fès, n’est pas content. «Je suis déçu par le petit nombre de personnes qui sont venues. Mais nous devons continuer à mobiliser l’opinion nationale sur les dangers du gaz de schistes», a-t-il indiqué.

Pendant que certains d’entre eux préparaient les banderoles, d’autres ont distribué des tracts. Parmi ces documents, «L’Appel de Rabat pour lutter contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schistes au Maroc». Dans ce texte, les auteurs appellent les responsables politiques à interdire la fracturation hydraulique dans l’exploitation de gaz de schistes qui est considérée parmi les industries les plus destructives de l’environnement. «La technologie par fracturation hydraulique se fait par injection de grande quantité d’eau (15 à 35 millions de litres par cycle de fracturation) sous de fortes pressions avec du sable et des produits chimiques (entre 500 et 600 produits chimiques), dont plus de trente sont hautement toxiques et cancérigènes», soulignent les auteurs de la Déclaration de la conférence maghrébine d’Oujda contre la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schistes.

Si la mobilisation n’a pas été au rendez-vous comme l’attendaient les organisateurs de ce sit-in, les participants ont pu faire entendre leur voix et venus pour exiger une réponse. «À la suite de la Conférence maghrébine pour la lutte contre la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes, qui s’est tenue à Oujda en décembre dernier, les participants ont chargé Jamal Stitou, député du parti de la Gauche verte à la Chambre des représentants de porter leurs inquiétudes au sujet de cette industrie de gaz de schistes devant le Parlement.

Mais nous avons remarqué que la question a trop tardé pour être programmée dans les séances réservées à la réponse du gouvernement devant la Parlement, ce qui a nécessité l’organisation de notre sit-in devant le Parlement pour exiger une réponse», a indiqué Mohamed Benata, président de l’Espace de solidarité et de coopération de l’Oriental (ESCO) et coordinateur de l’Ecolo plateforme du Maroc du Nord (ECOLOMAN).

Effectivement, leur déplacement n’a pas servi à rien et le ministre de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Fouad Douiri, est venu répondre en direct à la question du député des Verts, lors de la session question-réponse du 29 avril au Parlement. Mais la réponse du ministre ne les a pas convaincus.

«Dans sa réponse devant le Parlement, le ministre s’est bien retenu de faire des éloges de cette industrie polluante, et a reconnu que l’ONHYM n’a pas informé ni consulté le Parlement et les communes concernées pour l’octroi des permis d’exploration. Par ailleurs, il s’est contredit en affirmant que les lois sont respectées par l’ONHYM en matière de protection de l’environnement notamment la loi des Études d’impact environnementales (EIE). Il est à préciser que si cette loi était respectée aucune autorisation environnementale ne serait délivrée vu la pollution causée par la technique de la fracturation hydraulique sur l’eau, l’air et le sol», a conclu M. Bennata.

Problèmes de santé

L’exploitation des gisements des gaz de schiste est coûteuse et présente des risques pour l’environnement, dans le sous-sol, dans les nappes phréatiques et en surface. Comme le montre le reportage du journaliste, Lech Kowalski, qui a enquêté sur des forages en Pologne et en Pennsylvanie, les conséquences écologiques et sanitaires de ces forages surgissent bien plus rapidement que prévu. L’eau devient noire à cause des résidus de la fracturation hydrauliques qui atteignent les nappes phréatiques. Et c’est tout l’écosystème qui vacille : les vaches ont la peau boursouflée et les habitants commencent à se plaindre de problèmes de santé.

Publié le : 4 Mai 2013 –

SOURCE WEB Par Rachid Tarik, LE MATIN

Tags : Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM)- l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schistes au Maroc, jugées trop dangereuses pour l’environnement- mobiliser l’opinion nationale sur les dangers du gaz de schistes- l’exploitation de gaz de schistes- Déclaration de la conférence maghrébine d’Oujda contre la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schistes- Mohamed Benata, président de l’Espace de solidarité et de coopération de l’Oriental (ESCO)- l’Ecolo plateforme du Maroc du Nord (ECOLOMAN)- ONHYM- Études d’impact environnementales (EIE)-