Commercialisation et valorisation des produits arboricoles

Commercialisation et valorisation des produits arboricoles

La gestion des marchés de gros pointée du doigt par les producteurs

Les producteurs appellent de tous leurs vœux la réforme de la loi qui réglemente le fonctionnement des marchés de gros.

La production nationale de fruits ne souffre ni d’insuffisance ni de qualité défaillante, reconnaissent les pouvoirs publics et les associations de producteurs. C’est la commercialisation assurée par les marchés de gros, dont la gestion repose sur une loi qui remonte à 1962, qui est aujourd’hui pointée du doigt. Cette situation, en plus de la multiplication des intermédiaires, décuple les prix de détail pratiqués jusqu’ici selon bon nombre de producteurs.

À Meknès, Boubker Belkora, président de la Fédération de développement de l’arboriculture au Maroc (FEDAM), ne mâche pas ses mots : «Ce sont les collectivités locales qui dominent la gestion des marchés de gros de fruits et légumes. La loi actuelle n’encourage pas la concurrence. Il y a des caisses noires qui profitent à ceux-là mêmes qui s’opposent à toute réforme, car les promesses de réforme durent depuis des années».

L’ancien maire de Meknès évoque également la taxe fixée à 7% de la valeur de la marchandise qui rentre dans un marché de gros largement supérieure, selon lui, à ce qui se pratique à l’international (1%). «en plus, là-bas il y a des infrastructures qui sont totalement absentes chez nous». Hakim Bennani, secrétaire général de l’Association de producteurs de fruits de la région de Fès-Boulemane souligne qu’il n’est pas normal que la pomme soit vendue par le producteur à 5 DH le kilogramme alors qu’elle est cédée à 20 DH chez le détaillant. «Les intermédiaires gagnent 10 fois plus que le producteur. Les victimes sont les producteurs et les consommateurs qui se voient ainsi privés de ce fruit aux multiples vertus».

Marchés de gros «nouvelle génération»

Face à cette situation, le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime a engagé en collaboration avec le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie numérique, une étude-diagnostic afin de mettre un terme à cette «anarchie» qui caractérise la gestion des marchés de gros de fruits et légumes. Naïma Mouti, présidente du pôle développement des filières au ministère de l’Agriculture, fait un état des lieux des moins reluisants de ces structures, lors d’une table ronde organisée en marge du SIAM. Selon elle, les 38 marchés de gros existant actuellement sont surtout concentrés dans le Nord et dans l’Est du pays d’où une répartition géographique déséquilibrée. «Les infrastructures d’accompagnement (chaîne de froid par exemple) n’existent que dans 20% des cas, 52% de ces marchés, où les conditions de sécurité ne sont pas garanties, sont surpeuplés. La loi qui les gère date de 1962. Sur l’ensemble de la superficie de ces marchés, seuls 78 hectares sont construits et 5 marchés sont implantés dans des zones de production…» Ainsi, l’étude en cours de réalisation a retenu une meilleure répartition géographique, la réduction du nombre de 38 à 32 marchés et la réalisation d’infrastructures répondant aux normes internationales pour lesquelles 6 milliards de DH sont mobilisés.Avant la réalisation effective de ces marchés de gros «nouvelle génération», Berkane, Rabat et Meknès ont été retenus pour l’édification de marchés pilotes. Il est à rappeler qu’une convention ratifiée par le ministère de l’Agriculture, celui de l’Économie et des finances ainsi que la Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMDA) permet désormais à cette filière de bénéficier d’une assurance qui prend en compte les particularités de chaque filière.

Publié le : 29 avril 2014 – SOURCE WEB Par Samir Benmalek, LE MATIN

Tags : la commercialisation assurée par les marchés de gros, dont la gestion repose sur une loi qui remonte à 1962, qui est aujourd’hui pointée du doigt- la multiplication des intermédiaires, décuple les prix de détail pratiqués- Boubker Belkora, président de la Fédération de développement de l’arboriculture au Maroc (FEDAM)- Ce sont les collectivités locales qui dominent la gestion des marchés de gros de fruits et légumes- La loi actuelle n’encourage pas la concurrence- Marchés de gros «nouvelle génération-