Ouarzazate... bientôt miraculée ?

Ouarzazate... bientôt miraculée ?

Ouarzazate : un nom qui a de quoi faire rêver. Pour les professionnels du tourisme de la ville et de sa région, ce rêve c'est transformé en cauchemar. Le secteur touristique de Ouarzazate est depuis longtemps en zone de tempête et, si l'on assiste à une accalmie ces derniers temps (voir encadré), dans l'ensemble, les touristes, Marocains comme étrangers, ont choisi le sauf-qui-peut avec comme résultat la fermeture de plus de 1000 lits hôteliers.
Entre une ville qui tourne en rond, un barrage à vide et une chaleur accablante, l'image d’Épinal en prend un coup.
Pourquoi ce naufrage ? Incurie de la grande majorité des professionnels, qui pour toute stratégie se contentent de s'en remettre à Dieu et à sa providence ; faiblesse du financement, nos banques, officiellement si intéressées par le développement du pays, estimant que le tourisme est un secteur à haut risque (c'est-à-dire n'offrant pas les mirifiques marges auxquelles elles sont habituées) ; inexistence de volonté politique pour tenter de remédier à la situation, les pseudos-responsables ne comprenant rien et ne voulant rien comprendre aux problématiques de l'activité… bref des raisons qui sont bien connues et qui sont constantes depuis de bien trop nombreuses années.
Et pourtant… malgré la jachère imposée par les autorités marocaines, qui se contentent de se rappeler son existence de temps à autres, malgré l'attaque sous la ceinture de la diplomatie française, qui lui reproche sa trop grande proximité géographique avec le sud algérien et ses risques sécuritaires, Ouarzazate résiste. Mieux encore, elle se permet de reprendre des couleurs dans une conjoncture pourtant sinistrée.
Regorgeant de potentialités à même d'enrichir le produit touristique national et de lui offrir une forte valeur ajoutée connotée « culture et tradition », la région attend son heure et se prépare pour le grand bond en avant qu'on lui promet depuis des lustres… En espérant que l'attente ne soit pas trop longue.
Berbère Palace : la confiance règne !
Avis aux touristes fortunés et distraits : le Berbère Palace est l'hôtel qu'il vous faut ! Ainsi, le 23 octobre dernier, lors du passage d'un groupe de touristes américains, le personnel de l'hôtel a eu la surprise de découvrir, égaré du côté de la réception un sac de voyage qui contenait, en plus de divers effets personnels, une belle liasse de billets estampillés « Oncle Sam » pour une valeur supérieure à 10 000 dollars… ni une, ni deux les garçons de service se sont mis à la recherche du propriétaire.
La dénommée Mary Oberhlman, logeant dans la chambre 437, a donc eu l'heureuse surprise, entre les habituelles corbeille de fruits et bouteille d'eau minérale, de se voir remettre son sac. Pas ingrate, la dame s'est confondue de remerciements.
Cinéma : action !
Ça pourrait être pire : dans une conjoncture atone le taux de remplissage des hôtels de la région de Ouarzazate est de 55%, toutes catégorie confondues. Mais derrière ces chiffres, la grande nouvelle est le retour en force de la clientèle « 7ème art ». Ainsi, dans le détail, la part des personnes travaillant pour des tournages cinématographiques représente 60 % des nuitées, contre 5% pour les employés du complexe Maroc Solar et de 35% pour les touristes « classiques ». Après plusieurs saisons de vaches maigres, la Hollywood marocaine reprend du poil de la bête et les producteurs se bousculent de nouveau à son portillon. Et ce n'est pas terminé : les perspectives de tournages demeurent excellentes pour les quatre mois à venir selon les observateurs avisés. Néanmoins, certains problèmes sont soulevés (malheureusement les mêmes depuis des années...) : nombreux sont ceux parmi cette clientèle qui se plaignent de la mauvaise qualité des produits proposés, que ce soit au niveau de l’hôtellerie ou de la restauration. Les pros du cinéma se retrouvent quasi-exclusivement autour de deux ou trois adresses et commencent à s'en lasser. Les autorités locales vont-elles, comme de coutume, se reposer sur les lauriers d'établissements tels que le Berbère Palace et se contenter de profiter d'une situation de rente, où comptent elles réagir et tenter d'améliorer leur produit ? Qui vivra verra.
Coup de coeur
Depuis le temps que l'on cherche des lieux qui sortent un peu de l'ordinaire… Sise au km 82 de la route de Ouarzazate depuis Marrakech, la localité de Taddart, entre oued et lauriers roses, accueille une adresse qui vaut le détour. « Le Jardin », se veut une halte agréable et propose une cuisine typique et des grillades soignées et autres (qui, soit-dit en passant, excellentes dans la région…). Le patron, Ahmed Bokar, vous accueille en personne et ne ménage aucun effort pour soigner sa clientèle, composée de Marocains comme d'étrangers. Se posant comme un « guerrier » de la cause touristique, il s'est donné comme mission l'amélioration des prestations de services de la région. Ça vaut le détour.
3 Novembre 2014
SOURCE WEB Par La Vie Touristique

Tags : secteur touristique de Ouarzazate- culture et tradition- Berbère Palace- la part des personnes travaillant pour des tournages cinématographiques représente 60 % des nuitées, contre 5% pour les employés du complexe Maroc Solar et de 35% pour les touristes « classiques-