Non, le tourisme ne va pas mal Par Ahlam JEBBAR

Non, le tourisme ne va pas mal Par Ahlam JEBBAR

Une certaine presse économique, censée être une référence sur la place se plait à dénigrer le secteur du tourisme, à le présenter comme léthargique, en manque de leadership… Hier encore, je lisais un édito d’un quotidien économique réputé qui m’a interpellé au plus haut point par son manque d’informations fiables sur le secteur et par son envie de décrédibiliser ses représentants …
Oubliant au passage que le secteur du Tourisme c’est avant tout une Vision, des actions et puis la Passion de Femmes et d’Hommes qui opèrent au quotidien, dans les agences de voyages, les hôtels, les aéroports, les restaurants… Des Hommes et des Femmes qui travaillent dur pour rendre le séjour des touristes agréables, des Hommes et des Femmes qui sans le savoir contribuent au rayonnement de notre pays à l’international et à faire évoluer le «Vivre Ensemble». En ces temps de crise identitaire et religieuse qui poussent à l’extrémisme et aux actes de barbarie, ce n’est pas rien…
Et même si tout n’est pas parfait, même si certaines actions tardent à voir le jour, le secteur du Tourisme reste un des principaux secteurs du pays, qu’on le veuille ou non, pourvoyeur d’emplois et de recettes en devises… 30.000 lits ont été créés entre 2012 et 2014. Le secteur emplois quelques 500.000 personnes. Rien qu’en 2014, 190 hôtels –toutes catégories confondues - ont ouverts leurs portes. Et l’Etat qu’on dit aujourd’hui, pas concerné par les enjeux stratégiques du secteur, a tout de même mis 2 milliards de dirhams sur le tapis pour la reprise des stations balnéaires du Plan Azur qui étaient, au statu-quo à cause d’erreurs stratégiques des gouvernements passés.
Donc non, le Tourisme ne va pas mal ! Comme toujours, il est sensible à tout mouvement géopolitique mondial, comme toujours il est victime des appréhensions et des amalgames de certains par méconnaissance et comme toujours il se relève encore plus fort. La crise actuelle, après les Attentats de Charlie qui ont entrainé une baisse somme toute relative des arrivée est loin d’être la pire des crises qu’ai connu notre pays.
Nous nous sommes relevé du 11 septembre, nous nous sommes relevé des attentats de 2003, nous nous aussi sommes relevés des attentats d’Argana… qui étaient vraiment de véritables coups portés à notre pays et notre tourisme. Alors à coté de cela, la crise actuelle est vraiment loin d’être la pire qu’ai connu le Maroc.
Pour le mois de janvier 2015, les chiffres officiels annoncent une baisse d’activité de 14%. Mais les plus grands tour-opérateurs étrangers sont tous optimistes à ce sujet et pensent qu’on rattrapera très vite ce petit retard. Nous sommes en mars, ce sont les vacances scolaires en France, et l’on constate que les hôtels des principales villes touristiques affichent de très bons taux de remplissages. Il n’y a aucun bradage d’aucune destination comme cela a été écrit…Une information qui est confirmée par les principaux groupes hôteliers et par les responsables de la Confédération Nationale du tourisme.
La présence des 300 agents de voyages américains de l’ASTA à Marrakech, la semaine dernière, pour leur congrès annuel est une preuve de l’intérêt et de la confiance, qui est faite par les Etats-Unis, au Maroc et à son tourisme.
En ce moment, à Dakhla, la crème de la presse française, italienne, anglaise et scandinave est en voyage de presse pour découvrir cette magnifique région qui fait partie des grands atouts de notre pays. Interrogés, ces journalistes qui sont les meilleurs relais d’opinion que nous puissions avoir en Europe, sont tous unanimes : le Maroc est un pays qu’ils recommanderont à leurs lecteurs sans hésiter.
Même son de cloche à Berlin où se tient actuellement la plus grande messe du Tourisme – l’ITB – Hier, L’état major du groupe TUI – L’un des plus grands groupe mondiaux- a tenu une réunion avec le ministre du Tourisme et ses équipes. Objectif : développer davantage la présence du groupe au Maroc.
Donc encore une fois, non le tourisme ne va pas mal !

La critique doit donc être constructive et éviter les réglements de compte sur des sujets aussi sensibles qui remettent en cause l’image même de notre pays. La critique doit permettre de débloquer certaines situations, de faire évoluer certaines mentalités, de nous aider à nous diriger vers un Maroc meilleur.
C’est en tout cas ce qu’on m’a appris en journalisme et c’est en tout cas ce que mon cœur de patriote me dicte !
5 Mars 2015
SOURCE WEB Par Tourisma Post

Tags : faire évoluer le «Vivre Ensemble »- La critique doit permettre de débloquer certaines situations- à Dakhla, la crème de la presse française, italienne, anglaise et scandinave est en voyage de presse pour découvrir cette magnifique région qui fait partie des grands atouts de notre pays- A l’ITB – Hier, L’état major du groupe TUI a défini son objectif de développer davantage la présence du groupe au Maroc- non le tourisme au Maroc ne va pas mal-