L’autre Maroc Par Nadia SALAH

L’autre Maroc Par Nadia SALAH

Depuis longtemps, de nombreuses voix s’élevaient pour dire que la crise en Europe donnerait au Maroc touristique des concurrents puissants, parce que plus professionnels.

Nos investigations, malheureusement, le confirment. Espagne, Portugal, Grèce… proposent des séjours à des prix inférieurs. Et, plus important, avec une qualité de service supérieure à celle que le Maroc arrive à offrir.

Le tourisme n’est pas une affaire de mer ou bâtiments. C’est une affaire d’hommes.
A cause d’hommes et de femmes, incompétents et négligents, mal formés et mal dirigés, les clients sont mécontents. Ils le disent sans se gêner sur les réseaux sociaux.

Des années avant Daech et l’Aqmi, le secteur touristique marocain savait qu’il n’arrive pas au minimum syndical, à cause du manque de sérieux dans la formation et du manque de suivi dans le management des personnels.

La faiblesse des ressources humaines au Maroc est si handicapante qu’elle a justifié un terrible avertissement sous la plume du gouverneur de la banque centrale lui-même: les compétences acquises à l’école, y compris dans les universités et les grandes écoles, sont si basses qu’elles sortent le Maroc du chemin de l’émergence.

L’effort, bien mince, qui avait été fait dans la décennie 2000 pour la formation, est largement perdu.
Les compétences sociales minimales, propreté, politesse, respect du client… ne sont pas au rendez-vous dans trop d’établissements. Or, ce sont ces médiocres-là qui font la réputation de l’ensemble du tourisme au Maroc… au moment où Grèce, Espagne, Italie et Portugal sont redevenus nos principaux concurrents, par les prix.

Quant à la qualité, si le Maroc des compétences ne prend pas les choses en main pour obliger l’autre Maroc à travailler correctement, adieu le développement!

Le 28 Juillet 2015

SOURCE WEB Par  L’économiste Nadia Salah

Tags : la crise en Europe donnerait au Maroc touristique des concurrents puissants– Espagne, Portugal, Grèce- Le tourisme n’est pas une affaire de mer ou bâtiments. C’est une affaire d’hommes- Daech et l’Aqmi- La faiblesse des ressources humaines au Maroc- Les compétences sociales minimales, propreté, politesse, respect du client-