Réchauffement climatique le cèdre marocain est menacé

Réchauffement climatique le cèdre marocain est menacé

Forêt de cèdres des montagnes de l'Atlas à Ifrane.  

Alors que la COP 21 suit son cours, un article publié dans la Vanguardia (titre espagnol) alerte de l’urgence de protéger le cèdre marocain, essentiellement présent dans l’Atlas.

Le Maroc détient une des plus fortes concentrations de cèdres dans le monde. Ces arbres, qui peuvent vivre pendant plusieurs siècles et atteindre 30 mètres de hauteur et 2 mètres de diamètres, s’étendent sur 134.000 hectares dans le pays, d’après l’agence de presse espagnole EFE relayée par la Vanguardia ce 4 décembre.

Une richesse certaine pour le Maroc qui déplore, à travers le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, les effets néfastes du réchauffement climatique sur cette espèce. La hausse des températures, de même que les inondations et les sécheresses affectent l’écosystème des cèdres, un écosystème idéal pour des espèces telles que le macaque de Barbarie.

Cette flore va bientôt devoir s’élever à plus de 500 mètres dans les zones naturelles et se déplacer de 200 kilomètres vers le nord, selon le Haut commissariat. L’institution prend ces données en compte et a lancé de nombreuses initiatives pour reboiser 30.000 hectares dans les 10 prochaines années.

Autre menace à laquelle fait face le cèdre: celui-ci permet aux populations locales de subsister. Son bois noble peut valoir jusqu’à 17.000 DH le mètre cube. Il est donc un apport substantiel à l’économie locale.

Mais les actions humaines, telles que l’exploitation illégale, la collecte massive de bois pour la cuisson et le chauffage, ou encore le pâturage intensif, représentent un danger non négligeable pour cet arbre.

Pour remédier à ces phénomènes, le Haut commissariat a mis en place des aides pour l’acquisition de pâturages, pour la distribution de poêles (60.000)… Les autorités ont aussi renforcé les amendes et les sanctions. 

Le 04 Décembre 2015
SOURCE WEB Par Médias 24

Tags : la COP 21- la Vanguardia (titre espagnol)- urgence de protéger le cèdre marocain, essentiellement présent dans l’Atlas– le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification– réchauffement climatique– un écosystème idéal pour des espèces telles que le macaque de Barbarie- les zones naturelles– un apport substantiel à l’économie locale– la distribution de poêles-