Assemblée générale ordinaire Les professionnels de la pêche côtière exposent leurs doléances

Assemblée générale ordinaire Les professionnels de la pêche côtière exposent leurs doléances

les opérateurs ont mis en avant les dossiers prioritaires qui les préoccupent.

Les professionnels de la pêche côtière resserrent les rangs pour mieux défendre leurs intérêts. Lors de la dernière assemblée générale de la Confédération nationale de la pêche côtière au Maroc, tenue samedi dernier à Safi, ils ont formulé nombre de recommandations visant à améliorer les conditions de l’exercice de la profession. La principale revendication concerne la suppression de la TVA sur le secteur.

La Confédération nationale de la pêche côtière au Maroc (CNPCM) a tenu, samedi, une assemblée générale ordinaire qualifiée «d'historique» par ses membres. En effet, cette Assemblée a consacré l'unité des professionnels de la pêche côtière dont les rangs étaient divisés jusqu'à une date récente. Les membres du nouveau bureau élu à cette occasion ont insisté sur l’importance de l’unité ainsi que sur la défense des intérêts des opérateurs du secteur de la pêche maritime. C’est ce qu'a affirmé le nouveau président élu, Laarbi Lamhaïdi.

Lors de la séance d'ouverture de cette assemblée, la secrétaire générale du département de la pêche au ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime, Zakia Drouich, a insisté sur la nécessité de la protection de la richesse halieutique du Royaume. Elle a, par ailleurs, souligné que le traitement et la résolution des problèmes qui se posent au secteur deviennent plus faciles quand on a un seul interlocuteur. Chose que les professionnels ont anticipée puisque la CNPCM coordonne désormais ses positions avec l'autre association qui regroupe une partie des professionnels, la Confédération marocaine de la pêche côtière (CMPM), créée suite à une scission de la CNPCM, en 2013. En effet, les travaux de l'assemblée générale de samedi dernier avaient été marqués par la participation d'un représentant de la CMPM.

Ainsi, d'une seule voix, les opérateurs du secteur ont mis en avant les dossiers prioritaires qui les préoccupent et qu'ils entendent défendre. Dossiers qui ont été rappelés dans le cadre de l'examen du rapport moral qui a été soumis aux membres de la Confédération lors de cette assemblée. Il faut le rappeler, cette corporation est constituée de 43 associations d'opérateurs de la pêche côtière qui sont actifs à travers une flotte de plus de 1.500 unités. La force de la Confédération provient de son implantation dans tous les ports de pêche du Royaume. Ce qui lui permet d'être une force de proposition ayant connaissance de toutes les contraintes auxquelles fait face le secteur.

Ainsi, à l'issue de l'assemblée générale ordinaire, les participants ont émis une série de recommandations. La première répond aux attentes de l'ensemble des opérateurs de la pêche côtière. Il s'agit d'un appel pour la suppression de la TVA au profit de ce secteur. Il faut le souligner, la direction de la Confédération avait milité au cours de son dernier mandat pour cette revendication et avait pu obtenir une réduction du taux de la TVA qui est passé de 20 à 10% au cours de cette année. «Malheureusement, nous n'arrivons pas à la récupérer», souligne Mohamed Mouloud, ancien président de la CNPCM et président de la Fédération des Chambres de la pêche maritime. De la sorte, les membres de la Confédération demandent aujourd'hui carrément la suppression de cette taxe pour leur secteur d'activité.

Une autre recommandation émise dénonce le monopole dont jouit une société qui équipe les bateaux de la pêche côtière par un matériel qui assure la surveillance par satellite des bateaux de pêche, connu chez les professionnels par l'appellation VMS. Ce système permet au département de la Pêche de contrôler et de connaître le positionnement de chaque bateau. Les professionnels dénoncent le monopole de la vente de ce système concédé à un seul équipementier. Ils dénoncent «l'injustice et le chantage exercé par cette société et même l'arnaque» affirmant qu'elle refuse parfois de leur remettre des factures et retarde l'entretien de ce matériel, ce qui les empêche de prendre le large... Ils ont ainsi adressé une lettre au Chef du gouvernement pour ouvrir une enquête sur cette situation qui les pénalise et profite à une seule entreprise.

Une autre recommandation émise a été consacrée à une problématique d'une autre nature, qui concerne plus particulièrement les opérateurs exerçant dans les eaux de la Méditerranée. Ces derniers disent être pénalisés par les attaques d'une catégorie de dauphins qui déchirent les filets. Le problème vient du fait que ces mammifères marins font partie des poissons protégés interdits de la pêche. Les professionnels appellent ainsi à être dédommagés pour le préjudice subi. Ces doléances constituent autant de défis auxquels la nouvelle équipe élue à l'issue de cette assemblée générale devra faire face.

Le 08 Mai 2016
SOURCE WEB Par LE MATIN

Les tags en relation