Hôtellerie: Les fiches de renseignements numérisées

Hôtellerie: Les fiches de renseignements numérisées

La télédéclaration des fiches d’hébergement entre en vigueur

Plus qu’une démarche sécuritaire, cette mesure devrait actualiser les indicateurs

La généralisation de la télédéclaration au niveau des hôtels est plus qu’une mesure sécuritaire. Elle vient mettra un frein à la déperdition d’informations et permettra d’avoir une image pointue du profil des touristes étrangers. Des données qui faciliteront les opérations de marketing qui seront de plus en plus affinées

Les ministères du Tourisme et de l’Intérieur viennent d’adopter la télédéclaration en matière d’hébergement touristique. Un système qui permettra aux hôteliers de transmettre aux services de sécurité (DGSN et Gendarmerie) les données relatives aux clients des établissements touristiques (nom, prénom, catégorie  socio-professionnelle, motif et organisation du séjour…). «Malgré quelques similitudes, cette mesure est différente des fiches de police que les touristes remplissent à l’aéroport. Cette déclaration permettra d’éliminer les passe-droits au niveau des hôtels tout en apportant plus de fluidité administrative aux opérateurs», précise Faouzi Zemrani, vice-président délégué de la Confédération nationale du tourisme (CNT). Cette mesure a, rappelons-le, été proposée par les opérateurs il y a 7 ans lors de l’élaboration de la Vision 2020, à la différence près que les professionnels militaient pour que la télédéclaration soit effectuée au niveau des aéroports. «Beaucoup y voient une contrainte supplémentaire, mais pour moi cette mesure représente une entrée dans la nouvelle industrie du tourisme, celle du partage et de la marge 0. Cette solution permettra également des recoupements immédiats en cas d’alerte», explique Othmane Chérif Alami, président d’Atlas Voyages. En plus de l’impératif sécuritaire, la généralisation de la télédéclaration permettra aux opérateurs de transmettre des informations «fraîches» aux CRT, à l’ONMT et à la tutelle pour l’élaboration d’études qualitatives et immédiates. «Les données recueillies permettront d’affiner nos actions marketing, de déceler à l’avance les nouvelles tendances, de mieux calculer les chiffres d’affaires, mais surtout d’entamer une évolution de la destination. En clair, retrouver une indépendance numérique vis-à-vis des majors ou encore restaurer la confiance entre opérateurs et autorités», tient à préciser Chérif Alami. Pour concrétiser ces ambitions, il faudra dépasser le volet sécuritaire de cette mesure et développer l’aspect statistique et brand content qu’offre la télédéclaration.

Sur le terrain, le système est en phase d’implémentation. «La solution a été testée avant même l’élaboration du projet de décret. Un test bêta a été effectué au préalable sur un échantillon d’hôtels à Casablanca, Rabat et Marrakech. Le test nous a permis de corriger certains bugs qui étaient liés à l’incompatibilité de quelques logiciels de gestion des hôtels avec la solution de télédéclaration», explique Abdelaziz Samim, directeur de la Fédération de l’industrie hôtelière (FNIH). Le virage vers le numérique permettra également de communiquer les données pour l’élaboration des statistiques à J-7 et non plus après 2 mois. Selon le directeur de la FNIH, le CNDP a également été associé à cette démarche pour éviter toute déperdition des données sur le tourisme ou encore pour accompagner les opérateurs dans leur mise à niveau et leur régularisation dans le domaine de protection des données personnelles.

Le 25 Août 2016
SOURCE WEB Par L’économiste

Les tags en relation