EXCLUSIF - 2,2 milliards de dollars pour Noor Midelt Phase I Le détail du montage financier envisagé

EXCLUSIF - 2,2 milliards de dollars pour Noor Midelt Phase I Le détail du montage financier envisagé

Noor Midelt est jusqu’ici le plus grand complexe solaire envisagé par Masen, avec une capacité pouvant atteindre 800 MW durant les prochaines phases.

Le montage financier envisagé pour le développement de la première phase du complexe solaire Noor Mildet comprend à ce jour six bailleurs de fonds internationaux. Sur un coût global estimé à 2,2 milliards de dollars, ces derniers apporteraient 1,76 milliard, dont 750 millions par la KfW, 400 millions par la Banque mondiale, 260 millions par la BAD et 200 par la BEI.

Les financements pour Noor Midelt Phase I sont pratiquement sécurisés. Le montage financier envisagé par The Moroccan Agency for Sustainable Energy (Masen) pour le développement de ce projet comprend à ce jour six bailleurs de fonds internationaux. Selon une source proche du dossier, le coût global de la première phase du complexe solaire Noor Mildet est estimé à 2,2 milliards de dollars (le coût réel devant être connu au moment de l’adjudication du marché sur la base de l’offre du soumissionnaire retenu). La banque allemande KfW devra être le plus important bailleur de fonds avec un apport attendu de 750 millions de dollars. Suit la Banque mondiale qui envisage, dans le cadre de ses négociations avec Masen, un prêt de 400 millions de dollars, comme nous l’annoncions en exclusivité le 27 décembre dernier. Le dossier de prêt, transmis aux hauts responsables de la Banque à Washington sera présenté en juillet 2017 au Conseil des administrateurs du groupe de la Banque mondiale pour examen et approbation.

En outre, la Banque africaine de développement prévoit de miser 260 millions de dollars. Les négociations sont toujours en cours entre Masen et la Banque africaine de développement (BAD) qui doit approuver le prêt au courant de cette année 2017. Et ce n’est pas tout. Sur la liste des principaux bailleurs de fonds ayant donné leur accord de principe pour soutenir ce projet, figure également la Banque européenne d'investissement (BEI). D’après notre source, la BEI entend y contribuer pour 200 millions de dollars. Le plan de financement de Noor Midelt Phase I comprend, aussi, l’Agence française de développement (AFD) avec un prêt envisagé de 100 millions de dollars. S’y ajoute le Clean Technology Fund (Fonds pour les technologies propres) qui mobiliserait 50 millions de dollars. Ainsi, les montants prévus par ces 6 bailleurs de fonds internationaux devront couvrir 1,76 milliard de dollars du coût global estimé à 2,2 milliards. Le reliquat sera apporté par la société de projet qui sera constituée par l’adjudicataire de l’appel d’offres en cours, en partenariat avec Masen. Ceci sans écarter la possibilité de l’ajout d’un ou plusieurs bailleurs de fonds supplémentaires.

Rappelons que Masen planche actuellement sur la préqualification des soumissionnaires lancée le 18 juillet dernier pour le développement de Noor Midelt Phase I, d’une capacité d’environ 400 mégawatts (MW). La nouvelle date limite de dépôt des dossiers de candidatures, par les sociétés ou groupements de sociétés intéressés, était fixée au 10 novembre dernier. La liste restreinte des candidats (short-list), retenue pour la dernière étape de la mise en concurrence, devra être dévoilée au premier semestre 2017.

Ce projet, qui sera déployé sous le schéma IPP (production indépendante d’électricité), porte sur la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance des centrales Noor Midelt Phase I. Cette phase comprendra deux centrales de technologie hybride, combinant CSP (thermosolaire) et PV (photovoltaïque). La puissance CSP installée variera entre 150 et 190 MW par centrale, avec une capacité de stockage de 5 heures au minimum. La puissance PV est à proposer par les développeurs suivant les exigences de l’appel d’offres. Notons en fin que Noor Midelt est jusqu’ici le plus grand complexe solaire envisagé par Masen dans la cadre du plan Noor, avec une capacité pouvant atteindre 800 MW durant les prochaines phases.

Le 03 Janvier 2017
SOURCE WEB Par Le Matin

Les tags en relation