Much Loved, Zin Li Fik cartonne aux JCC à Tunis

Much Loved, Zin Li Fik cartonne aux JCC à Tunis

Lors de sa projection aux journées cinématographiques de Carthage, le film a provoqué l’affluence de nombreux jeunes. \"Zin Li Fik\" a finalement été projeté dans un pays de culture arabo-musulmane, la Tunisie en l\'occurrence. Malgré ou grâce à son caractère polémique, Much Loved a suscité l’engouement de centaines de spectateurs tunisois qui ont patienté plusieurs heures pour voir un film qui a fait couler beaucoup d’encre. Le réalisateur s’est d’ailleurs félicité de l’engouement du public tunisien pour son film qui traite du phénomène de la prostitution au Maroc. \"Je remercie le public de Tunis pour ce beau cadeau (…), c’est un bonheur profond d’avoir été sélectionné ici. (…) Pour la première fois, un public arabophone comprenait les dialogues en arabe et n’avait pas le même type de réactions que les autres publics\", a-t-il déclaré à l\'AFP à l\'issue de cette première projection. Projeté pour la première fois dans un pays arabe, il était programmé jeudi 26 novembre au cinéma Colisée dont la sécurité avait été renforcée après l’attentat suicide survenu non loin de là, le mardi précédent. Figurant dans la sélection officielle des 26e journées cinématographiques de Carthage qui ont lieu du 21 au 28 novembre, il est en compétition avec 17 films pour remporter le Tanit d\'or qui récompense le cinéma afro-arabe que les JCC mettent en valeur. Pour ceux qui ont échappé à la polémique, Much loved qui suit le parcours de quatre prostituées de Marrakech a été récompensé au festival du film francophone d\'Angoulême. Ce long-métrage a été interdit de diffusion au Maroc pour \"outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et atteinte flagrante à l\'image du royaume\". Nabil Ayouch a déclaré à l\'AFP, avoir \"encore de l’espoir qu’il soit finalement autorisé au Maroc: la situation est bloquée (…) mais j’ai envie de croire que des choses sont encore possibles\". Si son inclusion dans la programmation reste un geste fort des organisateurs de ce grand festival, il n’est pas dit que la société marocaine soit prête à l’accueillir dans ses salles de cinéma. La question se pose de savoir si les nombreux jeunes tunisiens se pressant aux portes du cinéma Colisée étaient présents par intérêt cinéphile ou plutôt en quête d’émoustillement. Le 27 Novembre 2015 SOURCE WEB Par Médias 24 Tags : journées cinématographiques de Carthage– Zin Li Fik– Much Loved– centaines de spectateurs tunisois– phénomène de la prostitution au Maroc– Pour la première fois, un public arabophone comprenait les dialogues en arabe– Figurant dans la sélection officielle des 26e journées cinématographiques de Carthage- suit le parcours de quatre prostituées– interdit de diffusion au Maroc– espoir qu’il soit finalement autorisé au Maroc- savoir si les nombreux jeunes tunisiens-