LE KITESURF AU SERVICE DU TOURISME À DAKHLA CAPITALISER SUR LE RUSH DE CE SPORT POUR RENFORCER LA NOTORIÉTÉ DE LA DESTINATION

LE KITESURF AU SERVICE DU TOURISME À DAKHLA  CAPITALISER SUR LE RUSH DE CE SPORT POUR RENFORCER LA NOTORIÉTÉ DE LA DESTINATION



DES PACKAGES ATTRACTIFS POUR RENFORCER LE TOURISME INTERNE AUGMENTATION DE LA CAPACITÉ D’ACCUEIL DE LA VILLE DE 800 À 4.000 LITS Le Maroc veut capitaliser sur la dynamique du Kitesurf pour renforcer la notoriété de la destination de Dakhla. D’ailleurs, Lahcen Haddad a appelé les riders étrangers à communiquer autour des potentialités de cette région Après une semaine de compétition, le championnat international de kitesurf, organisé à Dakhla du 17 au 23 mars, a pris fin dimanche dernier. La cérémonie de clôture et de remise des prix a connu la présence de Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, de Karim Akkari, secrétaire général du département de la Jeunesse et des sports, ainsi que le wali de la région et les différents représentants des autorités locales et des assemblées élues. Car, le Maroc veut capitaliser sur ce genre d’événements pour renforcer la dynamique de certaines villes comme Dakhla. D’ailleurs, Haddad s’est adressé directement aux riders participant à ce tournoi, leurs demandant de parler autour d’eux des potentialités dont regorge cette région. Conscient de l’impact de la communication orale, le ministre a souligné que «ces athlètes peuvent participer à l’effort de promotion de Dakhla, en partageant ce qu’ils ont vécu durant cette semaine sur Facebook ou Tweeter». L’idée est de conforter la notoriété de la ville en tant que capitale mondiale du kitesurf. D’ailleurs, outre le Centre national de kitesurf dont les travaux seront lancés dans quelques semaines (cf.www.leconomiste.com), Haddad a fait savoir que des discussions sont en cours avec l’Agence du développement du Sud pour créer un institut de formation aux métiers du sport et du tourisme. Ainsi, toute une dynamique est lancée autour du développement de cette discipline nautique. Le département de la Jeunesse et des sports envisage également de mettre en place un championnat national, permettant aux riders marocains de se confronter entre eux, pour être plus en forme lors des compétitions internationales. Surtout que certains d’entre eux ont réalisé de belles prestations durant cette 5e édition, de ce tournoi international, organisé par le Professional Kitesurf riders association et l'association Lagon Dakhla pour le kitesurf et les sports de glisse, et la Fédération royale marocaine de yachting à voile. Globalement, le rush constaté autour de ces sports de glisse a consolidé la vocation touristique de Dakhla. Néanmoins, le gouvernement veut aller au-delà de ces événements ponctuels, pour inscrire la ville dans une dynamique touristique durable. Cela concerne, entre autres, la relance du tourisme interne dans les provinces du Sud. Surtout qu’auparavant, «beaucoup de Marocains visitaient Dakhla, en profitant des différentes offres de promotion mises en place», comme l’a rappelé Haddad. Aujourd’hui, «nous voulons réinscrire la ville dans cette perspective, notamment à travers la mise en place de packages touristiques intéressants au profit des Marocains», a-t-il ajouté. Pour lui, cela nécessite l’implication des agences de voyages et de la RAM. D’ailleurs, le renforcement de la liaison aérienne et la baisse des tarifs des vols de la RAM sont également au programme. Surtout que la convention liant l’Etat à la compagnie aérienne nationale, qui avait permis une baisse des prix sur les vols liant Casablanca à Dakhla, prendra fin cette année. Le ministre du Tourisme a indiqué que «les négociations sont en cours avec la RAM pour maintenir les prix à ce niveau». Cependant, cette dynamique peut être à double tranchant, face à la faiblesse de l’offre hôtelière. Lahcen Haddad a reconnu que son département «peut lancer des campagnes de promotion pour cette ville. Mais il faut d’abord renforcer la capacité d’accueil de Dakhla». En effet, le département du Tourisme veut passer des 800 lits actuels à près de 4.000 lits. Certains projets sont déjà prévus. Mais ceux-ci seront inscrits dans une logique de tourisme durable. C’est le cas d’un resort du désert, qui sera réalisé dans le respect des normes écologiques. Outre ce projet d’envergure, d’autres unités hôtelières seront réalisées à Dakhla, lui permettant, à terme, d’être en mesure d’accueillir les touristes marocains et étrangers, a fait savoir le ministre. Podium Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, a présidé la cérémonie de remise des prix des deux compétitions que compte ce tournoi international, l’une des étapes de la coupe du monde du kitesurf. Ainsi, pour le challenge du freestyle, c’est le Néozélandais Mark Jacobs qui a remporté la première place chez les hommes, et l’Espagnole Gisela Pulido qui a raflé la mise chez les femmes. Pour la compétition des vagues, la première place est revenue à l’Australien Keahi de Aboitiz dans la catégorie hommes, et à l’Américaine Moona Whyte dans celle des femmes. SOURCE WEB Par M. A. M. L’Economiste Tags : Kitesurf- notoriété de la destination de Dakhla- potentialités de cette région- Lahcen Haddad, ministre du Tourisme- ces athlètes peuvent participer à l’effort de promotion de Dakhla- Centre national de kitesurf- institut de formation aux métiers du sport et du tourisme- Globalement, le rush constaté autour de ces sports de glisse a consolidé la vocation touristique de Dakhla- Le ministre du Tourisme a indiqué que «les négociations sont en cours avec la RAM pour maintenir les prix à ce niveau- le département du Tourisme veut passer des 800 lits actuels à près de 4.000 lits.- freestyle -Néozélandais Mark Jacobs- l’Espagnole Gisela Pulido- compétition des vagues- l’Australien Keahi de Aboitiz- l’Américaine Moona Whyte-