Plan d’urgence de Jerada: les mineurs très sceptiques

Plan d’urgence de Jerada: les mineurs très sceptiques

Alors que la tension se maintient dans les rues de Jerada, les mineurs contactés par nos soins rejettent la quasi-totalité des mesures d’urgence, annoncées en réponse aux revendications socioéconomiques de la population. Des mesures qui interviennent à quelques jours d’une nouvelle grève générale, annoncée pour vendredi avec pour objectif de maintenir la mobilisation.

Selon une source autorisée jointe par Médias 24, l’ONEE a bien négocié un accord avec des représentants de mineurs de Jerada, début janvier.

Dans le détail, cet accord porte sur la création d’une société qui réunira les mineurs de la région. L’objectif étant de leur assurer – outre de meilleures conditions de travail, de pouvoir écouler leur charbon directement auprès de l’ONEE, à un prix garanti supérieur au tarif actuel, fixé par les ‘’barons du charbon’’. Une concession en bonne et due forme pour exploiter le charbon leur sera également octroyée. Selon la même source, cette société a déjà été créée.

Contactés par nos soins, plusieurs mineurs ont réfuté l’idée même de cet accord, et ce pour plusieurs raisons:

- Selon leur version des faits, les quelques dizaines de personnes présentes à cette réunion n’étaient pas habilitées à négocier cet accord. Ils leur dénient même le statut de ‘mineur’, ces personnes étant plutôt des ouvriers saisonniers, ne travaillant dans les descenderies que de manière épisodique.

En outre, cette réunion avec des personnes non représentatives de leurs corporation a été perçue par les mineurs comme une tentative de diviser leurs rangs.

- Les mineurs rejettent l’idée de se structurer en société afin de commercialiser leur charbon. Ils réclament au contraire une alternative afin justement de ne plus avoir à travailler dans les descenderies.

- Au sujet de la fermeture des descenderies, les mineurs ne seront d’accord qu’à condition de percevoir des indemnités, au titre de la dégradation de leur état de santé, des décès survenus, mais aussi des ‘investissements’ qu’ils ont consentis. Selon certains d’entre eux, pas moins de 160.000 DH sont nécessaires pour creuser une descenderie.

- Les mineurs réclament également l’ouverture d’une enquête sur les ‘’barons du charbon’’, et leur collusion présumée avec les autorités.

- Les jeunes de Jerada contactés par Médias 24 s’opposent à l’idée de travailler dans les pôles industriels de Kénitra et Tanger, comme proposé par le wali. Ils réclament des investissements et des emplois locaux, pour être en mesure de participer au développement de leur province.

- Malgré l’annonce de mesures d’urgence par le wali de la région, les manifestants appellent à une grève générale ce vendredi 19 janvier, au niveau de l’ensemble de la province de Jerada. Le samedi 20 janvier verra aussi l’organisation d’une manifestation simultanée à l’échelle de la province.

Le 16 Janvier 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Nouvelle manifestation à Jerada

Nouvelle manifestation à Jerada

Des milliers de personnes étaient de nouveau rassemblées mercredi à Jerada, dans le nord-est du Maroc, pour exiger "travail et développement", quelques jour...

Après Al Hoceima, Jerada?

Après Al Hoceima, Jerada?

La question ressemble peut-être à une provocation, mais il est inutile de faire semblant. Cette question, tous les Marocains se la posent. Ils retiennent leur...