Les pays africains veulent aller au-delà de l'exploitation brute des mines pour créer de la valeur ajoutée Cinquième Salon international des mines et carrières

Les pays africains veulent aller au-delà de l'exploitation brute des mines pour créer de la valeur ajoutée Cinquième Salon international des mines et carrières

Les pays africains veulent aller, aujourd’hui, au-delà de l’exploitation brute des mines pour créer de la valeur ajoutée, a affirmé le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, qui donnait, mardi à Casablanca, le coup d’envoi de la 5ème édition du Salon international des mines et carrières (SIMC 2018).

Les pays africains ont adopté depuis quelques années des codes miniers, ce qui a insufflé une nouvelle dynamique au secteur, a-t-il déclaré à la MAP à l'issue d'une visite des différents pavillons du Salon, appelant à faire bénéficier les communautés locales de l’exploitation des mines tout en œuvrant pour favoriser un développement durable des pays africains.

"Il est nécessaire de faire bénéficier les populations locales de l’exploitation des mines afin de favoriser le développement socio-économique durable à travers la création de l’emploi et la préservation de l’environnement", a-t-il dit.

Selon M. Rabbah, le Salon a connu au fil des ans «une évolution positive» en terme de présentation des progrès dans le domaine minier à l’échelle nationale et africaine. "Il ne s’agit pas de présenter lors de ce Salon seulement des engins, des services et des sociétés, mais il est question également de soulever un vrai débat autour du développement du secteur minier et du climat des affaires qui évolue très positivement en faveur des investissements", a-t-il fait observer.

L’ouverture du Salon a été l’occasion pour présenter les avancées réalisées dans les domaines des mines et de la géologie au Maroc, ainsi que les programmes et les nouvelles réformes mises en place par le ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable, notamment le nouveau code minier.

Initié par la revue marocaine Energie/mines & carrières sous le thème "Défis du développement des mines et Afrique", le SIMC s’inscrit désormais comme « un rendez-vous incontournable » pour faire le bilan de l’évolution du secteur minier, ses potentialités et le schéma de son développement futur.

Ainsi, cette 5ème édition, organisée sous l’égide du département de l’Energie, des Mines et du Développement durable, se focalisera sur les thématiques des défis de développement des mines en Afrique, à savoir le financement, la certification des études, les opportunités et débouchés, les innovations et les nouveaux procédés.

Elle connaît la participation de plusieurs délégations ministérielles africaines, principalement des ministres des Mines, ainsi que des professionnels et experts du secteur des mines, et près d’une centaine d’exposants d’Europe et d’Asie.

Le SIMC abordera, durant trois jours, divers sujets tels que nouvelles stratégies de développement du secteur des mines en Afrique la modernisation de la réglementation pour accompagner les évolutions du marché, le développement économique et social des zones d’activités minières, le rôle et les statuts des coopératives minières, le traitement des déchets, la gestion de la phase après exploitation et la réhabilitation des sites.

Une soixantaine de sociétés spécialisées dans les fournitures d'équipement et de matériels pour les mines et carrières et l'industrie en général, participent à cette édition qui sera marquée, entre autres, par la présentation d’une étude élaborée par le Centre africain de développement minier relevant de l’ONU pour donner une vision globale du secteur minier en Afrique.

Le 19 Avril 2018

Source Web : Libération

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Géo Ingénierie et Mines – GIM

Géo Ingénierie et Mines – GIM

objectifs de la formation L’industrie des ressources minérales est une des industries les plus importantes dans notre pays. Les géologues et les ingénie...