Au nom du boycott, la vérité étouffée par les « fake news »

Au nom du boycott, la vérité étouffée par les « fake news »

Notre reportage-enquête sur Sidi Ali, d’abord publié en langue française a été très bien reçu par nos abonnés. Sa traduction en arabe sur cinq volets et ouvert à tous, a drainé un flot de commentaires sur les réseaux sociaux dont certains nous accusant d’avoir vendu notre âme au grand capital. Pourquoi dire une vérité qui contredit la vox populi est à ce point clivant ?

Légitime, créative, insaisissable, populaire, la campagne de boycott qui a émergé d’Internet pour alerter nos gouvernants et nos élites économiques sur la cherté des prix et de la dure condition de vie de la majorité des Marocains, a atteint son objectif fondamental qui est d’imposer cette réalité au débat citoyen, souvent escamoté par des institutions absentes.

C’est un acquis formidable que d’avoir ce moyen de pression qui échappe à la réplique sécuritaire systématique de la libre parole, de l’action de la société civile, de l’exercice de la politique, du rôle des corps intermédiaires et du contre-pouvoir de la presse.

Fidèles à notre façon d’appréhender ce genre de sujets de l’heure, nous n’avons pas voulu céder, comme d’autres, à la facilité de surfer sur la vague confortable de la vindicte des marques, sans enquêter dans le détail et selon les canons de la profession.

Si notre choix s’est porté très tôt sur Sidi Ali (15 jours avant la publication de notre enquête), la seule raison évidente en était que cette marque, ancrée dans l’imaginaire marocain, représente un secteur bien méconnu, au moment où d’autres confrères s’intéressaient quant à eux à la problématique des prix du carburant ou à celle de la filière laitière.

Notre enquête, d’abord parue d’un seul tenant en langue française et en exclusivité pour nos abonnés sur lesquels repose l’essentiel de notre modèle économique, a été suivie par une traduction en langue arabe, cette fois-ci ouverte à l’ensemble des lecteurs. Pour des raisons de longueur de texte, nous l’avons découpée en cinq parties, celles-là mêmes qui constituaient la charpente de la version française.

Premier constat : aucune des informations qui ont été relayées massivement sur les réseaux sociaux, puis par certains organes de presse pour justifier le boycott de la marque ne s’est révélée exacte.

Pour arriver à cette conclusion, nous nous sommes d’abord documentés sur l’entreprise, son environnement, les spécificités de son secteur. Nous avons ensuite analysé tous les griefs opposés à Sidi Ali, sur ses prix pratiqués, sur la qualité de son eau, sur la politique sociale des Eaux minérales d’Oulmès, sur la situation de la région où son usine est implantée. Enfin, nous avons requis de l’entreprise de nous ouvrir ses portes et de répondre à nos questions sans retenue ou langue de bois.

Résultat, il s’est avéré que le boycott de Sidi Ali, aussi compréhensible soit-il à l’origine, la marque étant considérée comme un symbole puisque leader de son marché, ne pouvait en aucun cas être justifié par des informations fallacieuses prises comme vérité absolue, alors qu’elles ne résistent pas à l’épreuve des faits.

Que dit la pratique journalistique dans ce cas ? Ne fallait-il pas rapporter la vérité constatée lors de cette « enquête à la source » ? Fallait-il plutôt céder aux sirènes du populisme ambiant qui accable un produit par des fantasmes et qui au fond dénature même la logique du boycott censé être motivé par la seule recherche de l’équité et de la justice sociale ? Certains commentateurs nous ont même reproché d’être allé au contact des dirigeants de la société, comme si les interroger, recueillir et confronter leurs dires en toute indépendance, était en soi se vendre au grand capital contre l’intérêt du peuple. N’est-ce pas là une obligation de la presse qui enquête d’écouter toutes les parties pour en tirer les conclusions qui s’imposent ?

Reprenons les principales « informations » une à une. L’eau de Sidi Ali est-elle trop chère dans l’absolu pour le commun des Marocains ? La réponse est oui, en considération du niveau de vie général. S’arrêter à cette conclusion n’est évidemment pas suffisant. Il faut savoir si ce prix découle de marges indécentes pratiquées par son producteur. Là, la réponse est non, compte tenu des charges exorbitantes subies, de production, de logistique etc. et surtout aux taxes qui grèvent considérablement son coût de revient. Nous l’avons détaillé dans notre enquête.

Pourtant cette réalité affirmée par l’entreprise par son communiqué, puis corroborée par notre enquête, est demeurée inaudible pour la simple raison que d’autres assertions aussi folles les unes que les autres sont venues en parallèle polluer le débat le faisant dériver vers des procès d’intention inimaginables.

Pour certains, mettre en évidence les raisons constitutives de la formation des prix, exogènes au bon vouloir de l’entreprise, sont comprises comme une forme de collusion avec celle-ci. En clair, une enquête qui aboutit à dire que l’entreprise dit la vérité est forcément un travail de commande.

Sidi Ali est-elle une eau trafiquée et que sa source originelle est asséchée ? Faux. Contrairement aux rumeurs les plus insensées, cette eau minérale naturelle connaît un cycle de remontée de 25 ans qui n’a jamais été interrompu. Il est à ce titre regrettable de constater que certains médias comme AlYaoum24 aient entretenu la confusion dans leurs reportages sensationnalistes entre cette eau captée en profondeur de manière hermétique avec des torrents environnants qui affleurent sur le sol.

L’usine de Tarmilate est-elle la cause des pénuries d’eau dans les localités avoisinantes ? Faux. L’eau de Sidi Ali n’a rien à voir avec celle pompée par l’ONEE loin du site et servant à l’adduction en eau potable des populations locales ou à l’irrigation de l’agriculture et qui connaît des ruptures saisonnières d’approvisionnement pour des causes techniques relatives à un déficit d’investissement public. Bien entendu, l’ONEE s’est bien gardé d’en faire état publiquement.

Sidi Ali est-elle commercialisée à l’étranger à des prix en deçà de ceux pratiqués au Maroc ? Faux. Les vidéos qui circulent sur Internet concernent une eau régionale française, Cristalline n’ayant aucune des propriétés minérales de Sidi Ali. Nos confrères de Yabiladi l’ont d’ailleurs démontré.

Les eaux similaires à Sidi Ali vendues en Europe sont-elles moins chères ? Faux. Ce qui a été présenté sur les réseaux sociaux est de l’eau de table ou de source à ne pas confondre avec une eau minérale naturelle dont la captation, le traitement, la mise en bouteille et la distribution se font dans des conditions très différentes. Nous en avons fait le comparatif dans notre enquête.

L’usine de Tarmilate est-elle la cause de la situation sociale préoccupante des habitants du village éponyme et de la commune de Oulmès ? Faux. L’usine verse 100 millions de dirhams par an à la commune au titre des taxes locales et près de 50 millions à l’Etat au titre de la redevance d’exploitation de la source, sans compter le millefeuille de taxes dont nous avons fait cas dans notre article.

Si en plus, l’entreprise participe par des projets sociaux en direct au profit de la communauté (transport, éducation, coopératives etc.), le ministère de l’Intérieur ne lui confère pas le droit de s’immiscer dans l’affectation budgétaire de cette manne. D’ailleurs la commune a accès en sus et entre autres aux crédits du Fonds d’équipement communal (FEC), à l’enveloppe de l’INDH et à des ressources de l’exploitation forestière. La vraie question posée par notre enquête et à laquelle les autorités locales sont restées évasives demeure celle de la gouvernance locale. Quant à l’emploi, 52 % des effectifs de l’usine sont de la région. Un taux honorable difficilement dépassable tant le niveau de compétence des candidats locaux n’atteint malheureusement pas les prérequis d’une industrie qui s’est considérablement sophistiquée au fil des ans. Encore une fois, la question doit être en priorité posée à l’Etat dont on connaît les errances de ses politiques publiques en matière d’éducation, de formation professionnelle, mais aussi de santé et de soutien social. A ce titre, et nous le relevons aussi dans notre article, c’est toute la régionalisation en panne qui est à pointer du doigt pour le cas d’Oulmès, mais aussi pour toutes les régions enclavées du Maroc.

Dire toutes ces vérités et bien s’autres après une enquête minutieuse sur le terrain n’aura pas suffi à dissiper la suspicion sur l’entreprise et son produit, mais aussi sur le média qui les a rapportées. Pourquoi donc ?

Nous y répondons en partie dans notre enquête. Les politiques mutiques sur la réalité du cas Sidi Ali, mais prompts à insulter les tenants du boycott traités d’étourdis ou prêts à alimenter les « fake news » comme l’a fait la secrétaire générale du PSU, Nabila Mounib, qui dans une déclaration à l’emporte-pièce, à mis en doute sans le début du commencement de la moindre preuve, jusqu’à la qualité du plastique des bouteilles de Sidi Ali, est au cœur de la problématique.

Ces petites phrases assassines débitées sans responsabilité, ces articles de presse, comme celui de Lakome2 qui accuse par des fadaises les Eaux minérales d’Oulmès d’avoir pillé les ressources hydriques de la région, contribuent à la spirale sans fin des contre-vérités.

Oui, notre enquête conclut que Sidi Ali est la victime expiatoire de ce boycott. Tant pis pour les esprits chagrins qui sur les réseaux sociaux sont venus nous accuser d’avoir mangé à la gamelle de l’entreprise pour réaliser notre reportage.

En allant à Tarmilate, nous n’avions pas de préjugés sur l’orientation que devrait prendre notre enquête. Elle ne plait pas à certains parce qu’elle n’alimente pas la furie incessante des fausses informations. A ceux-là, nous disons tout simplement qu’ils ne servent pas l’esprit du boycott en niant obstinément la réalité des faits.

Cette chasse aux sorcières au nom d’un idéal dévoyé est inquiétante à plus d’un titre. Elle démontre que la marginalisation de la presse de qualité, notamment par l’Etat, celle qui s’attache aux vérités constatées et qui n’est pas motivée par l’idéologie de masse, a ouvert la boite de Pandore du « fake news », dont nombre d’internautes ne réalisent pas encore l’effet aussi dévastateur que nocif sur notre cohésion sociale lorsqu’ils likent et partagent les affabulations de toutes sortes.Un ami journaliste à qui j’avais dévoilé les résultats de notre reportage m’a conseillé de ne pas le publier, non pas parce qu’il n’était pas solide, mais parce qu’il était à contre-courant de la vox populi. Cette terrible anecdote montre à quel point les médias sont sous pression et qu’ils versent en majorité dans la cohue par conformisme, par mimétisme des réseaux sociaux, par la recherche éperdue du clic qui fait du lecteur la marchandise monnayée ensuite aux publicitaires, par la pensée unique, ou tout simplement, dans bien des cas, par incompétence. Et c’est ainsi que toute l’opinion publique est prise en otage.

C’est pourquoi, nous avons décidé de relater au détail près et « à la source », la vérité sur Sidi Ali, par respect à notre profession et à nos lecteurs qui sauront séparer le bon grain de l’ivraie, quoi qu’il nous en coûte de la part des faiseurs de « fake news » ou des incrédules qui les véhiculent avec ou sans préméditation.

Le 22 Avril 2018

Source Web : Le Desk

Les tags en relation

 

Les articles en relation