Guelmin-Oued Noun étoffe sa capacité litière : La région se distingue par ses nombreux atouts touristiques

Guelmin-Oued Noun étoffe sa capacité litière : La région se distingue par ses nombreux atouts touristiques

La capacité litière de Guelmim-Oued Noun est en effet limitée à 1.723 lits classés d’après la délégation du tourisme. Par province, Guelmim offre 888 lits, Tan-Tan 454, Sidi Ifni 361 et Assa Zag 20. La province de Guelmim offre à elle seule la moitié de capacités litières de la région, notamment au niveau des hôtels de 3 étoiles.

La région se distingue par sa diversité culturelle et naturelle, ainsi que par ses nombreux atouts susceptibles d’augmenter sa capacité attractive en matière de tourisme. En effet, l’étendue du littoral sur des centaines de kilomètres offre des plages de qualité, un milieu favorable au développement du tourisme balnéaire. Le caractère désertique de la région favorise également le tourisme d’aventure et les sports mécaniques.

Ainsi la région dispose d’une côte littorale vierge sur l’océan Atlantique s’étendant sur environ 180 km dans les provinces de Guelmim et Tan-Tan. La Plage Blanche et Oued Chbika en sont deux exemples par excellence. D’autres sites regorgent de potentialités touristiques, à savoir les embouchures d’Oued Drâa, Oued Oum Fatma et Loued Elouaâer dans la province de Tan-Tan.

La région abrite deux sources thermales: Aïn Lalla Mellouka et Abainou. L’eau de cette dernière a des effets curatifs en ce qui concerne le traitement des maladies dermiques et rhumatismales.

Les données géographiques de la région (déserts, vallées, grotte) sont encore peu connues et constituent par conséquent un patrimoine attractif qui valorise l’offre touristique de la région.

Les traditions artistiques, culinaires, vestimentaires et linguistiques donnent un cachet d’authenticité à la région. L’artisanat, quant à lui, symbolise cette diversité culturelle.

Avec ces particularités, la région constitue un point de rencontre entre la mer et le désert. En outre, la région jouit d’une richesse paysagère qui consiste en une multitude d’oasis (oasis de Lemsid en est la principale), de sebkhas (Tah, Tazgha…). La région recèle également d’une biodiversité riche.

Rappelons qu’une convention de partenariat chapeautée par le Conseil régional a été adoptée en 2017 portant sur le développement de l’écotourisme dans certaines communes rurales relevant des provinces de la région.

Dotée d’une enveloppe budgétaire d’environ 124 millions de dirhams, cette convention porte sur la réalisation de circuits touristiques, la promotion des produits du terroir, l’aménagement et l’équipement de zones touristiques et le soutien des festivals dans la région.

Publier le 30 mai 2018                  

Source web par : Aujourd’hui le Maroc

Les tags en relation

 

Les articles en relation