Éducation nationale : Said Amzazi met les bouchées doubles pour la rentrée 2018-2019

Éducation nationale : Said Amzazi met les bouchées doubles pour la rentrée 2018-2019

Le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi veut faire de cette rentrée 2018-2019 un exemple et l'opportunité d'envoyer des messages forts, signes que les directives royales ont bel et bien été entendues et seront exécutées dans les plus brefs délais.

Pour Said Amzazi, les vacances sont bel et bien finies ! A quelques jours des rentrées scolaire, professionnelle et universitaire 2018-2019, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique entend frapper un grand coup et inscrire cette date fatidique dans le cadre des réformes insufflées par les récentes directives royales.

Des signaux forts                                             

A l'occasion d'une rencontre de coordination des différentes rentrées, - tenue en présence du secrétaire d’État chargé de la Formation professionnelle et du secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur, en plus des responsables nationaux, centraux et régionaux des différents départements et établissements relevant du ministère - Said Amzazi n'a pas ménagé ses efforts et a insisté sur la « nécessité d'une mobilisation collective » pour «émettre des signaux forts». Objectif : mettre en exergue l'application des directives royales contenues dans les discours du 29 juillet et 20 août et en accélérer la cadence d'exécution. Pour se faire, le ministre a mis un accent particulier sur le  renforcement des programmes d'appui et de protection sociale et à l'adaptation de la formation à l'emploi tout en ciblant les points stratégiques de cette vision.

Said Amzazi précise en effet que la mise en œuvre du projet de loi-cadre, récemment approuvé par le Conseil des ministres, passe dans un premier temps par la définition et l'élaboration d'un programme  d'actions détaillé au niveau de chaque département, conformément à la vision stratégique de réforme du système d'éducation et de formation. Une série d'actions à caractère urgent qui passent par une « approche participative et intégrée ».

Responsabilité et reddition de compte

Il faudrait ensuite implémenter ces programmes sur la base de la bonne gouvernance, la gestion axée sur les résultats, l’efficacité et la présence sur le terrain, tout en établissant le bilan régulièrement à travers des échéances périodiques de suivi et d'évaluation et en insistant sur «l'application stricte du principe de corrélation entre la responsabilité et la reddition de compte», poursuit le ministre, relayé par la MAP. Son département n'est pas épargné : il est en effet appelé à veiller scrupuleusement « au démarrage effectif de l’année scolaire à la date officielle et à assurer l’ouverture des internats à temps et le renforcement des services de soutien social ».

Dans cet esprit de responsabilité, le ministre a également insisté sur les rôles concrets des responsables pédagogiques, dont l'une des missions consiste à veiller à la révision des manuels scolaires pour les première et deuxième années du primaire, à s'engager dans la mise en œuvre du programme de généralisation de l’enseignement préscolaire et à «activer le statut des cadres des académies régionales de l’éducation et de la formation et d'imposer la discipline».

L’enseignement supérieur n'est pas en reste dans cette vaste opération de dépoussiérage. Le ministre a en effet insisté sur « le respect du calendrier universitaire, notamment le démarrage des études, les prestations sociales et les activités para-universitaires, ainsi que sur la poursuite de la mise à niveau des établissements universitaires et la bonne organisation des journées nationales pédagogiques, prévues les 2 et 3 octobre prochain ».

Ambitions vs terrain

Côté formation professionnelle, le département de Said Amzazi vise dans un premier temps le renforcement de l'attractivité, la promotion des actions sociales, notamment les bourses et les internats et l'engagement d’une réflexion sur une carte de formation à même de développer les filières prometteuses, affirme le ministre. Plaidant par ailleurs pour la nécessité de « parachever dans les meilleurs délais la révision du système d'orientation professionnelle », il invite également à une participation efficiente à l'organisation de la rencontre nationale sur l'emploi et la formation, prônée par le roi Mohammed VI.

Si les directives royales ne laissaient que peu de place à interprétation et appelaient à des actions réelles et concrètes, elles semblent avoir été attentivement entendues. Selon le communiqué, le ministre a tenu plusieurs réunions avec les responsables de chaque département, consacrées à la présentation des démarches à suivre pour la mise en œuvre des orientations royales pertinentes. La réalité du terrain aura-t-elle néanmoins raison des ambitions du département d'Amzazi ? Les prochains jours seront cruciaux, à n'en pas douter...

Le 29 août 2018

Source web par : lesinfos

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Maitre Gims remercie notre Roi

Maitre Gims remercie notre Roi

Plus qu’une simple prestation artistique, Maitre Gims a livré un message politique hier soir à la scène de l’OLM de Rabat. En arborant le drapeau du Maro...