Solaire : le projet Noor Atlas de l'ONEE entre enfin dans la phase de pré-sélection des candidats

Solaire : le projet Noor Atlas de l'ONEE entre enfin dans la phase de pré-sélection des candidats

L’ONEE a entamé le processus de pré-qualification des candidats pour la réalisation, l’exploitation et la maintenance des 7 centrales solaires photovoltaïques du projet Noor Atlas. Les entreprises ou groupements retenus devront soumissionner à l’appel d’offres que lancera l’Office. Ils auront un an pour livrer les 3 premières centrales.

Le projet Noor Atlas accuse du retard, comme les autres projets du programme solaire photovoltaïque (PSP) de l'ONEE. Les sept centrales solaires photovoltaïques qui le composent devaient être mises en service fin 2017 selon le calendrier initial de l’Office. Ce dernier vient à peine de lancer le processus de pré-qualification des candidats pour la réalisation, l’exploitation et la maintenance des centrales.

Notons que le financement du projet dont le coût est estimé à 300 millions d’euros a été bouclé en 2018 (prêts de la BEI et de la KfW en plus d’une contribution de la Commission européenne). Les études de pré-qualification des sites devant accueillir les 7 centrales ont, elles, été réalisées en 2014 (topo, géo, sismiques et impact environnemental et social).

Le dossier de pré-qualification des candidats a été publié par l’ONEE il y a un mois (le 9 janvier 2019). Les entreprises ou groupements ont jusqu’au 12 mars pour présenter leurs dossiers. Ceux qui seront retenus devront présenter des offres de type « clés en main » pour réaliser le projet avec contrat opération & maintenance (pour une durée de 5 ans). Le ou les candidats qui remporteront le marché auront 12 mois pour livrer les 3 premières centrales photovoltaïques, à compter de la date de d’établissement de l’ordre de service. La livraison des 4 autres devra intervenir au maximum 6 mois plus tard.

Si tout se passe bien (aucun retard dans le lancement de l’appel d’offres ou la réalisation des travaux), les premières centrales de ce projet pourraient voir le jour en 2020.

Le projet Noor Atlas aura une puissance installée de 200 MW pour une production annuelle moyenne estimée à 320 GWh. Il permettra d’éviter la production de plus de 200.000 tonnes de CO2 par an.

Les sept centrales photovoltaïques seront installées à Ain Beni Mathar, Bouanane, Boudnib, Boulmane (Enjil) et Outat El Haj (lot 1), ainsi qu’ Tata et Tan-Tan (lot 2). Chacune aura une puissance installée estimée à 36 MW (sauf celle de Bouanane qui aura une capacité de 24 MW) et sera construite sur un foncier de 100 à 200 hectares.

Le projet fait partie du programme solaire photovoltaïque (PSP) de plus de 500 MW de l’ONEE qui vise la sécurisation de l’approvisionnement du pays en électricité et l’amélioration de la qualité de service pour les régions situées en bout de ligne qui connaissent des interruptions d'alimentation en électricité (régions alimentées par des lignes 60 kV en antenne et situées à des distances lointaines des postes de transformation).

Ce programme comporte trois projets :

- Noor Tafilalet (120 MW), en cours de réalisation à Erfoud, Missour et Zagora pour un coût de 1,3 milliard de DH. Il devait être livré fin 2016.

- Noor Atlas (200 MW), dont le processus de pré-qualification des candidats vient d’être lancé.

- Noor Argana (200 à 250 MW) qui sera construit à Taliouine, Oualidia, Alnif, Boumalne, Imntanout et Rich (sites pré-identifiés) pour un coût estimé à 300 millions d’euros. Les études de pré-qualification des sites seront bientôt lancés. Le projet devait être livré fin 2017.

Ces projets solaires de l’ONEE, dont le pilotage sera transféré à MASEN, s’ajoutent aux autres projets portés par cette dernière, combinant diverses technologies (CSP, photovoltaïque…), en service ou en cours de réalisation à Ouarzazate, Midelt, Laayoune, Boujdour…

L’objectif est de produire 2.000 MW d’électricité à partir du solaire d’ici 2020 et 3.000 MW à l’horizon 2030. Avec l’éolien et l’hydraulique, l’objectif global est de porter la part de l’électricité produite à partir de sources renouvelables à 52% d’ici 2030.

Le 04 janvier 2019

Source web Par Médias 24

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Masen: Alerte sur l’endettement

Masen: Alerte sur l’endettement

Six ans après sa création, des résultats encore dans le rouge Noor 1 devrait faire rentrer les premiers dividendes cette année L’endettement frôle ...