La case de l’Oncle Dom : faillite de Wow, à quand une caisse de garantie des transporteurs ?

La case de l’Oncle Dom : faillite de Wow, à quand une caisse de garantie des transporteurs ?

Et ça continue... encore et encore et ce n'est pas que le début, d"accord... Après une liste que je ne mentionnerai même pas, tellement ça va mettre IATA en rogne, voilà maintenant Wow Air qui replie ses ailes, laissant au passage et une nouvelle fois, des centaines de passagers esseulés et plantés sur le tarmac !

Et comme d’habitude en pareil cas, le patron président, censé avoir quelques notions de gestions, fait porter le chapeau à cette hausse exubérante des tarifs du pétrole.

N’étant pas moi-même un grand gestionnaire, il me semble toutefois que cette « variable » pétrolifère pour une compagnie aérienne est quand même un élément de gestion à prendre en compte. Peut-être même à anticiper ? Mais moi, ce que j’en dis…

Bon, d’accord, Skulli (ben oui, c’est son prénom) Mogensen a écrit à ses employés, juste avant de fermer la porte et de laisser la clé au liquidateur.

Je cite : « Je ne me pardonnerai jamais de ne pas avoir agi plus tôt. WOW était un transporteur extraordinaire et on était bien positionné pour faire des choses extraordinaires à nouveau. »

Effectivement, alors que la compagnie accusait une perte d’environ 40 millions d’euros…

En attendant, ce sont quelques milliers de passagers qui sont bloqués, non seulement à Reykjavik, base de Wow Air, mais également à New York ou au Canada… et ailleurs.

Une fois de plus, il est peu probable que ces malheureux puissent recevoir une quelconque compensation financière de la part de la faillie.

Si j’en crois les bonnes gazettes de ce jour, la compagnie aurait « conseillé » à ses passagers de « se renseigner auprès d’autres compagnies » afin de les rapatrier à bon port ou encore de se tourner vers leur organisme de carte de crédit… Des fois que !

Et, bien évidemment, pour ceux qui étaient passés par une agence de voyage dans le cadre de l’achat d’un voyage à forfait, de se retourner vers leur vendeur.

Hélas pour ces agences, là, pas de parade : vous êtes responsables et faut vous débrouiller !

Je suppute quand même (ça c’est pour faire plaisir à mon pote Gallo) que les agences qui auraient conseillé Wow Air depuis quelques mois ont sacrément manqués de jugeotte…

D’ailleurs, vous devriez consulter plus souvent la rubrique de David, il a toujours de bons conseils.

Une fois de plus, ce sont encore les passagers qui vont trinquer, sans rire, parce que cette compagnie, pas plus que nombreuses de ses homologues « fragiles » n’était membre du BSP.

Et donc, comme le souligne le président de notre syndicat qu’on a à nous, Président Mas, « Il n’y a donc rien à faire, aucun recours possible »,

Alors, une nouvelle fois (que ça finit par être lassant), quand donc IATA qui pourrait enfin sortir de son arrogance et sa supériorité, va enfin fédérer ses compagnies membres et organisationner cette « caisse de garantie » que tous les professionnels et leurs clients réclament à cors et à cris ?

Et Bruxelles ? Que fait Bruxelles qui veut absolument protéger le consommateur de ces « méchants professionnels du voyage » mais qui laisse le champs absolument libre à des transporteurs fragiles ?

Le 28/03/2019

Source web Par Tourmag

gjb-contacte

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

100 ans d'aviation commerciale

100 ans d'aviation commerciale

Au moment où le transport aérien est tant décrié, c’est la mode et cela passera, il n’est pas inutile de remonter un peu le temps. Le premier vol d...