La CGEM apporte sa pierre à l’édifice

La CGEM apporte sa pierre à l’édifice

La CGEM n’a d’autres choix que de participer au processus de préparation en cours du Small Business Act. C’est même l’une de ses vieilles revendications pour l’amélioration de la compétitivité des TPME. Sa commission TPE-PME réunissait, le 23 avril à Casablanca, ses membres. À l’ordre du jour, la préparation de sa contribution à cet ambitieux projet qui devra être dévoilé avant la fin de l’année.

La CGEM prépare sa contribution au futur «Small Business Act» (SBA). Sa commission TPE-PME, GE-PME et auto-entrepreneuriat tenait, le 23 avril au siège de l’organisation patronale à Casablanca, un workshop dédié à la Co-construction du projet SBA. L’atelier avait pour objectif de mûrir les propositions et les recommandations de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour la conception et la mise en œuvre de ce dispositif très attendu par la communauté des affaires. À l’ouverture du workshop, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, a exhorté les membres de la commission à mener la réflexion pour mettre au point un projet pertinent qui prenne en compte les contraintes et les attentes des TPME. Pour Zakaria Fahim, président de la Commission, la TPME est un sujet important. D’ailleurs, rappelle-t-il, cette catégorie représente 90% des entreprises membres de la CGEM et pèse lourd dans le tissu économique du pays eu égard au nombre d’emplois créés et à la valeur ajoutée générée. Avant le démarrage du brainstorming, Siham El Mejjad, présidente de la sous-commission PME, a présenté un benchmark sur les expériences des pays développés en termes de Small Business Act dont les États-Unis, l’Europe et l’Asie. Chez l’Oncle Sam, par exemple, le SBA est une loi votée en 1953 et mise en pratique par la Small Business Administration, rattachée au Président du pays.

Rappelons que le gouvernement planche actuellement sur le SBA. Ce dernier devra être dévoilé avant la fin de l’année. Le projet comprendra un plan détaillant les nouvelles mesures de soutien et un cadre juridique spécifique régissant l’environnement des affaires des TPME. Le futur dispositif s’inscrit dans le chantier d’amélioration du climat des affaires. «Il s’agit d’une nouvelle approche qui permettra de renforcer le tissu des TPME et favoriser leur développement», déclarait Mohamed Benchaâboune, ministre de l’Économie et des finances, lors du deuxième Forum sur le partenariat public-privé (PPP), organisé par la Banque islamique de développement et les Finances, le 28 février dernier à Rabat.

Le futur SBA devra favoriser «un meilleur» accès aux fonds de garantie de la Caisse Centrale de Garantie (CCG) ainsi qu’un renforcement des fonds propres à travers les dettes subordonnées. L’argentier du Royaume affirmait lors du Forum TPE, organisé le 13 février dernier, que le gouvernement considère le développement de ces entités comme une priorité nationale et un élément phare des stratégies de développement du pays. L’approche adoptée à cet effet, soulignait Benchaâboun, repose sur deux axes, à savoir l’amélioration du climat des affaires et la mise en œuvre de politiques, de mesures incitatives et de programmes d’accompagnement en faveur des entreprises, spécifiquement les TPE, dans l’objectif d’améliorer leur compétitivité.

Le 23 avril 2019

Source web : le matin

amdgjb

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation