Royaume-Uni Le Brexit réduit à néant les investissements dans l’automobile britannique

Royaume-Uni Le Brexit réduit à néant les investissements dans l’automobile britannique

La production de voitures a chuté de 20% à 1,7 million au premier semestre. Ph. DR

Les investissements dans l’industrie automobile britannique se réduisent comme peau de chagrin en raison des craintes d’un Brexit sans accord qui promet d’avoir de lourdes répercussions sur un secteur très dépendant du continent.

Les derniers chiffres publiés mercredi par les professionnels du secteur de l’automobile au Royaume-Uni sont particulièrement préoccupants au moment où l’arrivée au pouvoir de Boris Johnson renforce la possibilité d’un divorce sans concession avec l’Union européenne (UE). Entre janvier et juin, les nouveaux investissements annoncés ont fondu à 98,2 millions d’euros, un effondrement de 70% par rapport à la même période de l’année précédente, selon l’Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT).

Selon la presse britannique, JLR, qui appartient à l’indien Tata Motors, va investir autour d’un milliard de livres dans ce projet, mais ces fonds n’ont pas été comptés par la SMMT pour le premier semestre, car ils ont été annoncés en juillet. Une annonce presque inespérée, note la SMMT, qui rappelle qu’il s’agit toutefois d’une exception. Selon elle, la grande majorité des constructeurs ont arrêté d’injecter de l’argent dans leurs usines au Royaume-Uni en raison des incertitudes actuelles.

La production de voitures a quant à elle chuté de 20% à 1,7 million au premier semestre. Le mois de juin est même le 13e mois consécutif de baisse. «Les chiffres d’aujourd’hui sont le résultat d’une instabilité mondiale aggravée par les craintes d’un no deal (Brexit sans accord, ndlr). Cette crainte entraîne une pause de l’investissement au moment où des centaines de millions de livres sont dépensées pour se préparer au Brexit», explique Mike Hawes, directeur général de la SMMT.

Les professionnels n’ont eu de cesse depuis de longs mois de mettre en garde contre les risques d’un divorce brutal avec l’UE qui pourrait coûter à l’industrie automobile 4,5 milliards de livres par an en droits de douane et remettrait en cause la fluidité des échanges avec le continent.

La SMMT s’est adressée au nouveau Premier ministre pour lui rappeler qu’un Brexit sans accord «n’est simplement pas possible».

Ce nouveau coup de semonce intervient après plusieurs annonces récentes de fermetures d’usines au Royaume-Uni, par le japonais Honda et l’américain Ford en particulier, qui ont eu un effet retentissant au Royaume-Uni, sur fond de ralentissement économique mondial et de désaffection pour le diesel.

Ce contexte défavorable rattrape même les constructeurs de voitures de luxe, pourtant moins dépendants de l’économie mondiale ou du flou entourant le Brexit. Une semaine après avoir abaissé ses objectifs pour 2019, Aston Martin a annoncé mercredi être tombé dans le rouge au premier semestre, ce qui envoyait son action au tapis avec une chute de plus de 12% à la Bourse de Londres.

Le 31 Juillet 2019

Source web Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Brexit : Londres rassure Rabat

Brexit : Londres rassure Rabat

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’aura "aucun impact sur les liens économiques avec le Maroc". C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur ...

Tourisme: L’effet COP se craquelle

Tourisme: L’effet COP se craquelle

Sauf l’euphorie des 15 jours, les marchés émetteurs toujours en berne Brexit, agendas électoraux et les affaires Lamjarred et Fikri rendent difficile un...