Agriculture: 14,7 milliards de DH pour le programme d’économie d’eau

Agriculture: 14,7 milliards de DH pour le programme d’économie d’eau

Le programme d’économie d’eau dans le domaine agricole bénéficiera à 160.000 personnes au niveau de l’approvisionnement en eau d’irrigation. Le budget prévu pour ce programme atteindra 14,7 milliards de DH, a indiqué lundi 13 janvier le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, lors de la signature de la convention-cadre pour la réalisation de ce programme devant le Roi.

Ce programme porte sur 4 composantes. 9,5 milliards de DH seront ainsi consacrés à la poursuite du Plan national d’économie d’eau en irrigation, l’objectif étant la conversion des systèmes d’irrigation traditionnels en systèmes goutte à goutte. Depuis le lancement du Plan Maroc Vert (PMV), les superficies équipées en système goutte à goutte ont atteint 585.000 ha, "avec un impact nettement positif pour plus de 100.000 agriculteurs". L’objectif est d’augmenter les superficies équipées en goutte-à-goutte à près de 940.000 ha au niveau national à l’horizon 2027. Ce qui permettra d’économie plus de 2,5 milliards m3 par an, soit deux fois la capacité d’un grand barrage comme Bin El Ouidane.

La 2e composante porte sur la poursuite du projet d’aménagement hydroagricole pour la sauvegarde de la plaine de Saïss, irriguée à partir de la nappe phréatique dont le niveau accuse une baisse continue. Selon Akhannouch, ce programme permettra la sauvegarde de près de 30.000 ha des terres irriguées dans la plaine de Saïss, à travers la construction d’un canal d’approvisionnement et un réseau de distribution d’eau alimenté à partir du barrage M’dez. Il s’agit aussi de préserver 4 milliards de DH d’investissements privés existants et de créer 3.000 emplois. À noter que les deux dernières composantes concernent le développement et la modernisation des petites/ moyennes hydrauliques, notamment dans les secteurs précaires (1,7 milliard de DH) ainsi que l’aménagement d’une superficie de 100.000 ha, à travers notamment la restauration et la modernisation des canalisations d’irrigation, outre la construction de retenues d’eau pour alimenter les nappes phréatiques.

Le 14/01/2020

Source web Par L'Economiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation